UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 mai 2020

LE HUIT DE SCRIPT: notre atelier de confinement

 

Huit_de_Script_02.05.2020.jpeg

         Le Huit de Script

    ou la carte inopinée

 

 

Le Huit de Script est une carte à jouer qui était encore inconnue de tous, avant que nous ne la trouvions quelque part au détour d'un chemin, à la faveur d'une expérience commune.

 

Nous (un octette de poètes) nous sommes mis à jouer la création de huit poèmes à distance (au temps du confinement du printemps 2020), à modelages successifs, selon les instructions données par le meneur de jeu.

 

      Après quelques coupes et remises, la partie s'est donnée. Les poèmes sont là. Objets nés de passages au tamis de l'hybridation. Chaque poème est donc à plusieurs voix. On pourra les lire, les parler. L'étrangeté est qu'on ne pourra pas dire le nom d'un auteur particulier lié à tel ou tel poème. Tout au plus, certains trouveront des fragments de leur travail ou de celui d'un autre, comme de petites pièces-pépites de reconnaissance, des bouts infimes d'identité. Histoire de se rassurer ou de s'amuser, en se voyant ainsi happé par le poème en mouvement.

 

L'atelier pose plusieurs questions (idéologie de la pratique, fondements de la création, réflexes langagiers, imitation des formes ou des émotions...).

Le Scriptorium est aussi fait pour cela.

Au-delà de l'écoute des créations et découvertes des uns et des autres, tenter des gestes collectifs. Sans jamais perdre le plaisir natif qu'on éprouve avec les mots, celui de jouer une partie toujours un peu inconnue de soi...

 

Ensemble, avec la carte du Huit de Script !

 

                                                 

Ont participé à cet atelier:

Isabelle Alentour, Olivier Bastide, Wahiba Bayoudia, Elena Berti, Gérard Boudes, Marie Ginet, Emmanuelle Sarrouy-Noguès, Dominique Sorrente

 

                                                                              ***

 

 

Un Atelier d’écriture collective

 

Le poète est le plus souvent un créateur solitaire. Il aspire à une reconnaissance individuelle. Les poètes du Scriptorium ne font pas exception. Ils ont toutefois la particularité d’être du Scriptorium, de se dire Scripteurs, lorsque le moment découle d’un geste du collectif.

L’atelier Huit de Script est exemplaire de la gageure de faire groupe pour des poètes. Si la plupart des membres de l’octette signataire des huit poèmes issus de l’atelier publie habituellement nominativement, tous ont accepté, non le jeu de l’anonymat, mais celui de la signature collective. Ils ont accepté d’être bousculés dans leur écriture, leurs idées, leurs lexiques ; leurs poèmes ont été démantibulés ; ils ont emprunté ce qu’ils aimaient ou aimaient moins dans les textes qu’ils recevaient afin de proposer au poète suivant un poème qu’ils savaient être fugace. Ils ne connaissaient pas à l’avance les consignes de l’atelier, seulement sa destination.

Moi-même, pourtant concepteur de l’atelier, l’ai subi comme mes partenaires. Je ne sais plus ce que j’ai écrit personnellement, quelles bribes de textes seraient issues de ma tête. Je reconnais, et certains de l’octette me l’ont dit, l’hybridation de l’écriture.

Ces huit poèmes sont les nôtres ; ils ont fleuri dans Avril confiné en pied-de-nez à l’isolement.

                                                                 Le meneur de jeu

 

sorgue_027sorgue_01_01 oui.JPG

 

 

Poème 1

 

À la Tombée de la nuit

 

Du balcon, la mer est à portée de mains ;

J'en écoute les cris

à la tombée de la nuit.

 

Le ciel remue encore

des îles de lumière.

 

Loin des tourments du monde,

je rêve un saut dans l’inconnu.

 

 

 

Poème 2

Dans le petit matin mes rêves

 

Je cherche dans le petit matin mes rêves ; je suis dans l’entre-deux, ni l'encore vivant ni l’oisillon qui se cogne aux vitres.


