UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 décembre 2020

COLINE MARESCAUX

COLINE MARESCAUX portrait.JPG

 

FACE A LA PAROI POÉTIQUE

 

Ma relation à la poésie, je la crois animée par trois énergies qui se complètent et s’irriguent entre elles : un appel de l’Enfance, le vertige d’un dialogue avec l’Inconnu, une langue et un corps où le verbe Aimer cherche sa conjugaison.

 

Il y a tout d’abord, ce désir de retour aux origines, à l’enfant en moi qui se souvient de la liberté d’appréhender le monde avec ouverture, curiosité, amusement, innocence.

Renouer avec cette connexion au sensible, à l’imperceptible, dialoguer avec la parole des animaux, le langage du vent, la magie des étoiles et des astres, la malice des pierres, et l’Autre,  avec sa bouche et ses yeux en miroir. Il y a dans le caractère précieux de l’enfance une ouverture aux sens, et une capacité à se relier à tout ce qui existe, le visible comme l’invisible.

Ce lien créé par l’enfant le traverse. Il est vécu par lui comme réel, il fait sens au dedans et résonne intimement, intensément.

Ma recherche, mon désir d'être en lien qui me parvient de l’enfance, m’a ouvert a une relation singulière et intime dont s’ empare mon expérience de la poésie.

S’ouvre alors le dialogue avec l’Inconnu. Celui-ci semble d’abord insaisissable, le nommer offre son lot d’impossibilités. C’est une traversée aveugle, comme les racines d’un arbre qui creuse, ramène et cherche de quoi fournir du travail à la lumière.

Face à l’innommable, l'inconnaissable, l'énigmatique profondeur du réel. On y va à tâtons, avec lenteur et obstination. Les découvertes s’offrent alors comme des flashs, des intuitions, des directions que nous arpentons sans en connaître ni la destination ni les rencontres.

À chaque instant, ce dialogue avec l’inconnu suggère une expérience toujours renouvelée. A chaque mot, à chaque sensation, à chaque image, il y a la possibilité d’une rencontre  éphémère, intense et fugace.

Un autre territoire apparaît alors celui du lien primitif qu’on peut appeler le désir d’aimer vivre. Et même dans le noir, aimer à s’y perdre. Aimer avec ce qui accueille tout en dépit des fracas et des pertes.

La poésie serait - elle le désir de vouloir faire l’amour avec la vie ? (Le poème est l’amour réalisé du désir demeuré désir, écrit René Char)

Être en poésie selon moi c’est être amoureuse de cette sensation désarmante que la vie ne nous appartient pas mais qu’elle nous propose une alchimie à découvrir.

C’est être le coeur d’un trou noir, qui cherche sans cesse une paroi de caresses au bord d’un néant …

 

Ma relation à la poésie est un peu tout cela, une énergie qui demande à circuler entre les traces de l’enfance, l’appel du tout autre, et le vertige de vivre au-delà des effrois.

 

      ***

Wambrechies, avenue de la gare.

 

Partir et aller vers
Il y a toujours un toujours.

Être à nouveau braise et charbon bleu

Vent qui titube
Vieux coeur qui se réveille                                                                                                  l’enfant me frôle tel un fantôme                                                                                          dans mes yeux                                                                                                                               

qui parlent  avec trop  de cris  et de silence.

 

Bonbons, bonbons

Silence des pissenlits                                                                                                                  au bord de la                                                                                                                  balançoire, du train qui me susurrent tous les départs possibles.

Du café au coin et ses jeux à gratter et ses
bonbons, ses bonbons

du garçon, copain qui accompagne
nos solitudes et nos bonbons.
Sans s’aimer se partager en aimant se partager.

L’enfant se balance, s’en balance                                                                                                            avenue de la gare.

Il pleure sans le savoir
          et le vélo dans les                                                                                                                          champs                                                                                                                               de maïs

cabossés de ses colères

et le vélo le soulage.

Il pleure sans le savoir avenue de la gare et cherche les jeux qui le reposent. Bonbons bonbons

L’ enfant me frôle tel un fantôme
Son silence m’offre des regards flous                                                                                  des gens bruyants flous
des points d’interrogations flous
et des étoiles des étoiles                                                                                                                                       qui relient                                                                                                                            ses pieds d’ailes.

L’enfant et ses silences
ses cris en triturant le gravier
et ses bonbons
ses bonbons
L’enfant me frôle tel un fantôme.

 

 

Respirer

Je crevasse sous le poids
              des mesures indécises                                                                                                                                               qui creusent des creux.

L’air ne trouve plus                                                                                                                                                        sa nuance

L’air s’écroule
            au fond de la                                                                                                                                        grotte                                                                                                                                                 des amours ratés

L’air cherche le bord                                                                                                                                                      du précipice

pour retrouver                                                                                                                                                         son                                                                                                                                                        appétit d'infini

et son amour                                                                                                                                                           sans attache.  

 

***

 

 Coline Marescaux , chercheuse poétique

 

Poétesse du quotidien, comédienne et metteuse en scène.

