Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 mars 2019

PARI GAGNÉ POUR LA POÉSIE VIVANTE au THÉÂTRE TOURSKY

 

FINAL T'AS DE BEAU MOTS, TU SAIS TOURSKY.jpg

« T’as de beaux mots, tu sais » : tel était le nom choisi pour la rencontre qui avait lieu le dimanche 10 mars au Toursky pour le XXIème Printemps des Poètes sur le thème de la Beauté.

 

Pari réussi ! Les "beaux mots" ont afflué. La poésie est bien vivante au Théâtre Toursky. Près de 80 personnes réunies autour des tables pour assister à la rencontre. Plus de 3 heures de lectures, interventions, performances, les plus diverses. Une palette d’émotions, du rire à la mélancolie, de la colère à la tendresse. De la surprise aussi…

 

La rencontre poétique était organisée par l’association Le Scriptorium qui prône « la poésie partagée », en collaboration avec L’Association des Amis de Richard Martin et la combattive revue des Archers. Elle a tenu toutes ses promesses. Et même au-delà.

D SORRENTE ET MARIE GINET PING PONG GAGNANT.jpg

 

À la baguette, le poète marseillais Dominique Sorrente qui, en plus de son œuvre personnelle (une vingtaine de livres, de nombreuses récompenses), joue un rôle de « passeur de poésie » dans divers lieux (écoles, entreprises, maisons de retraites, associations, collectivités…) sans exclusive. Avec lui, la poète et slameuse Marie Ginet, venue de Lille pour partager ce moment « de toute beauté ». Un duo d’énergies communicatives qui a donné le ton, tout au long de la rencontre pour la plus grande joie du public.

 

« T’as de beaux mots, tu sais »  a été l’occasion de beaux moments, alternant trois séquences de scène ouverte, où on a pu découvrir de nombreuses voix, avec des temps de performance, Paula et Jean-Christophe à la contrebasse,  Dominique Sorrente disant à haute voix un texte en rythme binaire tout en faisant rebondir une balle orange sur une raquette de ping-pong, ou de mélancolie ( la Beauté amère de la Mer Méditerranée de Julie Lafaurie, le cri de Marc Ross face aux tragédies de l’exil), Leonor Gnos lisant Sophie Calle, Arobin heurtant ses mots de Terrotemps, Myriam Eck dédiant ses Calanques à Antoine Emaz qui vient tout juste de nous quitter…

Marie Ginet fit entendre en duo avec Dominique Sorrente un surprenant entrelacs de mots sur Les Noms des Fleuves, puis plus tard un slam « Devenir bête » avec une belle tonicité.

Le moment était également placé en ouverture de la Semaine de la Francophonie, avec plusieurs textes consacrés à l'opération "Dis-moi dix mots" proposée cette année à l'imagination des auteurs. Arabesque, rébus, phylactère...

MARIE GINET LIT.jpg

 

Au cours de la rencontre, deux hommages particulièrement sensibles furent rendus aux poètes du Sud récemment disparus. Ce fut d’abord André Ughetto qui salua l’œuvre d’Yves Broussard (1937-2018), dans ses ellipses, sa « Pauvreté essentielle », son « Milieu de l’épure » ; Yves Broussard, longtemps directeur de la revue Sud, puis de la revue Autre Sud, et membre de la revue des Archers depuis ses origines. Plus tard, pour saluer Jacques Lovichi, Dominique Sorrente lut un texte saisissant, écrit par Françoise Donadieu et qui sera publié prochainement dans la belle revue algérienne 12x2 « Pour Jacques Lovichi, poète » (1937-2018) en hommage à celui qui fut poète, et aussi romancier, membre de la revue des Archers et encore chroniqueur intarissable, notamment dans le journal La Marseillaise.  Chaque hommage fut ponctué à la guitare par Dominique Sorrente avec deux de ses chansons-poèmes « Chanson à l’absente » et « Est-ce que je sais ? ». Comme pour prolonger ce temps de poésie suspendue. « Et sur la langue, ces mots qui parlent d’infini ».

 

 

À la fin, les participants furent invités à rejoindre le plateau pour un salut collectif. Belle image d’une poésie, loin des images de tour d’ivoire, ou d’entre soi, mais au contraire espace de partage, d’ardeurs mêlées, de combats, bref d’émotions qui ne sont jamais trop humaines.

 

La salle Léo Ferré, pleine pour la circonstance, a vécu un Printemps des Poètes qui en préfigure d’autres, et en d’autres saisons.

