UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 mars 2020

J-2: LE BATEAU IVRE DU SCRIPTORIUM EN PHOTOMONTAGE...

 

PHOTOMONTAGE  MORCEAUX DE BRAVOURE.jpg

 

Oui, "mettons ensemble nos Morceaux de Bravoure!" C'est le voeu le plus cher que je puisse formuler pour le Scriptorium et ceux qui l'accompagnent. 

Voilà donc le photomontage des Scripteurs réalisé par Paola Leone pour notre rencontre désormais "à distance" de ce dimanche 22 mars. Merci à Paola!

Lorsque le temps des retrouvailles viendra, ...un jour..., nous nous retrouverons au Bateau Ivre. Et nous rirons de savoir que l'image a précédé le réel...En espérant que les absents d'aujourd'hui nous rejoindront. 

IMG_2365 FLEURS JAUNES.JPG

Gérard Boudes nous propose un portrait décalé, au fil de la semaine.

 

Portrait à la semaine

 

Se tirer un portrait ?

Un lundi on m’a dit : va à la machine

Et fais lui la gueule.

 

Il faut du je, il faut du me

Pour parler de soi

Du jeudi, du mercredi.

 

J’étais donc assis sur ce tabouret gris bleu

Et j’avais devant moi

Moi.

 

Rien n’est plus compliqué que sa propre face.

Qui suis-je ? Je suis

Attends ! Regarde !

Je prends ! Tu vois !

 

Et la photo de la gueule a jailli

De la fente de la machine.

 

**

 

Un rectangle en plastique avec sa gueule

Cela prouve que l’on est.

Je suis donc document avec un sang écrit

Et un code barre pour résumer mon corps.

Quand je passe un portique un lundi

On me donne une tête.

Quand je roule au métro le mardi

On me rend mes deux pieds.

Quand ma gueule apparaît au guichet mercredi

On consent après tout à livrer mes deux bras.

Et jeudi c’est pour moi je le dis, c’est ici

Transmettez tout mon jeu et mes jambes sur les prés.

Quand arrive vendredi, mon auto sur la route

Je ne peux pas manger car c’est jour de poisson

C’est heureux que soit là samedi où enfin

Je retrouve mes viscères et je peux respirer.

Et dimanche on me rend ce qui reste, les réflexes

Le sourire et le rire et peut-être le sexe.

 

Gérard Boudes

20 mars 2020

19 mars 2020

J-3: BRAVOURE AUX CONFINS

J-3: Le Bateau Ivre est à présent bien ancré dans nos têtes.

Chacun s'invente comme il peut des gestes de proximité, et rêve des vagues de l'autre côté du paysage. Il se prépare peut-être  un tour du monde de sa chambre à la suite de Xavier de Maistre...il sait aussi qu'ici ou là,  circulent des effrois, des détresses...

 

Alors c'est une joie sans préavis de recevoir les "morceaux de bravoure" des uns et des autres...Ce matin, lors de mon excursion à pas comptés, je me suis penché sur le destin d'une subtile coccinelle, et j'ai cru comprendre qu'elle se penchait aussi sur le mien. Jusqu'à ce que nous comprenions ensemble que chacun attendait que l'autre s'envole pour dire le beau temps qu'il fera demain! Alors, nous sommes devenus bons amis.

IMG_2352 COCCINELLE.JPG            

Voici  les trouvailles de scripteurs de ce jour. Leurs morceaux de bravoure. Venus d'Allemagne, de Suisse romande, et même de Marseille...

 

Dimanche, nos poèmes PARLERONT. De l'un à l'autre.          N'hésitez pas à nous rejoindre pour de nouvelles inventions dans nos périmètres de fortune...                                                                                                     

LAURENCE VERREY.jpeg

                                                              PAPIERS COLLÉS DE JOURNAUX - LAURENCE VERREY

 

 

LE RÉEL EST TÊTU CETTE ANNÉE...

 

Le réel est têtu cette année...

 

la vague claque

sans ralentir son rythme

fait trembler l'équilibre sur terre

 

 

la marée contraire riposte

sans langue de bois

prodigieux défi de produire un retournement

                                                             conjugué

 

 

le temps de matérialiser une eau de résistance

                                                et de partage

 

Pour sauver le jeu

         chantier permanent

         d'actes de bravoure

sur tous les fronts

  

                                                     Laurence Verrey,

                                                                19 mars 2020

 

IMG_2350 CHEMIN DE TERRE.JPG

Terreuse progression D.Sorrente

 

ermutigung                          encouragement

 

ein tag ohne stift                   un jour sans stylo

das licht schreibt                   la lumière écrit

von selbst transparent            toute seule transparentes

die zeilen zwischen                les lignes entre

den menschen                      les hommes

wachsen                              naissance

geschichten                          des histoires

 

Eva-Maria Berg      -      traduction grâce à l´aide de Max Alhau

 

                                                           

IMG_2354 UNE MARELLE.JPG

Jeu de marelle pour sortie brève. D.Sorrente

  TROC M.Ross.jpg

                                                   

IMG_2356 UN GANT ABANDONNÉ.JPG

Que nous raconte ce gant laissé ? D Sorrente

 

« Tout le malheur des hommes vient...de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambre » Blaise Pascal

 

          Pour rien

 

 Toute vie est l’histoire

D’un crime sans raison

Une passion sans gloire

Dont nous taisons le nom

 

Nous cherchons sans espoir

Le soleil de midi

Dans mille et un miroirs

Que la nuit multiplie

 

On voudrait être ici

Et là-bas à la fois

Mais dans tout ce tournis

Là-bas n’est jamais là

 

On danse avec la lune

Trinque avec le soleil

Dans cette infortune

Tout est toujours pareil

 

Et tu envies ton chat

Qui dort sur le sofa

En ronronnant, heureux

Pour rien ou pour si peu.