 

                                                                Les séismes du cœur en salle d'accouchement

Les séismes du cœur

                                                     Pour faire place à la vie nouvelle

                                                                                                                         Fragile et incertaine.

 

 

            Coline Marescaux est née en 1988 à Tourcoing dans le Nord de la France.

Après des études d’ Arts du spectacle à Arras et au Conservatoire d' Art dramatique d’ Arras et de Roubaix, elle suit une formation théâtrale et pluridisciplinaire en Biélorussie en 2009.

Elle continue par la suite à se former avec la méthode Chekhov à Bruxelles, ainsi qu’en technique vocale et chant avec notamment Emmanuel Pesnot. Elle poursuit depuis 2019 sa formation avec la  Méthode d’acteur d’ Alexandre del Perugia.  

 

               Tout en poursuivant sa formation, Coline Marescaux fait son entrée dans le monde professionnel en 2010 en tant que comédienne.  Elle intègre la compagnie du Théâtre de l’ordinaire, ainsi que la compagnie Protéo. Elle y découvre le jeu masqué ainsi que le jeu bouffon.

Elle participe à de nombreuses créations comme par exemple :  Good reputation endures for ever (Création franco- hongkongaise, tournée en Chine et en France sur 5 mois, en 2017), Les fusils de la mère Carrar de Brecht (Festival d’ Avignon en 2018) avec une mise en scène de Maxime Séchaud, et Carmen- Carme,  mise en scène de Louise Wailly  (au théâtre Massenet, à Lille).

 

                    En octobre 2015, Coline Marescaux prend un tournant décisif et radical dans son parcours artistique avec la poésie au cœur de son expérience.

Elle co-crée  la Compagnie Stelistô De Tempo et signe en 2016 sa première co-mise en scène avec Céline Hilbich, Sans Frontières fixes de Jean-Pierre Siméon. Le spectacle est labellisé par le Printemps des poètes. Il est donné à l’Institut Français d’ Alger et à la Basilique de Saint Denis.

Suite à ce spectacle, Coline entame une recherche poétique active. Elle décide alors de déménager à Marseille.

En 2018, elle fait la rencontre de l’auteur et journaliste  Mustapha Benfodil (Alger) et lui propose l’écriture de sa nouvelle création : Tout est là. Cette collaboration aboutit à de nombreuses recherches autour de la transmission de la poésie, ainsi que de nombreuses sorties de résidences publiques (notamment à la Maison de la Poésie d’Avignon en 2019).

Parallèlement en 2018 et 2019, elle trouve un terrain d'expérimentation pour ses premières  recherches poétiques.  lors du Festival de poésie Ici ou là à Lille  (festival sur une semaine, mené dans l’espace public). C'est l'occasion pour Coline de créer de nombreuses plusieurs formes poétiques dans l'espace public : Réveil des sens (Immersion poétique pour un spectateur), Révoltons! (Happening poétique pour cinq comédien.n. e.s), Destination inconnue (Déambulation poétique et active pour six spectateurs).

                           Depuis cette expérience, Coline Marescaux anime également, pour tous les âges, et en tous lieux, des ateliers d'écriture et d’oralité.

 

                     Coline Marescaux se définit comme une chercheuse poétique, elle explore et crée des formes poétiques singulières, sensibles et accessibles selon l’espace et les publics où elle s’intègre.

Sa recherche poétique actuelle est centrée sur la question d’un Corps poétique. Elle s’axe s'oriente vers sur les espaces dans lesquels les poèmes peuvent résonner sensiblement, réveiller des sensations et trouver ainsi une densité particulière. Ce qui est mis en jeu ici est la quête d'une relation pleine et entière entre le Corps-Poème et le spectateur.

  

  

                        

      

 

 

15 novembre 2020

L'ÉPIQUE BISTROT est né...au SCRIPTORIUM de Marseille

IMG_0046.JPG

Que faire quand le moral est dans les chaussettes et qu'on ne retrouve plus ses chaussettes, quand l'agenda est lacéré de rayures, quand on s'énerve à compter le rayon de permission pour marcher en lonesome cowboy ou cowgirl ? Que faire surtout pour se relier quand les signaux de fumée semblent insuffisants? 

Le Scriptorium a choisi une formule, l'Épique Bistrot, qui mérite une petite explication de texte.

Un Bistrot, en temps de confinement... Il y a bien sûr de la frustration dans l'air. Mais à tout prendre, sans charges fiscales ni sociales, ouvrir un espace de liberté, c'est déjà ça de pris.

Le premier rendez-vous a eu lieu le samedi 7 novembre entre 17h et 19h via Jitsi Meet. Une occasion de trinquer à travers les écrans, prendre des nouvelles, dire et écouter des poèmes...Ce jour-là, marqué de deux pierres blanches: l'anniversaire de Marc Ross et la victoire de Joe Biden.

 

Désormais, le rendez-vous est pris pour ceux qui le voudront chaque samedi entre 17h et 19h. Chacun, chacune viendra, selon son désir, partager un moment avec les autres poètes du lieu.