 

Toursky ? Au fait, c’est le nom d’un poète.

 

« T’as de beaux mots, tu sais » annonçait le Scriptorium.

Il est réjouissant de voir que beaucoup ont relevé le défi de ce Printemps des Poètes à Marseille. « Je lève mon verre invisible, à la beauté, la clandestine, la fugitive encore à naître… »

 

Prochaine rencontre proposée par Scriptorium : la Caravane poétique, le samedi 11 mai, au Mur de la Peste (à Cabrières d’Avignon). Une nouvelle aventure à vivre en poésie. Renseignements : www.scriptorium-marseille.fr

 

                         Anne LOFOTEN

article LA PROVENCE 9 mars 2019 Toursky.jpegflyer web PRINTEMPS POÈTES SCRIPTORIUM TOURSKY MARSEILLE.jpg

 

 

14:51 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

25 février 2019

T’AS DE BEAUX MOTS, TU SAIS Le Scriptorium lance à Marseille le 21° Printemps des Poètes au Toursky

 

flyer web PRINTEMPS POÈTES TOURSKY.jpg

 

 

À Marseille, le Printemps des Poètes n’a pas dit son dernier mot.

 

Pour déjouer le silence ambiant qui ne consent à pas grand-chose, pour dérouter les mots vides, trop usés, du monde machinal, les poètes du Scriptorium ont décidé de rallumer l’ardeur, faire entendre la vibration des mots, jouer une partition à plusieurs, le temps d’une échappée belle.

 

Celle-ci aura lieu au théâtre Toursky à Marseille, dans la salle Léo Ferré, le dimanche 10 mars, à 16h. Axel Toursky, le nom d’un poète…

 

Pour fêter ce moment, l’association le Scriptorium qui œuvre depuis bientôt 20 ans pour une poésie vivante et partagée s’est trouvé des alliés de choix :  l’association des amis de Richard Martin dont le travail de présence militante au théâtre est de tous les instants, et la revue des Archers qui continue de pratiquer ses « visions obliques », dans sa pratique éditoriale refusant les ostracismes.

  

C’est donc en tir groupé que vous donnent rendez-vous les acteurs de cette rencontre.   

 

2 poètes MARIE GINET DOMINIQUE SORRENTE.jpg

À la baguette, le poète Dominique Sorrente, ancré à Marseille, accompagné de la slameuse Marie Ginet, venue de Lille. Deux voix complices qui ont créé ensemble le spectacle « Nord Sud où vont les fleuves » et qu’on retrouvera ce 10 mars dans un rôle dont ils sont coutumiers : animer les podiums, les rencontres-lectures, les scènes slam.

 

La rencontre aura pour objet de célébrer  la beauté dans tous ses états. La Beauté, thème du Printemps des Poètes, déclinée ici au pluriel. Car il y a tant de façons de croiser la Beauté…De Zénon à Pessoa, de Rimbaud à René Char, de Malherbe à Neruda, la beauté n’en finit pas de faire parler…et écrire…   

 

Et comment ne pas entendre, dans ce « T’as de beaux mots, tu sais » choisi pour titre clin d’œil de cette rencontre une réinvention du dialogue amoureux entre Jean Gabin et Michèle Morgan ?

 

Cette rencontre autour des mots du poème se fera donc le plus simplement du monde, mais avec sa part de surprises, d’émotions variées, de paroles à l’air libre. Autour des tables.

 

Elle alternera des séquences de scène ouverte et des temps choisis ( chansons, performances…), dont deux hommages aux poètes Yves Broussard et Jacques Lovichi,  piliers de la revue Sud puis, plus tard de la revue des Archers, qui ont disparu tout dernièrement.

 

Quelle démarche pour ce type d’événement ?

Dominique Sorrente explique : « Il y a des phares en poésie, des paroles qui dessinent et éclairent, mieux que d’autres, le réel ; nous voulons les faire entendre à tout public. C’est comme cela que nous pouvons accueillir les écritures et les paroles nouvelles, leur donner sens. La part créative des uns fait alors écho à celle des autres. » 

 

Ni élitisme de l’entre-soi, ni démagogie du tout-venant, mais des mots pour nourrir la vitalité.

 

Un vrai Printemps des Poètes, en somme. 

Et des tas de beaux mots... 

 

Aspects pratiques :

Concernant la Scène ouverte, toute personne qui le souhaite peut y participer.  En tant que spectateur-auditeur, bien sûr, mais aussi en participant de vive voix. Les inscriptions se prendront dès 15h30.

