UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juin 2021

OH MA PAROLE ! : MISCELLANEES ET RIMBAMBELLES POETIQUES

"Si la littérature ne sauve pas le monde, qui le fera ? Par littérature, j'entends le théâtre, la poésie, le verbe sans entrave, libre comme l'oiseau ! L'issue de secours, elle est là ! C'est l'entrée des artistes !" Henri-Frédéric Blanc, éditorial de La Revue des Archers N°36/37

Oh ma parole !_2021 _1.jpg

 

Pour la première édition du Festival Oh ma parole ! organisé Place Baverel (Quartier Sainte Anne) pars les poètes et poètesses Marien Guillé, Coline Marescaux et Amalia Cardoso, et soutenu par la mairie des 6 & 8 de Marseille -l'adjoint à la Culture et aux Arts, Cédric Jouve aux commandes- les poéte.s.s.e.s du Scriptorium étaient invité.e.s sur plusieurs tableaux. Et ce fut un régal de poésie que de croiser les univers entre contes, ateliers, lectures  personnalisées, balades poétiques, performances improvisées… Entre Caravane à palabres, chaises allongées, devant le restaurant le Turf, dans les jardins de l'église, et alentours… Entre poètes, poétesses et habitants du quartier.

 

51A1A8F9-8C8A-4D88-8DFA-F9D14CFD2729.jpeg

 

Vendredi 04 juin, le micro ouvert sur la Place Baverel en compagnie du Duo jazz hip hop Laurent Signat et Raphaël Aïssa Richbé, fut également l'occasion de présenter La Revue des Archers - la revue du Théâtre Toursky- en présence de Richard Martin, André Ughetto, Francis Kaigre, Gérard Boudes, Marc Ross, Dominique Sorrente, Françoise Donadieu, Emmanuelle Sarrouy, Marie Follo et Isabelle Alentour au travers de quelques textes, et de fêter ses XXans d'existence. Beaucoup d'autres merveilleux poètes et merveilleuses poétesses étaient là également.

 

BAD83310-E9A6-49FD-81AE-6C411B28A1C5.jpeg

0857F376-B583-4B38-8DB8-FCED34B76BB0.jpeg

 

Samedi 05 juin, après une très riche rencontre avec le poète Jean-Pierre Siméon (ancien directeur du Printemps des Poètes), Dominique Sorrente proposait une lecture musicale, arrangée par ses soins et accompagnée aux trompettes par Éric Turpin, de son dernier recueil : À la Digue du large. Un public nombreux et enthousiaste s'était retrouvé pour cette belle occasion sous les platanes, dans la cour de la salle CMA parsemée de petits poèmes à croquer.

 

555B6E93-73A9-436C-AB68-6DC4F9830FFA.jpeg

0D8EBE62-64ED-42F8-AD65-47D56690D0B6.jpeg

 

Dimanche 06 juin, la rituelle Sieste Poétique, quelque peu métamorphosée pour l'occasion, se déclinait dans les jardins ombragés de l'église, entre poèmes à partager, mots chuchotés et poésie à inventer collectivement dans la douce tiédeur d'un début de dimanche après midi. Après le touchant passage matinal des poéte.s.s.e.s du Cipm (Sarah Keryna, Esther Salmona et Nicolas Tardy), et avant la clôture musicale jazz manouche, énergisante à souhait, proposée par Samuel Bobin, Olivier Dambezat, Alexandre Morier et Jean-Philip Steverlynk (les musiciens du groupe Poum Tchack).

 

"faire une sieste c'est…

des bouts de ciel au travers d'un chapeau en osier

faufile-toi au pis-aller en éclair bleu et

libellule au fil des heures de s'envoler

le mystère a chuchoté la sieste

a laissé infuser le vivant sous les paupières

des écailles nocturnes

et ralenti le temps de

se boire soi-même l'après-midi

entre les dents la peau d'une figue

allongée comme un soleil

au fond de l'eau…"

poème collectif évolutif écrit le dimanche 06 juin 2021,

au cours de la Sieste Poétique proposée par les poéte.s.s.e.s du Scriptorium

(Isabelle Alentour, Charlotte Hamer, Emmanuelle Sarrouy et Dominique Sorrente) .

 

 

Oh ma parole ! C'est déjà terminé. Et nous avons déjà hâte d'y retourner… Mais le rendez-vous est pris !

