Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2017

HENRI TRAMOY

          Né en 1949 Henri Tramoy est probablement venu à l’écriture à travers les propositions de professeurs de lettres investies parfois jusqu’à l’absurde. Une enfance en milieu très modeste où on ne lit pas de poésie. Pourtant, dès l’adolescence, les textes d’Aragon et de Bernard Vargaftig l’accrochent. Par imitation du premier, il explore des thèmes propres à l’adolescence mais limite alors son écriture au « quelque chose à dire». Avec parfois quelques actes de résistance.

HT photo.jpg

Il publie d’abord en revue. Il adhère à un mouvement d’éducation nouvelle, inventeur en France des ateliers d’écriture. Cette rencontre va renverser son rapport à l’écriture et lui donne accès aux travaux de théoriciens comme Jean Ricardou, les frères Petitjean, Claudette Oriol-Boyer, l’Oulipo et plus tard Jean-Marie Gleize. Il participe à ce mouvement qui vise à inviter à l’écriture les personnes qui ont été spoliées du pouvoir d’écrire. Là encore il est en résistance contre le modèle scolaire dominant. L’écriture est un pouvoir que les scribes n’aiment pas partager.

En 1986 il crée, avec cinq autres poètes, la revue Soleils & Cendre puis une maison d’édition associative. Il crée aussi une revue bi-hebdomadaire de textes adossés à l’actualité : Vendredi Noir.

Depuis 2011, il travaille à la publication de tous ses textes. Trois volumes sont parus à ce jour.

Il anime des ateliers d’écriture depuis 1980 et a participé à la formation d’animateurs.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

En revues :

Soleils & Cendre ; Cahiers de Poèmes ; Vendredi Noir ; Révolution ; Arc en Seine ; Souffles ; Filigranes ; Le MagaZin d'Alimentation ; L’Arche d’Ouvèze ; Digraphe ; Sortie de Secours ; Traversées ; Voix d’Encre ; L’Arme de l’Écriture ; Bacchanales ; La lettre de S ; Revue des Archers ; Le Scriptorium (site)

 

Recueils de poèmes :

"Pour un possible jaillissement", (postface à F. Rolland, Mes cinquante ans de peinture), Ed. de la Vieille Tour, 1990.

Bruits d'hommes, altérité (recueil de poèmes) - éd. TextIMus, 1992.

Ta voix couchée au-dedans des moissons éparses -  Mention-prix aux 54è jeux méditerranéens (Cie des Ecrivains Méditerranéens - 1996) - Ed. “Les Solicendristes”, 1997

Mistral (poème) - éd. Encres Vives, coll. Lieu, 1997.

Le rêve de Zinzi (poème) - éd. Les Solicendristes, coll. Le texte est un millefeuille, 2000.

Bref traité de dégrisement (avec Marc Rousselet), éd. Cousu Main, 2007

Faits et défaites en août, éd. Les Solicendristes, coll. Le texte est un millefeuille, 2008

Ana accordé au gramme, livre d’artiste, 2010

Mots d’Humanité, livre d’artiste, 2010

Écrits poétiques rassemblés, vol 1, Presse&cousoiR, 2011

Vers l’épure, collages et textes, livre d’artiste, 2011

Écrits poétiques rassemblés, vol 2, Presse&cousoiR, 2012

Et nous avons planté l’érable, Presse&cousoiR, 2013

Te voici à l’orée de tes vœux, Presse&cousoiR, 2014

Écrits poétiques rassemblés, vol 3, Presse&cousoiR, 2014

Il a participé à trois anthologies et a publié, en revues, divers écrits théoriques sur l’écriture.

 

 

QUELQUES TEXTES

 

D’UN CHEMINEAU DES MOTS

 

On me dit éclaireur

dans l’épaisseur de mes épreuves je suis allocutaire du vide où j’erre à la conquête de mes erreurs

 

On me croit conquérant

exportant mon époque aux rives de contrées étranges j’épouse des étoiles la rumeur polaire j’espionne la luminosité des gouffres

 

Me voici arpenteur des imaginaires à venir et j’épèle jusqu’à l’épure l’éraflure de l’érable

sur mes épaules flotte un parfum d’inconnu

 

On me prête l’audace

j’adopte la posture intrépide du découvreur mais ne suis qu’opérateur de mots et locuteur timide

j’extrapole.