 

Apportez les poèmes que vous aimez, ceux qui vous sont venus.* Un temps de parole de 3 minutes par passage vous sera offert comme une fenêtre choisie sur le monde.

 

Cette rencontre sera aussi l’occasion de découvrir l’anthologie La Beauté, éphéméride poétique pour chanter la vie , établie en 2019 par Bruno Doucey et Thierry Renard (éditions Bruno Doucey) et celle du Castor astral, Pour avoir vu un soir la beauté passer (préfacée par Sophie Nauleau).

 

 

Attablez-vous. Ce moment est le vôtre.

 

                                   Anne Lofoten

 

*Vous êtes aussi invités à partager vos textes écrits sur « Dis moi dix mots » sous toutes ses formes, et ainsi participer à la semaine de la Langue française et de la Francophonie qui aura lieu du 16 au 24 mars. Pour rappel, les mots choisis sont : arabesque, composer, coquille, cursif/-sive, gribouillis, logogramme, phylactère, rébus, signe, tracé.

À vos plumes…

 

13 février 2019

DANIEL SCHMITT a 90 ans: un PRINTEMPS DES POÈTES en février

                      Au fur et à mesure qu'il avançait dans cette ville trop connue,

                     les rues devenaient nouvelles   

                                     Daniel Schmitt, extrait de Donné par la nuit (Lo Païs)

Le triomphe de DANIEL  S.JPG

Quel bonheur ! J’ai connu à Puryicard, au nord d’Aix-en-Provence un vrai Printemps des Poètes avant l’heure. Un 9 février. Mieux qu’un lever de rideau. Tous ceux qui viendront faire « événement » le mois prochain n’ont qu’à bien se tenir pour être à la hauteur.

 

Le poète Daniel Schmitt vient de fêter ses 90 ans, et nous étions quelques-uns à l’accompagner dans ce geste qui fut aussi celui de croquer dans un gâteau de livres à nul autre pareil, et de compter les bulles de champagne comme tous ces jours traversés.

 

IMG_20190209_132810 La leçon de Daniel copie.jpg

J’ai une immense affection pour le poète de Donné par la nuit ( édité par Lo Païs, 1997). Je partage avec lui  mes initiales ( il est mon aîné dans la famille des D.S.) mais aussi évidemment bien plus que ça. Un homme rare, agile, courtois, capable d’une merveilleuse attention, et qui connaît encore par cœur des poèmes et des pensées qu’il partage à l’envi avec le public du moment. Il se dit « rangé des voitures » et tant mieux. À nous les chemins de traverse où il y a du prodige à trouver.

 

Daniel et Manou.JPG

Ce samedi où nous avons fêté son bel âge, il nous a encore gratifiés du souvenir de sa première rencontre avec Pablo Picasso. Une salve ! C’était en 1958. Son ami Lucien Clergue lui avait demandé un insigne et surprenant service, faire le quatorzième à la table du maître…et Daniel se demandant bien ce que c’était que cette affaire tordue, mais toujours partant pour l’aventure d’amitié, avait accepté. Il avait pris son intrépide solex, fait quelques heures en deux-roues de Cannes-la Bocca au Pont du Gard chez le collectionneur d’art, Douglas Cooper. Le solex et son conducteur s’étaient amusés comme des fous dans l’ambiance guindée des limousines.

Dans la demeure, un Nicolas de Staël traînait par terre. Paulo Picasso servait les apéritifs de son père.  Daniel se souvient qu’il avait bu là son premier whisky et qu’on l’avait installé à côté de Jacqueline et en face du maître.

Fin de l’épisode.

 

À notre dernière rencontre, il y a peu, Daniel nous avait crédité d’autres histoires réjouissantes avec un art consommé de l’effet et une rare précision dans les détails. Comme Marie Ginet lui parlait de slam, irritée de la méconnaissance de nombreux poètes en la matière et capables pourtant de discourir sur le thème (lire son excellent article « Slam, peuple et poésie », publié dans la revue Terre à ciel https://www.terreaciel.net/Slam-peuple-et-poesie-par-Marie-Ginet#.XF_lIs9KjOQ   ), Daniel Schmitt, haut comme deux pommes et demie, était allé se hisser au-dessus d’une bibliothèque et avait brandi avec un grand sourire une coupe, en racontant l’histoire de son trophée. « Ça s’est passé en 1993. Deux américaines qui avaient sans doute connu Marc Kellly Smith, le fondateur du mouvement slam, ont eu l’idée d’organiser un premier concours de slam en France au château de la Napoule. Elles avaient battu le rappel. Et de ce fait, il y avait beaucoup de monde, et notamment toute la poésie qui compte et qui voulait se montrer pour ce moment. Je me suis inscrit. Le concours était mené tambour battant. Je disais un texte différent à chaque fois comme il se doit. Le public votait. Les compétiteurs tombaient petit à petit. Les poètes éliminés faisaient de drôles de têtes. Et c’est moi qui suis resté ! J’ai gagné des t-shirts, devenus des reliques, et cette coupe ». La rencontre pionnière de La Napoule ne fut jamais renouvelée. Fin d’épisode. On en fut quittes pour une photo de fortune.