 

5C0FE0F4-238A-4143-ADC9-A7099DF2D482.jpeg

 

Cette fin d'année, malgré tous les empêchements, fut riche et intense. Pour notre plus grand bonheur, et la belle humeur. Depuis le Printemps des Poètes, du désir de se retrouver au Bateau Ivre à la redécouverte caravane-poétique des rues marseillaises, des marches-poétiques-micro-caravanes (les lundis matins) aux rendez-vous virtuels mais intertextuels de l'Épique Bistrot (les samedis soirs)… En passant par le groupe What's app "Le Scriptorium en cavale" (pour l'été le mot a été lancé : "échappée"… à vos claviers !)… Le temps s'est transformé en énergie revivifiante. Et on en avait tellement besoin !

Une trêve estivale montre à présent le bout de son nez, sans masque et tout sourire, pour éprouver au mieux cette bienfaisante nécessité de far-niente !

 

 "La poésie mange la madeleine de Proust et se rince la bouche avec une chanson."

Lawrence Ferlinghetti,

Poésie, Art de l’Insurrection (éditions Maelström ReEvolution, 2012)

 

On se retrouve bon pied bon œil à la rentrée, le samedi 11 septembre 2021, pour les adhérents du Scriptorium, autour d'un cocktail pétillant aux couleurs de l'été… et pour poursuivre et envisager de nouvelles aventures poétiques au long cours.

 

Bel été.

Marseille le 21 juin 2021,

Anne Lofoten

E4A95A56-013B-4714-BA55-EBC23852995F.jpeg

 

Et comme Dominique Sorrente, levons notre

"verre invisible

au paysage

parmi nous.

De toute beauté, aujourd'hui."

(À la digue du large, éditions Tipaza, 2020)

*   *  *   

 

28 mai 2021

LA SIESTE POÉTIQUE DÉBARQUE LE 6 juin 2021 avec le SCRIPTORIUM...

flyer sieste poétique copie 2.jpg

 

"- Je vois ! Je vois la chanson ! Elle est aussi fine qu'un cheveu, elle est aussi fine qu'une herbe !…" Colette, Histoires pour Bel-Gazou

 

La sieste poétique est l'un des rendez-vous clés des poètes et poétesses du Scriptorium, juste avant les dispersions estivales !… Les parcs Pastré, Puget, Borély, et autres Magalone s'en souviennent encore !

 

Cette année, invitée par le tout jeune Festival OH, MA PAROLE ! elle sera un moment d'autant plus exceptionnel. Hébergée dans les jardins de l'église Sainte Anne -Marseille 8e- le dimanche 06 juin 2021, de 14h30 à 16h30, juste avant de clôturer le festival, la Sieste poétique vous invite à des échappées poétiques, jeux de mots alanguis, chuchotés ou envolés en ribambelles inaccoutumées…

 

Les poètes et poétesses du Scriptorium, navigateurs au long cours, Charlotte Hamer, Isabelle Alentour, Emmanuelle Sarrouy et Dominique Sorrente, vous proposent d'embarquer à leurs côtés dans cette aventure, de vous laisser guider par la poésie, de prendre et surprendre le temps, voyager, rêver, laisser advenir l'inattendu pétillant, l'éphémère entêtant… et partager avec eux une escale poétique à la parole chaloupée.

 

Avec un plaisir toujours plus grand et toujours plus précieux, en ces temps bien étranges, de se retrouver !

 

 

POÈME POUR FAIRE VENIR LA SIESTE            

Parfois les mains se laissent aller

à ne plus applaudir.

 

Les chenilles processionnaires

retournent se cacher

dans la tignasse du pin parasol.

 

Quelques corps s’affalent

sur un tapis

qui n’a pas encore appris à voler.

 

C’est juin, passé midi le juste.

Ça canicule sévère, on est dehors pourtant.

Il y a du courage dans l’air,

mais ça ne se voit pas.

 

Les guimauves remuent dans le sac,

à l’affût, pour récompenser

les parleurs extravagants

qui ouvriront la bouche aux poèmes

sans gober les insectes.

 

Parfois on flotte

en pensée, en action, par souplesse

et par déraison.

 

On flotte encore,

et on apprend la dérive de dire

comme celle de se taire.

 

À d’autres, le travail forcené

d’un orchestre

qui éclabousse en sépia à l’autre bout du jardin.

 

Parfois on vit

assis ou allongés, droits ou tordus.

On tient en équilibre,

jouant au mistigri des phrases

ou lançant des mots acrobates.

 

Pas gigotage, pas ronflerie,

pas mêle-de-tout,

on est là en suspens. À quelques pas

des agrès des enfants.