Il y a ceux que l’envol fait déjouer, ils vivent l’espace-temps premier ; ils errent aux alentours des feux, sujets aux mirages et aux fulgurances.


Et cette voix qui ne veut pas crier quand elle me dit : « Je sonderai l’écho pour connaître l’obstacle et, si tu sais m’entendre, nous nous évaderons au-delà des journées. ». 

 

Sur la table de marbre, ce sera l'heure où l'on sirote un café.

 

 

Poème 3

 

Au joli mois de mai...

 

Au joli mois de mai,
les chansons sont parfois idiotes,
mais on les aime ainsi.
Elles aident à tourner les pages,
à avouer sans dose de ridicule excessif
que des cœurs pleurent.
La voix serait une caresse.
Un petit ruisseau suffirait ici
à vaincre la solitude.
On dirait : « Que les fleurs s'ouvrent ! »,
et le printemps viendrait
comme un avènement,
avec les sueurs animales sur le corps.

Les chansons descendent de la vieille tour
pour nous parler.
Et mine de rien, leurs mélodies
sont un défi au temps qui se retient
sous la voûte lactée.

Le mois de mai déjà sur toutes lèvres.

 

 

Poème 4

 

À ma vitre il a frappé

 

Flâner dans l'immensité.

Rêve de sirène,

fait de mer et solitude ;

un miroir dans une bulle de savon.

 

Un oisillon

posé sur des arbres,

à ma vitre il a frappé.

 

 

Poème 5

 

Au diapason des lunes

 

au diapason des lunes
elle s’était subrepticement évaporée

dansons !

lui avait-elle soufflé
sur d’extravagantes ritournelles
aux rythmes parfumés

dansons !

nos baisers pour unique paysage
sur la roue de nos souvenirs
en route vers d’étranges destinations  

comment décrire alors cette échappée
importance d’un geste sans provenance
envolée vers l’azur qui efface les tourments ?

 

 

Poème 6

 

Ivresse

 

Ce que tu contemples à l’extérieur,

azur, grand printemps, étranges paysages,

tu l’absorbes,

baiser d’avril, envol d’hirondelles,

bien un peu rieuses

 

Tant d’oiseaux habitent sous ta peau,

boivent à la source de tes gestes

 et du vent d’après,

éclairent l’Inconnu.

 

Vers l’immense bleu,

 l’alouette et la mésange,

le rossignol ou le faucon

concerto à plusieurs voix

tu parcours les airs…

 

 

Poème 7

 

Dans l'espace-temps domestique

 

Le chant de quel oiseau ? Le cri de quel animal ?
Sorti d’un rêve étrange au milieu de la nuit,
À défaut de plonger dans la mer, dans l’écume, à l’horizon des vagues,
S’éclipser sous la douche, s’envelopper d’un manteau d’eau chaude,
Et soudain retrouver la mémoire ruisselante, réjouie à l’odeur du savon.

Hésitation lente à marcher dans cette énigmatique pénombre
Tel un astéroïde errant sans boussole dans l’espace-temps domestique,
Bousculé au hasard, semble-t-il, celui là même encore une fois
Impossible à convoquer, tant il est capricieux
Au sortir de ses draps, on dirait qu’elle se réveille.

 

 

Poème 8

 

Le parfum d’une nuit d’été

 

C'est une question de regard

ou peut-être d'écoute

ou même de sensation

se placer à l'affût de la vie

dans la contemplation

de l'immensité de l'univers et des petites choses courantes 

non pas se laisser envahir

par les tournitures 

les miroirs et leurs craquelures

non pas évoquer l'idéale éternité

S'attacher aux espoirs éphémères

mais s'émerveiller de ce que l'aurore est venue de

scruter

tâtonner

Sillonner dans la peau 

comme l'argile ou le tournesol 

qui lentement s'ouvrent à l'immensité 

ne pas chercher à vaincre la solitude

mais la chérir comme une intime

part de douceur et de doute

elle est la lumière qui s'attarde

là où nous frémissons

Le parfum d'une nuit d'été après la pluie 

 

 

alpe_015alpe 4 oiseaux.JPG         

alpe_034alpe.JPG

                      On reconnaîtra ci-dessus "à vol d'oiseau" les huit participants au Script de pique d'avril 2020.  Merci à Jo pour ces superbes portraits.  

