Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 octobre 2017

LE FRIOUL, ENTRE ÎLES ET AILES pour les POÈTES ce 16 septembre

 

DS Ciel entre colonnes.JPG

La rentrée poétique du Scriptorium: C’était le samedi 16 septembre 2017 sur l’île du Frioul, côté Ratonneau. Et c’était magique... 

 

Ils s’étaient donné rendez-vous

sur l’île

du Frioul où

Ils et elles

Entre îles et ailes

avaient ouvert les portes sur

l’immensité du Monde

  

Voilà une bien belle destination pour cette rentrée 2017-2018 entre réjouissances et urgences poétiques.

 

Il était temps de s’y remettre, bien que les poètes ne s’arrêtent jamais de poétiser le Monde ! Il était temps de se retrouver, de partager, d’échanger…

Et ce fut fait et grandement fait, et joyeusement fait !

 

DSC01460.JPG                                           

DSC01437.JPG

Un bel hommage fut tout d’abord rendu à Joëlle Gardes et à Jean-Marie Berthier, deux camarades poètes partis sous d’autres cieux en cette fin d’été.

 

Une assemblée générale enthousiaste et rondement menée laissait place à un déjeuner où les vivres furent chaleureusement partagés le regard et le cœur tournés à l’horizon des mers du sud. Celles des éternels espoirs et des récents désespoirs. Les discussions tambour battaient sur les nouvelles sorties, livres, revues, projets, tandis que le chat poursuivait le pigeon tel le poète poursuivant au cœur du Monde son action.

 

Et puis, chemin faisant, les lectures en polyphonies se poursuivirent chapelle du Frioul sous le regard bienveillant de la lointaine Notre Dame de la Garde et le passage de quelques mouettes et touristes séduits. Invitée d’honneur, Sandrine Cnudde, artiste-poète-arpenseuse, venue nous raconter ses marches et sa démarche en solitaire et nous lire quelques brillants extraits de son dernier opus Patience des fauves… du journal de bord au poème.

 

Se produisaient ensuite les poètes musiciens Albert Gamotte et son amie Nelly, tous deux accordéonistes, rencontrés fortuitement la veille… et puis Dominique Sorrente et Marie Ginet, nos hôtes improvisés, nous offraient chacun à sa manière le fruit de leurs itinérances insulaires, suivis par les interventions poétiques en voix tour à tour douces et fortes d’Olivier Bastide, Nicolas Rouzet, Juliette Bompard, Thérèse Dufresne, Emmanuelle Sarrouy, Medjina Noguès… et enfin Yolande Touati qui clôturait cette rencontre par quelques vers lumineux du poète syrien Adonis…

 

« Écris. C'est la voie souveraine pour te lire toi-même et écouter le monde. »

 

Le groupe au temple Frioul.jpg

D’étincelantes retrouvailles en rencontres fortuites, une dernière lecture de « Notes pour un passage », hommage de Dominique Sorrente à Jean-Marie Berthier avec la version de Carla Mondo lue en italien par Emmanuelle Sarrouy dans la douceur maritime, avec la danse incantatoire d’une fée en exil dans les reflets dorés du soleil couchant. Ce rendez-vous sur l’île fut un beau moment d’ouverture stratégipoétique entre histoire, mémoire, découvertes et infinies promesses.

 

Aujourd’hui et plus que jamais, les poètes et camarades du Scriptorium, comme leurs frères migrants, « suivent non pas les magnétismes terrestres que mobilisent les animaux, pas seulement le sillage des marchandises, le musc des capitaux, les lieux fantasmés où le capitalisme accueille encore des bras de travailleurs… Non. Imaginons ceci : ils suivent aussi les signes d’une intuition qui leur défait les horizons. Citoyens de cette mondialité (qu’ignorent toujours les géographies capitalistes), les voici inclassables – à la fois clandestins bannis expulsés expurgés exilés désolés voyageurs tapageurs réfugiés expatriés rapatriés mondialisés et démondialisés, dessalés ou noyés, demandeurs d’asile, demandeurs de tout ce qui peut manquer aux vertus de ce monde, demandeurs d’une autre cartographie de nos humanités ! » (Patrick Chamoiseau, Frères migrants, Seuil, 2017)

 

Un prochain rendez-vous est donné le 21 octobre 2017 sur…le continent, cette fois : au 3013 (58, rue de la République 13002 Marseille), lieu de toutes les utopies.

Une autre histoire à vivre ensemble…

 

                                                            Emmanuelle SARROUY

 

DSC01462.JPG

 

 

06 septembre 2017

LE SCRIPTORIUM EMBARQUE POUR LE FRIOUL: une rentrée "ENTRE ÎLE ET AILE", le 16 septembre

P9270608 Frioul plage - copie.JPG

 

Entre île et aile,

entre roucas et saxifrage, 

entre seul-e et tous,

entre le mot et son silence…

entre nous

et ceux que nous sommes ensemble,

 

Le SAMEDI 16 septembre 2017 , le Scriptorium repart à l’abordage…et vous convie à sa journée de rentrée.

Sur l’archipel du Frioul (île de Ratonneau) se déroulera le premier acte de notre saison poétique 2017-2018.

 

À 11h30, à la chapelle Port du Frioul, aura lieu notre Assemblée générale annuelle. Les membres à jour de leurs cotisations participeront de plein droit ; mais chacun-e est bienvenu-e pour se joindre à nous dès ce moment où sera présenté l’agenda de la saison. 

 

À 13h, pique-nique tiré du sac avec lectures sur le thème « Iles ou Ailes ». Vos lectures et/ou créations sont les bienvenues.

Chaque intervenant est invité à ne pas dépasser 4 minutes…à chaque passage.

