UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 mars 2020

PASSAGERS DE LA TOURMENTE, POÈME Dominique SORRENTE

Ce poème a été écrit en ce premier jour du printemps d'une année singulière. Avec une musique des Doors, revenue d'un autre temps, qui me faisait signe.

 

Version youtube (non répertoriée):

 

fichier son:
podcast

IMG_2366 LE COQUELICOT.JPG

coquelicot solitaire sur la colline

 

PASSAGERS DE LA TOURMENTE

 

 SOUDAIN IMMOBILISÉS

 

 

Passagers de la tourmente, soudain

immobilisés,

nous nous retournons,

la route tout d'un coup n'est plus là,

la mer si proche interdite.

Rentrez chez vous, beugle le haut-parleur.

 

C'est la rumeur qui, cette fois, a les yeux rouges

et ne ment pas,

elle dit qu'il y a un tueur sur la route

qui cache son visage aux vieux qui soufflent,

aux enfants shooters de ballons, aux poignets de portes.

 

Les corps se badigeonnent nus

en gels miracles

comme ils empilent l'une sur l'autre des bouées de sauvetage

qui se dégonflent vite.

 

Ponce Pilate n'est plus le seul à se laver les mains,

et plutôt trois fois qu'une.

 

Et les vagues  continuent  

mais sans nous

à lécher nos plages.

L'été, ce sera pour demain. Ici, on le raconte en rêve.

 

Étranges, nos soucis

de passagers de la tourmente

qui tirent sur imprimante le laisser-passer

de sortie.

Rentrez chez vous, répète le mégaphone.

 

 

Sur les branches de l'acacia,

les deux moineaux n'y entendent rien,

ni les mésanges, ni les goélands voleurs,

ni les guêpes qui font leur premier nettoyage de printemps.

 

Le buis est d'une forme insolente dans son exposition

de plein air.

 

On voit des chiens qui tirent leurs maîtres de compagnie.

 

Et les questions errent dans les rues.

La rumeur qui rôde remontera-t-elle la pente?

Comment respirent-ils, les poumons envahis ?

Que deviennent les morts sans sépulture ?

Comment dans l'appartement

régler la journée des enfants et les chamailleries ?

Ici une maman apprend à se faire appeler "maîtresse"

par son fils. Elle en sourit et se demande combien

de temps durera le rôle.

 

On dit qu'à Wuhan, ce fut un temps de pain bénit

autant pour les divorces et que les naissances.

 

Alors les zélés travaillent, il y en a toujours eu,

ceux qui se jettent à corps perdus sur les instants,

plus que jamais les zélés dévorent leurs écrans

qu'ils trouent de plus en plus

pour inventer des tunnels, des sas, des passerelles.

 

Tandis qu'aux fenêtres à huit heures,

à côté des linges qui pendent,  les casseroles

inventent un orchestre de bruits

en hommage aux gens masqués et aux soldates en blanc.

 

Et toi, passager de la tourmente, soudain

immobilisé, tu entends

des hurlements dans tes oreilles:

qui viendra prendre le dessus ?

 

Fini l'ouest,

fini l'autobus bleu.

 

Finis cinoche et troquet,

les embrassades de peau à peau.

 

On s'encapsule.

On se parcourt de baume.

On se met camisole de distance

et on découvre à tous petits feux

les lettres du mot: cellule d'isolement.

 

Passager de la tourmente. Et alors ?

Tu es chanceux.

Infiniment.

Pour le moment.

 

Apprends juste les couloirs,

le bout de table,

la pomme à croquer,

la poussière dans l'œil du tiroir.

 

Et ce n'est pas la fin d'en rire!

 

Apprends

l'incroyable silence

qui avait déserté la place.

Et pourquoi faudrait-il en avoir peur ?

 

Après tout, dans cet habitacle de fortune,

jeté avec les autres,

c'est l'heure de reconnaître

des tas de choses qui n'avaient pas de noms.

 

Tous les enfants

ne deviendront pas fous

dans l'attente des pluies espérées.

 

Allez, chanceux, tu ne pourras pas disparaître

d'une dose de trop

dans les toilettes sordide d'un bar.

 

Fais quand même gaffe à ta baignoire trop pleine

ou au court-jus.  Aux engueulades qui cognent trop,

aux vengeances des monstres de l'intérieur.

 

Pose doucement ta tête absente

sur mon drap blanc teinté de rouge.

