Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 septembre 2019

UNE RENTRÉE AUX COULEURS BLEU LAGON POUR LES POÈTES DE LA COÏNCIDENCE

                                                                                          HipstamaticPhoto-590251215.883809.jpg

 

fulgurante et éphémère

une cascade

au fond des yeux

 

Ce 15 septembre, rendez-vous a été pris pour de belles retrouvailles et de belles rencontres, cette année encore.

Les poètes du Scriptorium, bien décidés à défier la grisaille ambiante, les pieds dans l'eau et le regard à l'horizon de lendemains meilleurs, s'étaient parés de leurs plus belles couleurs. Du bleu dans les yeux et des étincelles en tête.

Après une Assemblée Générale rondement menée, nouveaux arrivants, propositions et rendez-vous donnés, préparation des XX ans à fêter, il était temps pour les participants de se retrouver au bord de l'eau.

 

RentréeDuScriptorium_09.2019.jpg

 

Dégustation d'eaux de sources, blue lagoon, boucles-vidéo d'eaux de mer, et textes proposés par Myriam Eck, Nicolas Rouzet, Marie Ginet, Olivier Bastide, Wahida Bayoudia, Marc Paul Poncet, Robert Trinh, Emmanuelle Sarrouy, Dominique Sorrente, Thérèse Dufresne et Marthe Paoli. Une loutre, une sirène, E. Dickinson, W.B. Yeats, François Cheng, le long des calanques… et tout le toutime !

 

Un très bel hommage fut rendu aux deux poètes Michel Baglin et Rémy Durand disparus durant l'été.  

Ambiance chaleureuse à la croisée des chemins… ponctuée par la guitare de Dominique Sorrente.

 

En attendant de fêter dignement tout au long de l'année les XX ans de cette aventure de poésie vivante et partagée qu'est le Scriptorium, on pourra retrouver dès à présent QUINZE VUES / QUINZE VOIX, le recueil de photos d'Olivier Bastide et de poèmes de 13 auteurs du Scriptorium de Marseille, conçu à l'occasion des 15 ans de l'association  ici : https://fr.calameo.com/read/00501609165dd90320c62

 

Chacun pourra également régulièrement consulter la page facebook du Scriptorium pour les propositions poétiques glanées ici et là…

La nuit tombe plus vite en septembre, l'été s'attarde encore un peu…

Mais avant d'éteindre les bougies qui les accompagnaient, un prochain rendez-vous fut donné le 05 octobre 2019 à 16 heures au jardin japonais du Parc Borély pour fêter l'automne, fête si joliment nommée au Japon AKIMATSURI (https://www.sortiramarseille.fr/agenda/akimatsuri-la-fete...) ! 

 

 

et ils l'ont vue danser

dans l'eau trouble du lagon

la sirène bleu citron

 

fullsizeoutput_6681.jpeg

 

 

 

31 août 2019

UNE RENTRÉE LES PIEDS DANS L'EAU POUR LE SCRIPTORIUM: Dimanche 15 septembre MARSEILLE

IMG_0788.jpg

Évidemment, ce ne sera pas un moment comme les autres.

Mais y en eut-il jamais à notre table commune ?

 

Évidemment, nous saluerons en poèmes ceux qui sont partis cet été sur l’autre versant et continuent à nous faire signe, Rémy Durand, Michel Baglin...

 

Évidemment, nous rapporterons quelques éclats de nos trouvailles de juillet et d’août, munitions pour les jours qui se raccourcissent.

 

Évidemment, nous ouvrirons la page légère des 20 ans de notre aventure, anniversaire d’une année à écrire ensemble.

 

Évidemment, nous nous attarderons. Le rebord du rectangle est fait pour cela. Et nous écrirons avec les pieds qui jouent dans le clapotis, à rebours de l’émiettement ambiant.

 

On écoutera un oiseau trillant sur une branche du vieil acacia :      « tiens, ils sont revenus, les poètes de la coïncidence! ».

 

Ce sera la rentrée, en somme, au défi des fissures et des empêchements. 

Une rentrée « les pieds dans l’eau ».

 

          16h  Assemblée générale

          17h30  Moments lectures, performances, parolades

           « les pieds dans l’eau »

 

   Si vous n’êtes pas membre adhérent, mais souhaitez participer à ce moment-poème « les pieds dans l’eau », nous vous invitons à nous écrire à : poesiescriptorium13@gmail.com

avant le mercredi 11 septembre.

30 juin 2019

SIESTE DU SCRIPTORIUM MODE D'EMPLOI: AU DÉFI DE LA CANICULE

                                                         

Affiche Scriptorium web.jpg

                                affiche réalisée par Colette Papilleau            

 

                         On est dans le thème

 

 

Parfois les mains se laissent aller

à ne plus applaudir.

 

Les chenilles processionnaires

retournent se cacher

dans la tignasse du pin parasol.

 

Quelques corps s’affalent

sur un tapis

qui n’a pas encore appris à voler.

 

C’est fin juin, passé midi le juste.

Ça canicule sévère, on est dehors pourtant.

Il y a du courage dans l’air,

mais ça ne se voit pas.

 

Les guimauves remuent dans le sac,

à l’affût, pour récompenser

les parleurs extravagants

qui ouvriront la bouche aux poèmes

sans gober les insectes.

 

Parfois on flotte

en pensée, en action, par souplesse

et par déraison.

 

On flotte encore,

et on apprend la dérive de dire

comme celle de se taire.

 

À d’autres,

le travail forcené

d’un orchestre

qui éclabousse en sepia à l’autre bout du jardin.

 

Parfois on vit

assis ou allongés, droits ou tordus.

On tient en équilibre,

jouant au mistigri des phrases

ou lançant des mots acrobates.

 

Pas gigotage, pas ronflerie,

pas mêle-de-tout,

on est là en suspens. À quelques pas

des agrès des enfants.

 

Quand plus rien ne nous empêche

de laisser l’arbre grandir en nous,

on appelle cela

la sieste poétique.

 

Et personne,

vraiment personne

n’est obligé de nous croire.

 

                                 Dominique Sorrente

 

                                Jardin de la Colline Puget,

                                                  MARSEILLE

                                                     29 juin 2019

 

SIESTE PUGET TRACE.JPG

                                Les Scripteurs du jour, revenus de sieste

                                (Marie Ginet, Emmanuelle Sarrouy, Nicolas Rouzet,

                               Dominique Sorrente, Franck Merger, Delphine Segond, Myriam Eck )

                             - photo Medjina au retour du tourniquet