 

Quant au nom "L'Épique Bistrot", il s'est imposé rapidement par le biais d'un désir de quelques scripteurs en demande d'une aventure poétique digne de ce nom. Oui, il y a quelque chose d'épique dans ce temps que nous vivons. Le temps des formalismes semble bien en panne. Les heures du vieux lyrisme réclament une métamorphose. Et si, dans les aléas de ce temps pandémique, les petites échappées narratives ne préfiguraient pas un rêve d'épopée...quitte à échouer en douceur au bord des comptoirs?

Alors oui, le Scriptorium s'invente ici son lieu "digital"pour favoriser un engouement par temps de mise en berne. Un "intervalle" (comme se nomment tous ses rendez-vous) à l'Épique Bistrot. Les premières frappes de la légende sont sous presse en décasyllabes. D'autres suivront. Chaque scripteur est invité à cette invention à plusieurs voix, dont voici les premières strophes...

 

                                                                               14 novembre 2020

 

C'est au vingt-neuf montée de l'Oratoire

Que la petite a joint la grande Histoire

On y palabre on y délire et puis

À ta santé Blue Lagoon Pink Lady

 

Les scripteurs sont là humeur canapé

Accrochant leurs mots au bord de l'été

Ils ouvrent le temps carnets à spirales

Prêts à libérer des phrases bancales

 

Les guitares ne sont jamais bien loin

Revenues d'amours perdues dans les foins

On ne veut pas croire à la pandémie

Qui rend dans le soir les visages gris

 

L'un d'eux s'est levé pour une apostrophe

Sentant débarquer quelque catastrophe:

"Scripteurs d'aujourd'hui, ne faillissez pas.

Le sort des fées vous va plus que des rats! ...

 

Le reste sera notre façon de conjuguer au rythme des semaines. Que ceux qui souhaitent nous rejoindre nous fassent signe...on fera une haie d'honneur pour laisser passer leurs poèmes.  

                         

BISTROT J-1 groupe.jpeg

 

 

21 octobre 2020

À LA DIGUE DU LARGE : quand le poète Dominique Sorrente et le peintre Gilles Bourgeade se relient pour le meilleur...retour sur une lecture à l'atelier très réussie

L'un lit l'autre chante.jpeg

Ce dimanche 11 octobre, ils l'ont fait, et bien fait. Par trois fois.

 

La triple rencontre était un bon choix. Audacieux, car il n'est pas (encore?) habituel de sacrifier au rite des réservations dans le monde des poètes et des peintres. Précaution sanitaire oblige, il faudra sans doute changer les habitudes... Payant, parce que les invités ont répondu présents, sont venus à l'étage écouter, voir, partager ces instants "à la Digue du Large". Par trois fois, à 16 heures, 17h30 et 19h, on a ainsi pu découvrir le nouveau livre de Dominique Sorrente et Gilles Bourgeade, édité par Tipaza dans la nouvelle collection Nota Bene.

L'atelier vue sur le cours d'Estienne d'Orves.jpg

Le lieu s'y prêtait, et ce fut pour beaucoup une autre belle découverte. À l'étage du 25 cours d'Estienne d'Orves où Christine Fabre Bourgeois travaille la reliure depuis plus de 20 ans. Un atelier hors du commun, où tentures, papiers, cuirs, œuvres et préparations forment un décor étonnant.

121462853_1019242218542002_5332887667014563508_o.jpg

L'auditoire (autour de 20 personnes à chaque fois) a ainsi pu admirer les Digues créées par Gilles Bourgeade qui étaient exposées en deux formats, ils ont aussi échangé avec les deux artistes lors de la signature. Et ils sont partis en voyage, le temps d'une suite de poèmes. À la baguette, Dominique Sorrente a joué l'homme-orchestre au service du livre ouvert. Mû par une passion obstinée, lui qui fut aussi longtemps professeur n'a pas oublié le plaisir des synthèses, le goût d'éclairer les bouts de réel, en semant ce qu'il faut de fantaisies et d'humour dans son discours pour aller à la rencontre de l'auditoire. Présentation des deux itinéraires, de la rencontre entre les œuvres, des choix de l'éditeur; lecture de tel ou tel poème, extrait du livre ou de carnets en cours; chanson, également, avec la guitare compagne ou l'hallilitar, venus rappeler que les arts sont singuliers mais ne respirent vraiment bien que lorqu'ils se font signe.

quand les livres pleuvent sur la tête .jpeg

Autour de la très grande table de travail où le public s'était installé comme à un repas d'un genre particulier, il y eut une belle énergie communicative. Et l'on put lever les verres à ce temps de poésie prélevé sur les malheurs, empêchements, craintes.

 

La chance voulut que cette rencontre se passât de peu avant l'instauration du couvre-feu.

 

On peut penser que les choses n'en resteront pas là entre le poète, le peintre et la relieuse. Ça sonne comme une fable heureuse...

 

Le livre "À la digue du large" (20 euros) est disponible à l'atelier de Christine Fabre-Bourgeois sur demande, ainsi que les pastels exposés par Gilles Bourgeade dont quelques-uns restent en vente.

 

 

                                          Anne J. Lofoten

 

 

Un monde de reliures.jpg

17:06 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)