Lançons-nous des signaux,

à la façon des autochtones.

 

Les choses ne sont pas ce qu'on pourrait croire,

mon docteurs demain aura retrouvé son visage.

 

Agrippons-nous au mot "confiance"

qui s'amuse de tout et voit pousser

sur la butte blanche de calcaire

les premiers pissenlits.

 

On se donne rendez-vous,

mes passagers de la tourmente.

Une coupe de champagne à la main.

 

On va traverser la dalle et les cristaux liquides.

 

Slainthe ! comme on dit en Irlande.

Santé! Prosit! Prost ! Cheers! Plus que jamais.

 

Et jusqu'à ce que Vie s'en suive.

 

 

                                  Dominique SORRENTE

 

                                            20 mars 2020

17 mars 2020

MORCEAUX DE BRAVOURE: J-5 LA COLLECTE DE POÈMES EST LANCÉE !

 

Voilà. Ce mardi 17 mars, à midi, chacun, chacune s'est installé-e dans son habitacle de fortune. 

J'ai passé pour ma part les dernières minutes à distance "réglementaire" avec fils et petit-fils. Sur la plage, comme un défi. Avec le mot confinement qui bourdonnait dans les oreilles.

CE 17 mars 11h, dernières instructions entre  Auguste et moi à propos de l'art du confinement.jpg

Et puis j'ai salué le Bateau Ivre d'Amado. Impassible. Une pie insolente s'était perchée sur sa tête de pharaon retour de fête. Elle semblait dire: Ne t'en fais pas! Si aucun humain ne vient là dimanche, moi je passerai faire un tour, peut-être même délivrer un message...ou une fiente qui porte bonheur!

IMG_2316.JPG

Dimanche, c'est dans 5 jours. Il nous reste 5 jours pour partager des poèmes en "morceaux de bravoure". Non pas de vive voix comme nous l'avions désiré, mais par écrit, en vignette sonore ou en vidéos. Nous en publierons sur ce blog. Ils porteront les émotions mêlées de ceux qui partagent notre passion. Et nul doute que dans sa posture hiératique, et  avec sa carcasse généreuse, le Bateau Ivre nous écoutera.

IMG_2313.JPG

Alors, à qui le veut de nous adresser un poème ( une page) qui soit sa contribution à ces MORCEAUX DE BRAVOURE que nous avons choisi d'inventer pour ce 22 mars. Sous le signe des Journées mondiales de la poésie et de l'eau (Unesco), et dans le cadre du Printemps des Poètes porté par le thème du Courage.

 

                 Écrivez-nous à: poesiescriptorium13@gmail.com

                Faites-nous signe.  

               Nous ferons trace sur ce blog.

               Et ainsi, apportez vos pépites à travers les écrans auprès  des  nouveaux cloisonnés de ce temps.

 

                 Ce sera votre façon de vous associer à cette action en poésie que le Scriptorium, depuis 20 ans, a tant plaisir à mettre en commun. 

       

             Parce que nous gardons toute une cargaison de mots en promesse par beau temps comme en période de troubles, à valoir pour aujourd'hui. Et pour demain...

 

          Demain, après tout, cela pourrait bien s'appeler le Printemps.

 

                                                 Dominique Sorrente

 

 

 

15 mars 2020

TANDIS QUE LA FRANCE FERME BOUTIQUE, LA POÉSIE OUVRE LES VANNES...

 

Tandis que la France "ferme boutique", le Bateau ivre s'obstine à accueillir de joyeux cris d'enfants... Vous trouverez dans Le journal LA PROVENCE de  ce dimanche 15 mars un article de ma main  "Poésie: courage, ne fuyons pas!"...C'était avant la pandémie, et je persiste et signe...D'une manière ou d'une autre, nous ferons nôtre la parole de Hölderlin (Patmos, 1807):   

Mais là où est le danger, croît
Aussi ce qui sauve

 

                 Wo aber Gefahr ist, wächst
                 Das Rettende auch

 

Rendez-vous au Bateau Ivre, plage du Prado Marseille, le dimanche 22 mars, à 16 heures (sauf contre-ordre officiel).

  

                   tANDIS QUE LA FRANCE FERME BOUTIQUE.JPG

LA PROVENCE DIMANCHE 15 MARS.JPG

DES ENFANTS ESCALADENT LE BATEAU IVRE.jpg