Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 septembre 2011

Au Comptoir des poètes

 

poetry.jpg

 

AU COMPTOIR DES POÈTES, CES QUELQUES MOTS DE BIENVENUE …

 


La poésie ne gouverne rien, c’est bien connu, elle a son énergie d’imaginaire, ses vides et ses débordements, mais surtout son désir fervent d’intensifier le rapport qui nous relie au monde.

 

À chaque instant, elle s’emploie à partir dans le langage à la rencontre du réel qui se dérobe.  La tâche est ainsi toujours à reprendre dans un contexte de société  qui  étend l’illusion du prévisible dans des systèmes clos. Mais ce temps immédiat est sans trame ni épaisseur ni point de fuite, il appelle de fait un autre regard, d’autres façons de vivre ensemble.

 

Marien_Guillé.jpgLe Scriptorium est un de ces espaces de vie minuscule qui croit aux cailloux blancs et noirs du poème, comme  une façon possible, si infime soit-elle, de lever à plusieurs voix un chant inattendu et fervent dans le monde contemporain.  Dans sa progression en constante métamorphose, il tente des formes variées de rencontres qui ont pris les noms étranges d’Intervalles, de Caravane poétique, de Jumelage, d’Instant Bateau Ivre, de Transcontinentale, avec toujours la même instinctive recherche : stimuler des temps de « raison ardente » avec le pouvoir régénérateur des mots comme medium entre les instants. D’un bord à l’autre du monde fait parole.

 

Aujourd’hui, il invite à une nouvelle escale : le Comptoir des Poètes.

 

La modalité proposée ici est d’établir un  comptoir de parole créatrice en territoire public.  La poésie, dans ses multiples variations, y offrira son goût d’étrangeté, ses denrées rares de mots qui remuent, déconcertent, son art du troc des phrases pour mieux tenir l’échange des émotions. Comptoir heureux et provisoire en terre étrangère du langage.

 

Et vous vous retrouverez sans nul doute, accoudés à votre tour à cet autre comptoir, entre brèves et lenteurs, carafes et ballons, selon la circonstance, qui vous attend, la soif aux lèvres. Parce que parler en poésie a  toujours  un goût de « vie interprétée » et qu’il nous plaît de croire à nos utopies actives, irréductibles, toujours en attente de lumineuses coïncidences.

 

Mots roulant sur le zinc, mots revenus de songes lointains, chacun choisira sa fortune, son humeur du jour ou de la nuit. Voilà le nouveau pari du Scriptorium dans son existence nomade.

 

Sans compter le plaisir de vous retrouver, en voyageurs de l’immobile, prêts à allumer vos salves d’étonnement.

 

 

                                                           Dominique Sorrente

 

___________________________________

 

1er RdV: samedi 17 septembre 2011 - 16h00 - Marseille 7e, Maison des Jeux des Catalans (voir ICI ) 

22 décembre 2010

Sous la déferlante des voeux...

 

 

soleil_couchant_2planes.jpg

 

 

 

QUELQUES SOUHAITS À MINUIT PILE

 

 

                                                                 pour ouvrir l’année 2011

 

 

Sous la déferlante des vœux,

je vous souhaite

 

la liesse de la bulle,

la grandeur d’âme de la goutte d’eau,

les honneurs rendus à la flamme

pour l’ensemble de son œuvre,

 

le beau geste et l’instant décisif

d’une page de vent à l’écriture sympathique,

 

je vous souhaite aussi

des histoires fabuleuses de limaces

qui laisseront des traces après l’oubli,

un oiseau de toutes couleurs à ne plus avoir peur du noir,

des adieux

en forme d’antichambres de vie,

 

je vous souhaite de rencontrer

le souffle épique du papillon, la bonhomie cajolante du gouffre,

 

je vous souhaite des rires d’enfants si purs

que les ennemis ne pourront les atteindre,

une mélodie de pierres à feu

à offrir au chant fatigué de la terre,

 

je vous souhaite d’heureux midis

à loger la part nécessaire de l’ombre,

 

je vous souhaite des tournesols cherchant leur astre, toute la nuit,

et encore des danses qui virevoltent sous terre

à la bonne fortune du pot,

et des pensées d’amour qui auront si bon dos

qu’il leur poussera des ailes,

 

je vous souhaite de tendre l’arc en ciel

en plein milieu de la saison des pluies,

 

mais par dessus tout, je vous souhaite

de faire de votre rêve

le vrai héros irréprochable

qui vous tiendra compagnie, jours fériés

et même jours ouvrables.

 

Dominique Sorrente

 

perles_d'eau1.jpg


 

 

02 février 2010

Pour saluer Luc Bérimont,

Un heureux soulignage en rouge

À l’heure où le soulignage en rouge doit être chassé à tout prix par la seule activité du dictionnaire interne de l’ordinateur, je confesse un plaisir insistant qui peut-être deviendra une rareté pour demain : faire surgir des textes où le soulignage en rouge persiste, sans être dû à l’incompétence inavouable de l’écrivain ou à la pratique d’une langue étrangère. Je crois à cette agilité, qui elle-même plus secrètement, est l’envers d’un trauma d’origine dont « l’enfant muet du langage » (A. Du Bouchet) a appris, comme il a pu, à jouer.

Aucun volapük « rationnel-légal » (Wax Weber), aucun jargon standard, aucune langue administrative ou marketing d’imitation bois ne résistera longtemps à ces quelques secondes d’enchantement qu’on nomme parfois poème.

Ce poème malicieux de Luc Bérimont, comestible pour chacun, et déroutant pour tous ceux qui le diront à voix haute, est un bel exemple d’une telle pratique.

Au moment où les Presses Universitaires d’Angers ont la riche idée de publier les œuvres complètes de l’auteur de Soleil algonquin, il me plaît de partager le bonheur de ces vrais « coups tordus » qui, prononcés en poésie, nous gardent notre part d’innocence.

 

surligner.jpg

 

 

J'ai geigné la pirafe

J'ai cattu la bampagne

J'ai pordu la moussière

J'ai tarcouru la perre

J'ai mourru les contagnes

J'ai esité l'Vispagne

Barcouru la Pretagne

J'ai lo mon vieux vépris

Je suis allit au lé

J'égué bien fatitais

Luc BÉRIMONT

 

***

 

Le Centre poétique de Rochefort-sur-Loire (ville d’élection des poètes de l’école de Rochefort) a l’excellente idée d’organiser le 6 février prochain une célébration de Luc Bérimont dont l’œuvre mérite un nouveau regard d’étonnement. Elle aura lieu en présence de Marie-Hélène Fraïssé-Bérimont et avec le concours du chanteur Jacques Bertin, fidèle ami du poète.

 

____________________________________________

Pour toute information : Centre poétique de Rochefort-sur-Loire

( : 02 41 78 79 14 ou  centrepoetique@wanadoo.fr