 

Quand plus rien ne nous empêche

de laisser l’arbre grandir en nous,

on appelle cela

la sieste poétique.

 

Et personne,

vraiment personne

n’est obligé de nous croire.

 

               Dominique Sorrente 

                                Jardin de la Colline Puget 

 

                                         *

 

Pour toutes informations :

poesiescriptorium13@gmail.com

http://www.scriptorium-marseille.fr/

59A3E571-D1C5-4C77-A9C1-D2C388BE3644_1_201_a.jpeg

Oh ma parole ! _Affiche_2021.jpg

 

 

25 mai 2021

festival OH, MA PAROLE! DOMINIQUE SORRENTE et ÉRIC TURPIN en duo le 5 juin à Marseille

 

 

flyer lecture W copie.jpg

Retenez votre souffle! On va sortir enfin les poèmes sur les places à l'air libre. Et tout particulièrement, autour de la place Léon Baverel, devant l'église Sainte-Anne à Marseille.  C'est là, en effet que le festival "Oh, ma parole!", manifestation de paroles vivantes au coeur du Quartier Sainte-Anne, va connaître un temps fort le samedi 5 juin.

 

Après une rencontre fort attendue avec Jean-Pierre Siméon (directeur du Printemps des Poètes pendant près de 20 ans, aujourd'hui directeur de la collection Poésie chez Gallimard, auteur multiformes pour le théâtre comme en poésie) , et un prélude pour l'horizon proposé par la jeune et talentueuse Coline Marescaux, la scène accueillera Dominique Sorrente accompagné d'Eric Turpin pour une lecture-concert "À la digue du large".

Celle-ci ( durée 1 heure) aura lieu à  18h30 au Centre Municipal d'Animation de Sainte-Anne.

"À la digue du large" est une création de Dominique Sorrente, réalisée à partir de son livre du même nom publié aux éditions Tipaza en 2020, accompagné de pastels du peintre Gilles Bourgeade.

Dans un court entretien, Dominique Sorrente nous a donné les raisons de son choix de la voix haute et de la scène.

"Mon investissement dans le spectacle vivant a toujours fait corps avec ma traversée poétique. Du souffle, à la voix, de la voix à la page, de la page au livre ouvert et à la voix qui en appelle au souffle, il y a un continuum. Une présence circulaire. Seules notre modèle de société de fragmentations et nos pratiques cloisonnées en empêchent l'expression. La scène, telle que je l'aime, est le lieu miracle qui permet de retrouver cette unité verticale, vivante, où l'improvisation du moment fait corps avec le texte inscrit dans la durée. C'est un plaisir rare de partager cette rencontre du poème avec le public. Et c'est cette rencontre, la vraie magicienne de l'instant. Inutile de dire que dans la période actuelle avec l'espoir de de sortie de pandémie, c'est un bonheur et une chance formidables que de retrouver la scène qui nous rassemble".       

 

À la digue du large est un texte poétique, né à Marseille, en front de mer.  

 

La création pour la scène qui est ici présentée dans le cadre du festival "Oh, ma parole!" à Marseille emmène l'auditeur dans la succession des scènes, faisant alterner la voix du poète, Dominique Sorrente, nue ou accompagnée de ses instruments sonores de prédilection ( tambour-tonnerre, guimbarde, guitare) avec la présence cuivrée, bugle et trompette, d'Eric Turpin.

 

Celui-ci, admirateur inconditionnel d'Horace Silver, est familier du répertoire jazz, latin pop, swing, bebop, notamment avec son groupe The Eric Turpin Quintett. Artiste complet, Eric Turpin sait aussi se mettre au service d'autres expériences artistiques. Il privilégie dans ce cas l'improvisation. 

 

Dans la création de Dominique Sorrente,  le jeu subtil des cuivres s'insère dans le dispositif d'un poème à ciel ouvert où la traversée de la parole se fait à travers cinq scènes menant à la chanson à perte de vue.

 

À la digue du Large est un poème né en rivage de mer, un chant d'amour à une Méditerranée mêlant effrois et tendresses, à travers les rythmes et les évocations.

 

Avec toujours le geste de poésie qui relie les visages:

Je lève mon verre invisible

à la beauté,

la clandestine,

la fugitive encore à naître.

 

 

                                                                                   ***

DOMINIQUE SORRENTE

lisant Le beau-perdant vous salue bien...

au Festival Découvrir numérique de Concèze - août 2020

 

 

 

ÉRIC TURPIN

https://www.youtube.com/watch?v=H0Jgydhnzek

https://www.youtube.com/watch?v=6yA8UAMHdcI