Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mars 2016

QUINZE VUES, QUINZE VOIX à OPPÈDE LE VIEUX, le samedi 16 avril

Le Printemps sans fin des Poètes avec le Scriptorium dans le Luberon.

 

Oppede le vieux.jpg

Dans le cadre du festival « Trace de poète », l’espace culturel « Jardins rêvés » accueillera sur le promontoire d’Oppède le Vieux (Vaucluse) une exposition de photographies originale : 15 œuvres d’un même photographe, Olivier Bastide, mises en résonance avec 15 créations de textes écrits par des poètes appartenant au collectif du Scriptorium ou associés pour la circonstance. On trouvera ici les signatures de Isabelle Alentour, Gérard Boudes, Isabelle Gueydon, André Ughetto, Thérèse Dufresne, Henri Tramoy, Leonor Gnos, Angèle Paoli, Audrey-Laure Drissens, Giacomina, Roland Hadjcoconis, Marie Ginet et Dominique Sorrente.

Les regards d’Olivier Bastide, et sa parole en exergue, croiseront ainsi les mots des scripteurs qui seront tout naturellement venus s’associer à eux. Sera ainsi proposée une double approche poétique pour élargir l’émotion et prolonger la lecture.

Olivier Bastide, poète et ici, avant tout, photographe. Sa palette, c'est le monde ; ses pinceaux, la lumière. Les photographies s'offriront à nous dans leur mystère et leur beauté, comme autant de rêveries poétiques. La nature, la vigne, la mer, les reflets, la lumière et la nuit... Autant de sources d'inspiration pour des textes-sentiers que le public pourra découvrir et méditer dans leur diversité.

 

Photo expo O Bastide.jpg

 

L’exposition, ouverte du 25 mars au 17 avril les vendredis, samedis et dimanches, donnera lieu à une lecture publique « en situation » sous la halle d'Oppède-le-Vieux et dans le hall de l’atelier du peintre, Laurent-Xavier Cabrol. Elle entraînera le visiteur dans une balade à travers pays d'enfance, garrigue, forces élémentaires, sur les chemins buissonniers de l'âme. La lecture à plusieurs voix permettra également de découvrir le livre-objet « Accordez on » créé par les scripteurs pour les 15 ans du collectif. En préambule, un moment sera réservé pour une « présence de Ashraf Fayad », dans la continuation de l’action menée par le Scriptorium au théâtre Toursky pour la défense de ce poète condamné et emprisonné en Arabie saoudite.

La rencontre Quinze vues/Quinze voix autour de l’exposition aura lieu le samedi 16 avril 2016 à 15h. Elle s’inscrit dans une journée animée par le Scriptorium qui commencera dès 10h par une Caravane poétique conduite par Marie Ginet, Dominique Sorrente et Olivier Bastide sur thème « A chacun son poète » dans le village médiéval d'Oppède-Le-Vieux, en partenariat avec l’association Pierre sèche en Vaucluse. La caravane sera suivie d’une tablée des poètes ( vivres tirés du sac) et prolongée par la lecture des Quinze vues, quinze voix.

Une journée de pleine poésie à vivre !

Inscription à la Caravane poétique auprès du Scriptorium : poesiescriptorium13@gmail.com ou 0610656566

                                         

                                               S.L.

 

Rappel: L’adhésion annuelle au Scriptorium est de 40 euros par personne et 60 euros pour les couples.

 

23 mars 2016

LES IVRES VIVANTS ÉTAIENT EN CONCERT-SPECTACLE  LES 18 et 19 MARS à LA CASINA à MARSEILLE

 

 

00 DSC_0729 trio couleurs.jpg

 

 À la Casina, à Marseille, dans un concert-spectacle entièrement inédit, Dominique Sorrente, poète et auteur de micro-fictions a proposé un autre versant, moins connu, de son travail: celui de la chanson. Et il était en bonne compagnie pour cette aventure avec Audrey Gambassi qui a ce qu’on appelle une voix ravissante, délicieuse et Lionel Mazari, poète et comédien expérimenté au timbre grave.  

 C'est ainsi que le public a pu découvrir, après celui de la médiathèque de Salon de Provence, un concert-spectacle de chansons-poèmes en voix chantée et voix parlée. Ces créations toutes originales ont été écrites et composées par D.Sorrente pour la plupart et également par Lionel Mazari. Elles portent un esprit troubadour, agrémenté de divagations vocales et d'arpèges qui chatouillent volontiers les oreilles.

00 DSC_0715 D Sorrente guitare barré.jpgD.Sorrente

Guitares, guimbarde, harmonica, mots parlés, mots chantés, chacun ici tient son registre. Et le trio fonctionne à merveille. Lionel Mazari affirme une présence scénique grave ou facétieuse, où la gestuelle s'invite volontiers créant un personnage à plusieurs facettes. Audrey Gambassi assure la deuxième voix, avec un subtil sens du contrechant et un bel engagement. Dominique Sorrente tient le cap, entre voix et instruments, égrenant, un à un, ses textes chantés qui sont comme de petits récits de vie, portés par un jeu de guitare sensible et varié.

