Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 janvier 2017

UN BOUQUET POUR TANIA

 

 

 

 

tania sourseva 1.jpg

 

                                      à Tania Sourseva,

                       co-fondatrice avec Richard Martin

                                        du   théâtre  Toursky à Marseille,

                                  décédée le 16 janvier 2017

 

 

 

Mais la plus belle victoire

sur le temps et la pesanteur -

c'est peut-être de passer

sans laisser de trace,

de passer sans laisser d'ombre...

 

Ainsi : se faufiler à travers

le temps comme l'océan, sans alarmer les eaux…

 

                                                Maria Tsetaïeva

 

 

J’ai rêvé cette nuit que tes cendres

descendaient une Canebière

bondée jusqu’à la bascule du port.

Et qu’un bout de Russie se dispersait ici

dans l’or du jour.

Méditerranée, intime étrangère,

plus introuvable que la veille.

Où la vie se faufile sans alarmer les eaux.

 

Tu viens de loin, Tania, de si loin il me semble,

là-bas, on ne sait jamais de quel côté

de la pièce tu apparaîtras.

Puis tu prends tes repères, humes le monde

qu’il fait

à ce huis clos de passage où tu glisses

comme velours.

Il y a une traîne interminable qui te suit.

 

Dans un songe de Volga, tu auras franchi

les plaines et les collines, les toits, les escaliers,

les combats et les trinqueries,

les nuits qui sont toutes logées dans ton théâtre

mais ne sont pas faites toutes

pour être dites,

car les nuits ici ne se disent plus.

 

Tu avances à la dérobée,

exécrant les déplorations, les jérémiades,

mais on voit bien comment tu serres les dents,

comment tu barres la route

aux imbéciles châtiments comme au

malheur définitif,

comment tu fermes la douleur,

comment tu

t’immobilises.

 

Puis déroulant la pelote délaissée

du temps qui peine à venir pour trouver raison.

 

Tu viens de loin, Tania.

 

On t’a vue, on te verra encore

traversant ton propre théâtre,

à la santé des fantômes

qui n’ont plus l’âge de leurs artères,

pour que le jour et la nuit se confondent,

pour que la voix d’insolence

se mêle à la figure

vénérable.

 

Et que la pierre d’angle ici,

où éclatent les silex et les os,

au passage de l’an neuf,

porte témoignage.

  

On t’a vue, on te verra encore,

tu viens de loin, Tania,

passant sous les tentures épaisses

récapituler le silence.

 

Les hommes n’ont pas le temps,

si ce n’est à la guerre des mots,

mimant les rôles qu’ils tiennent en accéléré,

agitant leurs ardeurs, leurs diatribes,

puis grands enfants, épuisés de tant

de répétitions déclamées,

ils pleurent sur la vie,

il ne faut pas leur en vouloir.

 

Mais toi,

tu viens de loin, Tania,

tu pratiques autrement

comme on se prépare dans le grand hiver

à la loi de l’effacement.

 

Et si l’on ne te voit plus,

pour un moment,

c’est que

tu circules dans les recoins,

emportant contre toi la tenace odeur des choses enfouies

ou la page cornée d’un livre

ou bien le rire d’une canne en bois

frappant la chaise récalcitrante pour qu’elle se mette

enfin à marcher.

 

Tu viens de loin, Tania.

Et ce jour te ressemble

avec ces pas sans ombre

pour nous apprendre à nous faufiler.

 

 

                                    Dominique Sorrente

 

DS Ici le rebord du monde.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

                                      

 

 

 

 

 

 

 

                                      

 

 

 

 

 

 

 

                                      

 

04 janvier 2017

ATELIER D'ECRITURE ET EMBRASEMENT POÉTIQUE EN DÉCEMBRE

 

 

feu.jpg

 

Nous étions huit scripteurs à participer à l’atelier d’écriture animé par Marie Ginet samedi en amont de la veillée poétique autour du feu.

Pour certains il s’agissait d’une première expérience en atelier, d’autres étaient des écrivants plus expérimentés, tous avons été attentif et heureux de découvrir le fil singulier d’écriture qui se dessinait sur la page au gré des consignes et séquences proposées par l’animatrice.

Le thème général était « l’écriture », justement.

Nous avons ainsi progressivement exploré les supports, lieux, motifs ou rêveries sous-tendant l’acte d’écrire. Et apprécié les retours bienveillants et forts constructifs de Marie.

La dernière séquence fut une séquence d’écriture et de lecture croisée des productions de chacun, que voici ici retranscrite :

 

J’écris dans le feu des forêts et des mers déchaînées

Dans la flamme des cœurs mêmes

Pour aller chercher plus loin que les mots qui se donnent d’emblée

Intérieur, extérieur

Flux de mots de sang

Je t’écris pour creuser la vase de la mémoire

Blotti que tu es au creux de son ventre

Les notes de musique s’évadent en toute légèreté et

J’écris pendant que les aurores boréales s’entrechoquent dans le ciel norvégien

Lettres de tags aux murs

Mots de feu apeuré, brossé de cendres toi tu écris

Enluminé de rêves, la vie des doigts, du silence, moi

J’écris pour attirer la phrase

Lâche un peu tes dispositifs, tes consignes pour extincteurs

A-t-on jamais vu une fleur s’empêcher de parler ?

