Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 décembre 2018

YVES BROUSSARD (1937-2018) dans l'infini tremblement de l'être

yves broussard.jpg

"Il y a ce poème en moi

épais comme une vague de sang

qui bat la mesure

d'un monde à la dérive..."

écrivait Yves Broussard. 

 

Le 1er décembre, quelques jours après le décès de Jacques Lovichi, un de ses proches compagnons d'écriture, nous avons appris par Teric Boucebci la nouvelle du décès d'Yves Broussard qui s'était retiré depuis peu "dans la lumière froide de Valserres". 

 

Poète du peu, scrutateur de signes au-delà du visible, Yves Broussard poursuivait d'un poème à l'autre, d'un livre au suivant, un geste minutieux d'attention au réel. Il procédait d'une façon angulaire et lente et précise, posant ses mots un à un sur la page. C'était sa façon de se faire perméable à tous les temps dans leur "pauvreté essentielle". 

"Un long travail intérieur... dont ne serait livrée que la trace essentielle, dans l'économie de la matière et de ses effets. » écrivait Jean-Max Tixier.

 

L'autre volet du parcours littéraire d'Yves Broussard fut l'action collective à travers la tâche de revuiste, d'Action Poétique jusqu'à Phoenix, mais essentiellement comme directeur de la revue Sud à partir de 1976 et jusqu'en 1997.  À partir de 2000, il contribua à une nouvelle aventure, celle de la revue des Archers, au théâtre Toursky, également à Marseille. 

 

La bibliographie d'Yves Broussard est abondante; il fut récompensé à plusieurs reprises (Prix Artaud, Prix Apollinaire...).

Ses poèmes sont traduits en plusieurs langues. 

On pourra se référer au site du Printemps des Poètes: https://www.printempsdespoetes.com/index.php?url=poethequ...

 

Une belle façon de re-visiter tout un pan du travail d'Yves Broussard est de lire l'anthologie personnelle "Grand angle" publié chez son ami et éditeur Yves Namur au Tallis Pré (Belgique) qui couvre la période de 1960 à 1990.

 

Le Scriptorium rendra hommage à Yves Broussard (et à Jacques Lovichi) lors de sa prochaine Veillée poétique du 8 décembre 2018.

 

images.png



Lentement

comme au sortir d’un mythe

l’araignée tisse

sa toile

dans l’angle obscur

 

Libre

l’étoile glisse

sur le nuage

et

par compassion

t’attire en un immense rêve

 

où prendra le feu

 

             ( La nuit tremblée, édition Le Taillis Pré, 2002)

 

000152751.jpg

   

Pensée de l'alouette

 

être un moment

du murmure

des dieux

 

                  Y.B.

download.jpg

 

 

                                                  Dominique Sorrente

 

15:22 Publié dans Portraits | Lien permanent | Commentaires (0)

JACQUES LOVICHI ( 1937- 2018) en son DÉFINITIF PROVISOIRE

 

                                                       Jacques Lovichi.jpg

 

 

Ô barbara furtuna…

Lamentu

 

à Frédéric Jacques Temple

Dépossédés

là-bas          bien au-delà de la crête des vagues

franchis le ciste et l’arbousier

la combe d’où s’enfuit le merle des légendes

là-bas          après les cols aux rousseurs de perdrix

après les bergeries aux toits couverts de ronces

après les oliviers     les châtaigniers     les sources

tout un peuple s’endort sous la mousse du temps

 

                                         ( extrait de Mourir dans l'île - Les derniers retranchements, Le Cherche-Midi 2002) ) 

 

Écrivain corso-provençal d'expression française, comme il aimait à le dire, Jacques Lovichi a levé l'ancre, le 18 novembre 2018.

 Avec ses airs de Capitaine Haddock, brouillant les pistes entre la Corse et la Bretagne, sa connivence hors sol avec quelques maudits comme Germain Nouveau ou Christian Guez Ricord, son amitié obstinée pour quelques poètes majeurs, et au premier rang Eugène Guillevic, sa façon de saluer du poing en appelant du côté de l'autre rive, Jacques, le solitaire farouche,  avait pris sa part de défi collectif. Ce fut d'abord  le groupe expérimental d'Encres vives, puis la revue Sud, puis plus tard encore, Autre Sud, et la revue des Archers. C'est dans ces aventures éditoriales que nous nous rencontrions, tout comme Jean-Max Tixier, son complice, et Yves Broussard, le timonier capitaine. 

 

Dans une de ses malicieuses dédicaces dont il avait le secret, Jacques avait complété le titre « Derrière c’est toujours la mort » par une formule au crayon « …mais devant, c’est encore la vie ». C’est ainsi qu’il faudra, au-delà de la légitime émotion du moment, lire les livres de Jacques Lovichi, découvrir ou retrouver une oeuvre complexe, ardente et obscure à la fois, toujours en mouvement ( romans, poésie, chroniques de théâtre...) qui témoigne d'un engagement littéraire intense, et plus encore d'un combat avec l'ange aux multiples reprises. 

 

Une porte a claqué sur le « Définitif provisoire », livre paru en 1980 dans la collection Sud.

 

Il est temps d’apprendre à écouter la voix qui dit « l’inépuisement du sujet ».

 

 On peut retrouver une belle évocation de "l'enivrante tristesse de vivre" de Jacques Lovichi dans une note que Françoise Donadieu, qui fut sa confidente, nous avait confié au Scriptorium.

http://www.scriptorium-marseille.fr/tag/jacques+lovichi

 

Hommage sera rendu à Jacques Lovichi et Yves Broussard, au début de la prochaine Veillée du Scriptorium  , le samedi 8 décembre.