 

Nous aurons le plaisir d’accueillir parmi nous pour cette rentrée Sandrine Cnudde qui partagera son parcours et ses poèmes avec les scripteurs. « Cette artiste en marche, citoyenne du monde, part à pied prendre le pouls de la Terre et travaille au retour sur la mise en forme de ses collectes dans un esprit révélateur des espaces invisibles, des liens silencieux qui unissent les hommes à leurs territoires. »

(http://www.m-e-l.fr/sandrine-cnudde,ec,1278)

 

Sandrine vient de publier Patience des fauves (édition Érès, 2017).

 

En début de rencontre, un hommage évocation sera rendu à Jean-Marie Berthier, dont les éditions Bruno Doucey publient « Ne te retourne plus ».

http://www.editions-brunodoucey.com/ne-te-retourne-plus

Jean-Marie Berthier, ami du Scriptorium, est décédé brutalement le 8 août. Lire :

http://www.scriptorium-marseille.fr/archive/2017/08/10/jean-marie-berthier-dans-le-debordement-de-la-vie-%C2%A0-1940-201-5970:264.html

  

Après-midi :

Selon les énergies, la météo et la respiration du moment, nous nous partagerons entre plusieurs activités : sieste, baignade, randonnée, et…visite de l’Hôpital Caroline qui sera ouvert dans le cadre des Journées du Patrimoine.

 

P9260591 - ferry entrre les îles.JPG

Le ralliement du matin pour la navette bateau est prévu à 10h quai du Vieux-Port à Marseille. Contact : Sophie : 0610656566

Adresse des départs : 1 Quai de la Fraternité, 13001 Marseille

Plein tarif par personne : 10,80 €

 

Pour le retour (à la libre appréciation de chacun…) , vous pouvez consulter les horaires ici : https://www.frioul-if-express.com/horaires

 

À tout bientôt, sur l’île…

 

P9260600. Marseille au loinJPG - copie.JPG

 

13 décembre 2016

UNE RENCONTRE DE FEU AU SCRIPTORIUM le 17 décembre

 

Mais non, la nuit ne tombe pas, les poèmes,
mieux que nous, pour nous, entretiennent le feu.

 

                           Pierre Dhainaut

 

                                              images-3.jpg

 

 

C’est par deux vers de Pierre Dhainaut ( reçu au Scriptorium en mars 2015 dans le cadre de la rencontre Sud-Nord lumières croisées) que nous ouvrons la voie de notre Intervalle de décembre.

 

Celui-ci aura lieu le samedi 17 décembre à 18h sur le thème du feu

au 29 montée de l’Oratoire (13006 Marseille)

 

Comme d’usage, chacun apportera des écrits sur ce thème du Feu tirés de ses lectures, et une création personnelle, à convenance.

 

En guise de préparatifs, pour ceux qui le souhaitent, nous proposons en amont un atelier « Souffle du feu » - écriture et oralité - animé par Marie Ginet (15 euros) entre 16h et 18h Une sorte de mise en bouche d’écriture dont nous partagerons les fruits lors de l’intervalle.

imgres-5.jpg

 

L’intervalle sera prolongé par un buffet dînatoire avec les ressources tirées du sac …qui auront résisté aux flammes.

 

Pour faciliter l’organisation de la soirée, il est demandé aux participants de s'inscrire  avant le 15 décembre, en précisant s'ils comptent participer aussi à l’atelier.

 

On rappelle que toute personne non membre de l'association peut assister gratuitement à une rencontre du Scriptorium en en faisant la demande. 

Pour faire vivre l'association, l'adhésion annuelle est de 40 euros.

 

                                         ***

images-1.jpg

 

Et pour nous mettre un peu de feu à la bouche...

 

« Allô ! Qui
« Parle ?
« Maman ? »
— C’est maman !
— Maman, votre enfant est malade magnifiquement
Maman !
Il est malade d’incendie du cœur.
À Liouda, Olia, mes sœurs,
Dites qu’il n’a plus où s’en sauver avec sa vie
Toute parole,
Toute drôlerie,
Qu’il crache hors sa bouche d’incendie assiégée
Est comme la prostituée nue qui
D’une maison publique en feu est jetée.

 

Vladimir MAIAKOVSKI, La nue empantalonnée
(extrait)

 


Le signe de feu

Ici, où parmi les mers l’île a surgi,
pierre du victimaire se dressant escarpée,
ici, sous le ciel noir, Zarathoustra
allume son feu des hauteurs, —
signes de feu pour les pilotes en détresse,
point d’interrogation pour ceux qui savent répondre…

Cette flamme aux courbes blanchâtres,
— vers les froids lointains élève les langues de son désir
elle tourne sa gorge vers des hauteurs toujours plus pures —
semblable à un serpent, dressé d’impatience :
Ce signe je l’ai placé devant moi.

Frédéric NIETZSCHE, Dithyrambes à Dionysos, (1888) in Poésies (Mercure de France)

 

 

                                                                 *

 

LE FEU n’est que la singerie ici-bas du soleil. Sa représentation, accrue en intensité et en grimaces, réduite quant à l’espace et au temps.
Le feu, comme le singe, est un virtuose. Il s’accroche et gesticule dans les branches. Mais le spectacle en est rapide. Et l’acteur ne survit pas longtemps à son théâtre, qui s’écroule brusquement en cendres un instant seulement avant le dernier geste, le dernier cri. […]

Francis PONGE, Le soleil toupie à fouetter, III, in Pièces (Gallimard, 1962)

 

                                                                   *

La cendre
À terre
Se demandait
Où était passé
Le feu.
La fumée
Répondit :
« Tu l’as avalé. »

 

            Malcom de Chazal, Sens magique, 1957

                                                   images-2.jpg