13 avril 2020

QUAND LE PEINTRE GILLES BOURGEADE ET LE POÈTE DOMINIQUE SORRENTE OUVRENT LEUR CARNET À DOUBLE VUE

 

                                 CARNET À DOUBLE VUE

CARNET A DOUBLE VUE.jpeg

 

Tellement aveuglante, la vérité solaire

derrière le rideau des branches

et toi qui cours, qui cours à sa rencontre.

                                               D.S.

 

Il y a des fenêtres, même en temps de cantonnement!

En témoigne ce Carnet à double vue réalisé par le plasticien Gilles Bourgeade et le poète Dominique Sorrente.

Ce sont 12 instants-poèmes. Des gestes cueillis dans le paysage par les deux artistes.  Un dénominateur commun, la région de la Creuse découverte pour l'un, familière pour l'autre.

Le travail qui se fait alors est une mise en écho, une série d'exercices de résonance...

 

À découvrir: Carnet à double vue

 

Au croisement de ces deux voies, celle du plasticien, Gilles Bourgeade et celle du poète Dominique Sorrente, chacun découvrira son plaisir. Qui est aussi un art de saisir et de se dessaisir.

 Il est à espérer que cet ouvrage numérique puisse se prolonger d'une édition de cartes-poèmes à envoyer, lorsque l'heureux temps des envois postaux aura repris.

 

                                  Anne J.Lofoten

 

 

 

 

 

23 mars 2020

22 MARS: NOTRE RENCONTRE MORCEAUX DE BRAVOURE A BIEN EU LIEU sur SKYPE !

IMG_2385 L'AFFICHE.JPG

Nous l'avions promis. Ici ou là, notre rencontre poétique "Morceaux de bravoure" aurait lieu. Et nous avons tenu nos promesses. À 16 heures, comme nous nous y étions engagés, de petites vignettes sont apparues sur nos écrans de poètes. Nos écrans de solitude se sont soudain fractionnés en autant de présences, un peu à la manière de certains jeux télévisés...Tout un groupe de poètes, un peu comme des enfants découvrant un nouveau jeu possiblement "éducatif" mais à coup sûr récréatif! Nous nous sommes reconnus, découverts, retrouvés. "Consegnati al silenzio", comme le dit le titre du recueil de notre ami de Pistoia, Paolo Fabrizzio Iacuzzi. Reliés tous pour l'occasion.

Consegnati_al_silenzio-731x1024.jpg

Skype-2020.03.22.jpeg

Les poèmes sont venus d'Italie, avec Paolo Fabrizzio Iacuzzi, d'Allemagne avec Eva-Maria Berg, de différents lieux de Provence, et bien sûr, de Marseille, plus que jamais devenue ville de quartiers. Et puis, ce n'est pas le moindre de nos petits bonheurs de ce jour, nous avons écouté nos vétéran-e-s au téléphone partager une émotion, un texte avec les autres participants. Respect pour celles qui nous précèdent. 

IMG_2395 inscription aloès.JPG

Comme nous nous en doutions, il y eut des manipulations hasardeuses, des brouillages technologiques par instant, mais aussi des moments insolites. Des paroles venues des intérieurs de chacun...des présences qui bougent et traversent les décors.            Deux heures plus tard, la session Skype s'est achevée. En beauté, car chacun de sa lucarne portait un toast aux autres  - verres et coupes dressés - pour trinquer à ces deux denrées si rares qui nous relient: Santé et Poésie! Comme on dit ailleurs: Pace et Salute ! 

 

22.03.2020_1.jpg

 

Dès demain, nous repartons pour de nouvelles aventures au Scriptorium virtuel...

 

IMG_2398 agrandir la vision de près.JPG

La poésie, ce sera toujours un peu cela: agrandir la vision de près.

Ou concentrer la vision de loin...DS