 

Audrey Gambassi00 DSC_0732 Audrey inspirée.jpg

Et le public suit le chemin d'une ambiance à une autre. De la Chanson du Dandy à la valse des Ivres vivants (qui donne son nom au groupe), des accents tragiques des Villes Millénaires aux aventures de fables coquines de Compère le Marsouin, on parcourt les émotions, à la faveur des échanges constants entre les chanteurs-interprètes.

 Un peu plus d’une heure pour emmener les neurones en balade et partager le jardin des mélodies …

00 DSC_0720 Lionel lunaire.jpgLionel Mazari

Une vraie fête avec les ingrédients que ce groupe sait mettre en jeu, avec exigence, beaucoup de plaisir et de complicité. C’est le genre de concert-spectacle qui ne court pas les planches. 

Pour ces deux soirées, la Casina a joué "à guichets fermés", il est vrai dans une jauge intime (un peu plus de 30 personnes à chaque fois) et tout à fait adaptée. Le maître des lieux, Martin Kimmel, avait su préparer le terrain par son accueil chaleureux.

 On attend maintenant de nouvelles occasions de retrouver cet univers intimiste, aux confidences qui ne demandent qu'à être partagées. Et où la saveur des mots et l'humour des formules ne perdent jamais leur droit.

Un événement exaltant avec un trio de troubadours contemporains: Les Ivres-vivants.

 Avis aux salles de spectacle et aux particuliers, amateurs de concerts à domicile qui voudraient partager des moments "différents"! Les Ivres vivants sont prêts à débarquer.

 

 Faudra le dire à personne/un peu quand même à tout le monde…Si tout chez moi vous déplaît/touchez-moi…Et l’on attend l’instant, la caresse d’or et le corps à corps des ivres vivants…

 

                                                                                      Sarah Lalique

 

AFFICHE CONCERT TIRAGE.jpg

 

contact : Le Scriptorium   poesiescriptorium13@gmail.com

ou 0610656566

 

Éternelle Jeunesse des Ivres Vivants

00 DSC_0749 trio en mouvement.jpg

ll y avait, ce samedi soir, un rendez-vous avec les "ivres vivants". J'ai bien cru m'être trompée encore une fois de date ou d'adresse. La porte cochère du 72, bd Longchamp semblait désespérément close et muette. Elle s'est finalement ouverte sur  un salon d'un autre âge : choisir un lieu, c'est déjà tout un programme. C'était à la Casina à Marseille.

 Il y avait là des dames, beaucoup! Et des hommes, un peu! Un chat assoupi, très vieux avec en travers du museau, un sablier blanc sur fond de pelisse noire . Il ne calculait plus depuis bien longtemps , ni le temps, ni le nombre des convives. Nous avons traversé en procession le jardinet en friche, descendu les marches périlleuses de la "rue du rêve". Le caveau nous a offert ses sièges. Nous nous sommes fait des politesses pour rester près de la sortie… Sait-on jamais? Un monsieur loyal, généreux, affublé d’un micro imaginaire, deux guitares , trois chapeaux sur leur tabouret , une écharpe à la Bruant ...patience. Et puis voici que le trio s'installe.

Un visage qui s'anime, un sourire suspendu et malicieux, celui du chat d'Alice? Une voix féminine qui nous prend dans ses volutes pour nous mener bien haut. Deux troubadours et leur muse cristalline.

Ils sont venus nous balader. Le premier Lionel Mazari, vient de la comédie. Il a écrit des ballades à ses heures qui ont traîné au fond d'un tiroir pendant longtemps. Jusqu'à ce quelles rencontrent les chansons-poèmes de Dominique Sorrente. Lui, poète polygraphe, taquinait aussi la chanson, écriture et composition, en secret : "J'ai écrit mes première chansons à 17 ans, en même temps que je composais mes premiers poèmes" avoue-t-il volontiers. La bonne aubaine! La troisième est une voix pure nommée Audrey Gambassi. Elle a rencontré celle de Dominique dans une formation de jazz vocal. Ah, la bonne heure!

Et voici donc : 25 chansons et textes poétiques issus de ce que la vie peut offrir et reprendre, Mot à mot, de leurs bouches à nos oreilles, des bleus de l'âme à la plus grande douceur , les textes égrènent les aventures des petits bonhommes, effleurent les épaules de femmes , suivent les méandres du fleuve Amazone

jusqu'aux vertiges des grands précipices. Ce sont deux vies qui se racontent. Friction des voix qui s'entre-mêlent, s'interpellent auxquelles répondent les guitares. Friction des textes les uns chantés, les autres parlés avec pour traits d'union la mise en scène légère, espiègle . À la croisée de ces deux mondes nous avons suivi la musique .

À travers des tableaux changeants, ils nous ont promenés, taquinés. Dans un doux chahut , ils ont su nous caresser nos oreilles.

 

La complicité de cette   jeune formation est réjouissante. Ce concert - spectacle est une jolie célébration du vivant et des morts, des naissances et des renaissances... Le temps d'un aller-retour en poésie. Au fond du petit jardin ranimé, nous avons fini en trinquant à l' éternelle ivresse des ivres vivants.

 

                                                                     Anne de CITRE