 

 

                                                                                     Dominique Sorrente

 

PS: À signaler la belle page écrite en hommage par Angèle Paoli sur le site Terres de femmes et le poème de Jacques Lovichi in extenso dédié à Frédéric Jacques Temple: https://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2018/11/jacques-lovichi-mourir-dans-l%C3%AEle-lamentu.html

 

Livre Derrière c'est toujours la mort.jpg        

images-1.jpg

                                                                                          images-2.jpg

13:33 Publié dans Portraits | Lien permanent | Commentaires (0)

02 octobre 2018

LA RENTRÉE POÉTIQUE DU SCRIPTORIUM… SUR LES CHEMINS DE L'ÉTÉ INDIEN !

Une Assemblée Générale,

de joyeuses retrouvailles et

discussion à bâtons rompus sur les futures envies de chacun.e.s.

 

[…] alors je crois au ciel renversé
dans l’assiette sur le balcon, je trouve mon salut
dans la blancheur ébréchée d’une porcelaine au rabais.

Jean-Luc Sarré, Affleurements (2000, Flammarion)

 

HipstamaticPhoto-559639482.817075.jpg

 

 

Dimanche 16 septembre 2018, Montée de l’Oratoire, le rendez-vous était pris pour lancer la nouvelles saison 2018-2019 du Scriptorium.

 

Une Assemblée Générale rondement menée qui, après un rappel des événements de la belle saison précédente, et adoption des rapports moral et financier, s'est poursuivie en discussions, questionnements et propositions…

 

Quelque traces :

Thérèse Dufresne annonce deux sorties prochaines : un livre de nouvelles courtes, ainsi qu'une nouvelle d’une cinquantaine de pages.

Emmanuelle Sarrouy annonce la présentation de son film Prototype… accompagné de la lecture du texte Cyril de et par Didier da Silva (ami et auteur marseillais) le 29 septembre 2018.

Dominique Sorrente présente son disque nouvellement sorti "Les jours mimosas" et annonce son intervention, samedi 22 septembre 2018,  à la Médiathèque de Draguignan en collaboration avec Cheyne Editeur : Le poème et son encre.

 

- Isabelle Pellegrini / Alentour propose d’assurer le suivi d’une publication des images + textes d’Olivier Bastide dans la revue numérique "Ce Qui Reste".

 

- Proposition d'un Intervalle Poésie Grecque, à la librairie Maupetit ?…  Affaire à suivre… Isabelle Gueydon propose de se renseigner sur sa faisabilité.

 

 

 La discussion s'est ensuite poursuivie autour de quelques projets à plus ou moins long terme … en cours ou en suivi…

D'ores et déjà, deux dates à retenir :

 

-  Le samedi 10 novembre, soirée poésie participative, proposée par Delphine Segond « La nuit des poètes », à l’Atelier de la Photo - 100 boulevard Jeanne d’Arc 13005 Marseille. Poésie déclamée seul(e) ou en joutes poétiques - contact:  Claudine Baissière.

 

- Le samedi 8 décembre : Veillée poétique… autour d’un feu de cheminée. Lieu à découvrir ou à trouver. 

Et encore pour la deuxième partie de l'année : La caravane poétique ( avec Trace de poète, Pierre sèche en Vaucluse) - contact : Isabelle Gueydon / Juliette Bompard qui prendra en charge la mise en place de l’événement sur le modèle de « la carte et le territoire » (cf Sandrine Cnudde).

Et plus tard, la Sieste... Sophie Leenknegt  propose d'organiser la prochaine sieste à la Glacière des Encanaux (13390 Auriol).

 

L'AG s'est terminée par un échange sur la perspective des 20 ans à l'horizon 2019-2020 ( un bateau ivre, appelé de ses voeux par Nicolas Rouzet ), puis des lectures et séquences chantées entre l'acacia et la fontaine.

Promesse d'une nouvelle année à inventer ensemble...

 

IMG_7037.JPG

 

Quelques amis, fidèles compagnons, rejoignent l'assemblée en terrasse ombragée…

Il est plus que temps de lire, chanter, écouter, partager autour d'un verre de l'amitié.

 

IMG_7006.JPG

 

                                                      IMG_7007.JPG

 

Thérèse Dufresne nous livre un extrait de sa prochaine nouvelle à paraître, entre traumatisme et questionnement identitaire, Nicolas Rouzet lit un extrait d'Affleurements de Jean-Luc Sarré, Emmanuelle Sarrouy son dernier Chant de cigale estivale, et Dominique Sorrente, avec ses compagnes humour et tendresse, ponctue la soirée de quelques récentes chansons : Le swing du mouchoir, Ma vie est un flipper...

 

IMG_7034.JPG

IMG_7040.JPG

 

 

Un bonheur de chant polyphonique à la tombée du jour qui nous redonne du courage avant de se dire aurevoir et à très vite… avant de poursuivre avec fougue et sans tarder nos quêtes intimes et collectives.

Anne Lofoten

 

 

 

IMG_7036.JPG

Un grand merci à Isabelle Gueydon pour ses portraits photographiques

 

 

Le nid que l'oiseau bâtit
Si petit
Est une chose profonde ;
L'oeuf ôté de la forêt
Manquerait
A l'équilibre du monde.

Victor Hugo, Chanson des oiseaux

 

 

 

18:38 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)