 

HT - 2016

 

HT DbleRondeauVert.jpg

 

LE SATIN DE TA LANGUE

 

 

Le satin de ta langue joue

animale complicité

perfection souple et sauvage

aux fondantes politesses  

 

C’est comme une attention brève

où s’avoue l’appétit

qui s’attarde en moi  

 

Cette emprise chaleureuse

s’y mêlent ventre et cri

à l’arrondi de mes chimères

éprise

tu nous fais libres en nos élancements

et reste la seule

aux dimensions

de la rencontre éprouvée    

 

HT - 2008

05 mai 2017

3013 à Marseille: scène ouverte "Paroles à l'air libre" le samedi 13 mai...

 



            Le SAMEDI 13 MAI 2017, Le Scriptorium

vous donne rendez-vous

à Marseille dans un lieu d'utopie partagée "le 3013"

pour un moment particulier

de scène ouverte, slam,

paroles à voix haute...

 

 ​3013 Paroles à l'air libre

PAROLES AIR LIBRE flyer V2 w.jpg


À 19h45, inscription à la scène ouverte. 

À 20 h:   "Zig zag déclame" une Lecture-Performance (40 minutes) par Marie Ginet et Dominique Sorrente - lecture performée aux angles inattendus mêlant explorations sonores, instruments, voix rythmées, murmurées ou vociférantes.

À 21h: À votre tour. Avec une Scène slam ouverte à tous ( < 3 min). Un texte dit, un verre offert.

Entrée libre. 

Adresse: Le 3013,  58 Rue de la République, 13002 Marseille
Information et réservations: Le Scriptorium
0610656566   
 poesiescriptorium13@gmail.com

 

 

08:55 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

02 mai 2017

RETOUR GAGNANT pour la CARAVANE poétique à THOUZON

sortie-thouzon.jpg

             photomontage Yvon Javel 

Montage Jean Marc AUDOIN la caravane se déploie.jpg

                                                         photo: Jean-Marc Audoin

 

Un jour pas comme les autres. Opération colline propre à Thouzon. Les agents de débroussaillage se sont donné rendez-vous, les coquelicots aussi. La légende de la dame blanche circule sur les hauteurs.

 

Les paroles de Roselyne Sibille nous accompagnent :

« Dans le néant ou le tonnerre

les mots cherchent leur peuple

le sens de leur écho

 

Nous lançons nos mots et partons dans le flux

courons à leur poursuite

perdus loin de nos centres »

          

( Lisières des saisons, les éditions Moires)

 

Montage 7 duo.jpg         

Caravane 8 +++.jpg

                                                                                                              photos-montages: Jean-Marc Audoin

Nous sommes une trentaine de caravaniers-poètes à arpenter la piste nord qui mène au château-prieuré. Thème du jour : « marcher ». Ni plus ni moins. Et la preuve des mots par le geste.

 

Quatre haltes et la cinquième. Avec à chaque fois, un topo géologique, géographique sur le site (dont une convaincante apologie de la molasse) grâce à Danièle Larcena et sa vivante association Pierre sèche en Vaucluse. Les séquences poétiques emboîtent le pas, florilège des textes littéraires proposés tour à tour par les scripteurs et leurs accompagnants, voix solitaire ou en duo.

 

 Une visite circonstanciée du prieuré prolonge le repas aux abords du château. Merci à Corine Ocana Dorado, présidente de l'association pour le site de Thouzon, qui nous a fait bénéficier de son propos abondant et passionné.

 

Luxe du jour, on cherche déjà la fraîcheur qui mettra le soleil à distance. C’est avril qui a décidé en sa fin de se découvrir d'un fil.  

 

Nos alliés substantiels en vrac emportés dans les sacs : Rimbe à son Aube, Anna de Noailles, Pierre Emmanuel, Pierre Sansot, Erri di Luca, Pierre Chappuis et bien d’autres voix contemporaines, dont celles des auteurs présents…

 

Ciel radieux à faire pâlir les lendemains.

 

Nous n’avons pas eu besoin d’attendre le retour de la nuit pour laisser flotter le fantôme de la dame blanche, les poèmes de l’instant.

 

Cette rencontre au cœur de l’événement Trace de Poète : un bel exemple de déambulation au croisement de la nature, des écritures et des errances. Une manière de faire entendre une humanité à la voix vulnérable, rare et comme sauvée, au moins le temps d’une caravane.

 

D’un tour à l’autre en élections présidentielles, un suspens bienvenu hors de la logosphère, pour recoudre ensemble nos utopies.

                                                                                                              D.S.

 

 

TSP9.jpg

                                                                    photomontage: Jean-Marc Audoin