A-t-on jamais vu une fleur s’empêcher de parler

J’ai du feu dans les yeux

L’envie de chopper l’instant

La fulgurance d’un drôle de mot

Qui m’a traversé l’esprit et la tête comme une étoile filante

J’écris pour questionner, toujours

 

 

25.jpg   

 

L'atelier fut ensuite rejoint par les autres "flambeurs" de la veillée.  Qui portaient vivres et lettres et motifs d'étonnement. Bien belle décidément fut la part du feu. Y compris pour Stratis le marin de Seféris...

 

Une façon de saluer 2016 avant de le passer par les flammes.                       

22.jpg

 

13 décembre 2016

UNE RENCONTRE DE FEU AU SCRIPTORIUM le 17 décembre

 

Mais non, la nuit ne tombe pas, les poèmes,
mieux que nous, pour nous, entretiennent le feu.

 

                           Pierre Dhainaut

 

                                              images-3.jpg

 

 

C’est par deux vers de Pierre Dhainaut ( reçu au Scriptorium en mars 2015 dans le cadre de la rencontre Sud-Nord lumières croisées) que nous ouvrons la voie de notre Intervalle de décembre.

 

Celui-ci aura lieu le samedi 17 décembre à 18h sur le thème du feu

au 29 montée de l’Oratoire (13006 Marseille)

 

Comme d’usage, chacun apportera des écrits sur ce thème du Feu tirés de ses lectures, et une création personnelle, à convenance.

 

En guise de préparatifs, pour ceux qui le souhaitent, nous proposons en amont un atelier « Souffle du feu » - écriture et oralité - animé par Marie Ginet (15 euros) entre 16h et 18h Une sorte de mise en bouche d’écriture dont nous partagerons les fruits lors de l’intervalle.

imgres-5.jpg

 

L’intervalle sera prolongé par un buffet dînatoire avec les ressources tirées du sac …qui auront résisté aux flammes.

 

Pour faciliter l’organisation de la soirée, il est demandé aux participants de s'inscrire  avant le 15 décembre, en précisant s'ils comptent participer aussi à l’atelier.

 

On rappelle que toute personne non membre de l'association peut assister gratuitement à une rencontre du Scriptorium en en faisant la demande. 

Pour faire vivre l'association, l'adhésion annuelle est de 40 euros.

 

                                         ***

images-1.jpg

 

Et pour nous mettre un peu de feu à la bouche...

 

« Allô ! Qui
« Parle ?
« Maman ? »
— C’est maman !
— Maman, votre enfant est malade magnifiquement
Maman !
Il est malade d’incendie du cœur.
À Liouda, Olia, mes sœurs,
Dites qu’il n’a plus où s’en sauver avec sa vie
Toute parole,
Toute drôlerie,
Qu’il crache hors sa bouche d’incendie assiégée
Est comme la prostituée nue qui
D’une maison publique en feu est jetée.

 

Vladimir MAIAKOVSKI, La nue empantalonnée
(extrait)

 


Le signe de feu

Ici, où parmi les mers l’île a surgi,
pierre du victimaire se dressant escarpée,
ici, sous le ciel noir, Zarathoustra
allume son feu des hauteurs, —
signes de feu pour les pilotes en détresse,
point d’interrogation pour ceux qui savent répondre…

Cette flamme aux courbes blanchâtres,
— vers les froids lointains élève les langues de son désir
elle tourne sa gorge vers des hauteurs toujours plus pures —
semblable à un serpent, dressé d’impatience :
Ce signe je l’ai placé devant moi.

Frédéric NIETZSCHE, Dithyrambes à Dionysos, (1888) in Poésies (Mercure de France)

 

 

                                                                 *

 

LE FEU n’est que la singerie ici-bas du soleil. Sa représentation, accrue en intensité et en grimaces, réduite quant à l’espace et au temps.
Le feu, comme le singe, est un virtuose. Il s’accroche et gesticule dans les branches. Mais le spectacle en est rapide. Et l’acteur ne survit pas longtemps à son théâtre, qui s’écroule brusquement en cendres un instant seulement avant le dernier geste, le dernier cri. […]

Francis PONGE, Le soleil toupie à fouetter, III, in Pièces (Gallimard, 1962)

 

                                                                   *

La cendre
À terre
Se demandait
Où était passé
Le feu.
La fumée
Répondit :
« Tu l’as avalé. »

 

            Malcom de Chazal, Sens magique, 1957

                                                   images-2.jpg