 

                        Marc Paul PONCET

 

IMG_2346 KIT DU PARFAIT CONFINÉ.JPG

Kit du parfait confiné. D.Sorrente

 

 

Dans un pays de lumière…

 

 

Qu’il vive dans un pays de lumière d’ombre ou de frimas

Qu’il soit sage ou qu’il soit fou

 

l’homme enfermé dans sa tour

l’homme enfermé dans sa grotte

 

Il suffira qu’il tende la main

pour qu’il touche la mémoire engourdie

 

de tous ces souvenirs frivoles

et que sa langue tourne sept fois

 

sous la dictée des lèvres

pour que s’ouvre

 

déjà

 

un chemin

 

à travers la neige fraîche

de la matrice des mots

 

                               Nicolas Rouzet

IMG_2349 PROMESSE DU PRINTEMPS.JPG

Et le printemps s'obstine...D.Sorrente

 

L’Enfer

 

Rien n'est plus neuf que mon enfer ; je le traîne, le trimbale à mes côtés sans m'en soucier plus que ça. Il est l’agrément

de mes nuits, le soufre de mes jours.

Depuis midi, il se précise dans un très strict enfermement qui prétend me réduire à n'aimer que la peur,

à obéir aux cris, à la parole vile du bourreau. Mais bientôt sonne l'heure de mes soleils et l'enfer redevient mon jouet,

fils de mes perversions, de mes douces violences. Je suis le diable.

 

                            OLIVIER BASTIDE

 

IMG_2348 JEU DE PISTE.JPG

Balise en bleu pour carnet en errance  D.Sorrente

 

18 mars 2020

J-4 LES PREMIERS MORCEAUX DE BRAVOURE MONTENT À BORD...

 

IMG_2325 -AUGUSTE SALUE SUR LE BATEAU IVRE.JPG

Cette fois, nous avons quitté le Bateau Ivre des yeux...mais non du coeur. Notre paysage est devenu celui du monde qui nous entoure, ce "pâté de maisons" que chacun découvre à sa manière...Pré carré, îlot urbain, terrain vague d'à côté...Impossible de séparer les rumeurs des drames sur le front, à l'Est notamment, des premiers exercices de séjour en "confinade"! Sentiments en vrac qui viennent au jour le jour déplacer nos balises quotidiennes. 

IMG_2334 BUS 60.JPG

Comme nous l'avons annoncé, chacun-e est désormais invité-e à proposer un poème (une page) qui sera son Morceau de bravoure, en vue du 22 mars. 

 

Et voici donc les deux premiers arrivages que je suis heureux de partager avec vous. Ils ont été écrits par Wahiba Bayoudia et Leonor Gnos.

IMG_2331 NDLG chemin piétonnier.JPG

« Déambuler c’est marcher droit comme les dieux »

                                                                          d’après J.P Brisset

 

Ainsi une prédation invisible

au parfum soufre rouge

souffle au travers du monde

resserre les poumons.

 

Ainsi sur ce nouveau visage

du monde quelque chose vacille.

Une étrange partition

résonne à l’oreille.

 

Morceau de bravoure oui

à créer pour la traversée.

 

Ainsi les murs de la chambre

seront les armes.

 

Comme points d’acupuncture

se tenir droits entre ciel et terre.

 

Sur la marge blanche ouverte

au creuset du silence

allumer un vortex des possibles.

 

Tisser ainsi les liens

jeter les cothurnes,

enlever les filtres.

 

Puiser les paroles de vie

pour une aube nouvelle.

 

Tisser ainsi la trame

d’ un nouveau paysage

 à nos yeux.

 

Et « marcher droit »

sur la brèche des jours.

 

                             Wahiba BAYOUDIA

 

IMG_2336 UNE FLEUR.JPG

Morceau de bravoure

  

            Tu connais la tragédie de la parole

            mais le drame c’est l’âme des choses

            enfermée par l’étrangeté du monde

 

            par cet obstacle qu’il faut affronter

            plutôt anéantir en soufflant à gauche et à droite

            jusqu’à ce qu’il s’efface en face de tes idées

 

            libre à résister à tenir tête  tu es la plus forte

            dans ce sens donné tu es la maîtresse

            des oppositions et cela te fait vivre

 

            ta voix de poète sera forte

            et douce en même temps et non point

            un organe enroué à force de hurler 

 

            une porte-parole de passion

            où tu mets en résonance avec toi-même

            les mots les plus choisis les plus sacrés

            pour que surgissent la beauté

            et la douleur du monde

            et la pointe de l’âme

 

 

                                                          LEONOR GNOS

 

IMG_2335 ROCHE.JPG

             Toutes les photos (hormis la première qui date d'hier matin) ont été prises aujourd'hui lors d'un déplacement bref, sans autre animal de compagnie  que quelques oiseaux complices.