 

IMG_0178 Daniel Marie slameurs.jpg

        Daniel Schmitt et Marie Ginet, Cannes janvier 2019

C’est le même Daniel Schmitt, admirateur de Trenet, qui a souvent côtoyé René Char, André Villers, et plus tard écrit des paroles de chansons pour Henri Salvador.  

Fidèle à sa passion de toujours, la poésie. Sans faux-fuyant, draperies, coteries sociales, avec juste le goût d’enchanter le réel, malgré les malheurs des temps.

 

Déjà enfant, atteint gravement de la scarlatine, il avait inventé dans un délire de fièvre le nom de ses ennemis « les « hangués » pour mieux les convertir en mots.

Et aujourd’hui, il en est de même : face aux monstres de notre époque dont il se sent étranger, s’accorder quelques bulles d’air, ou phrases caressantes. Et partager tout ça, partager avec ses plus intimes, comme sa femme Manou, la « Manou des quatre saisons », ou Lucile, son arrière-petite fille aux coloriages étincelants. Partager encore avec le premier venu.

 

IMG_20190209_154805 Le gâteau.jpg

Ce 9 février, à Puyricard où merveilleusement accueillis par sa fille Nathalie, nous fêtions notre ami, Daniel a refait ce geste que je l’ai vu faire tant de fois : sortir de son sac un feuillet, sa « Besace », et nous en donner à chacun un exemplaire.  On pouvait lire un poème de novembre-décembre 2018, grave comme la conscience du temps. Et l’énigme de ce que nous devenons en « disparus » que tôt ou tard nous serons.

                                                             

  IMG_0172.jpg

                     A gauche, le photographe et plasticien André Villers - à droite Daniel Schmitt 

 

 

Comment va-t-il se rassembler

Le Dispersé

À qui donc va-t-il ressembler

 

Comment va-t-il se rencontrer

L’Éparpillé

Dans quelle improbable contrée

 

Qui ou quoi va-t-il retrouverL’Introuvable Trouvère

De trous d’air en trous d’air égaré

 

La trace et le reflet d'une chanson.jpg

Avec ma guitare, j’ai chanté la chanson « Petit prince de nonante ans » que j’avais écrite et composé en l’honneur de mon D.S. Et dit un poème « Quand l’année me tourne la tête » qui me semble avoir été écrit par lui. J’ai fait ça du mieux que j’ai pu comme Lucile avec son cadeau coloriage. J’ai été payé d’une embrassade d’évidence. Ici la vie ne ment pas.

 

Oui, l’anniversaire a bien duré jusqu’ à 18h30.

Le temps de la poésie s’étire en douceur. Avec le consentement des convives complices. Dont le peintre aixois Gilles Bourgeade, qui fut le passeur inspiré entre Daniel et moi. Pour ceux qui ne connaissent pas, visitez sans attendre son atelier virtuel: http://gilles-bourgeade.wixsite.com/arts

 

  

Au moment où je devais repartir, j’ai vu Daniel déplacer son auto. Il s’apprêtait à repartir vers Cannes, vers son appartement à double vue montagne et mer. Avec Miro, Cocteau, et tant d’autres dans son coffre à souvenirs.

Avec Manou, dans son silence parlant, « Manou ma saison jusqu’au bout ».

 

Gâteau livre d'anniversaire.jpg

 

 

Un poëte est un sentier

Un chemin de traverse

Parfois même une impasse

Et c’est bien comme ça

 

Avec plein de gens de rencontre

À chaque Besace expédiée

Contre la mort contre la montre

Je fais l’amour ou l’amitié

 

Et que nous dit ici Lucile (qui a 4 ans et demi maintenant) ? :

« Je décide et tout est possible ! ».

 

Même pour Daniel de mettre un tréma sur le e de poète. Sans sourciller.

 

  

                                                     Dominique SORRENTE