Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 mai 2013

Formes brèves extraites du "Mandala des jours" ~ Dominique Sorrente

 

Chaque couleur nous aurait échangé

sa grammaire

contre un obscur à découvrir.

 

 

V.G. Chaque couleur.jpg

 

 

 

Il se fait geste du blé que l’aube touche à peine.

 

V.G. Il se fait geste du blé.jpg

 

 

 Le monde est un reflet à deviner.

 

V.G. Le monde est un reflet.jpg

 

On dit que le destin est un repas

qui s’installe au bord du soleil.

 

V.G. on dit que ledestin.jpg

 

 

On voudrait dire n’importe quoi juste pour en sentir l’effet

dans l’univers infime.

N’importe quoi pourtant se refuse.

Il ne sort pas vivant de l’intervalle de brûlure que nous faisons.

 

V.G. On voudrait dire n'importe quoi.jpg

 

 

Tu es cette fenêtre qui se défend à peine.

 

V.G. Tu es cette fenetre.jpg

 

 

Un epsilon ouvert dans le bleu-nuit d’étoiles.

 

V.G. Un epsilon ouvert.jpg

 

Gérard BOUDES

 

Gris

 

P1130860.JPG

 

 

Il pleut sur le port

 

 

 

Et sur deux tréteaux

 

 

 

Un très vieux bateau


 

Attend son sort.

 

 

 Cheval amaigri

 

Privé de la mer

 

Ne voit que le gris

 

Et le quai amer.

 

 

 

 

Bleu

  

P1150575.JPG

 

 

Le vent s’est levé

 

 

L’azur est venu

 

 

Marin ingénu

 

 

 

La mer est rêvée.

 

 

 

Tu vas sur les flots

 

Ton foc s’est tendu

 

Soleil revenu

 

Te rend ton rafiot.

08 mars 2013

Légère comme une ombre ~ Angèle Paoli

intervalle script sans armes.jpg

 




Légère comme une ombre

la vie se déplace
sur un fil 

un oiseau tire-d’aile
ponctue la ligne 

tes pas te conduisent
où tu erres 

dans l’apaisement
des jours

ta vie dans une conque claire
à la levée du ciel

tu marches à la rencontre
des sources
effluves de printemps
sous la sève
 

qui d’autre à dire
la touffeur du maquis
odeurs d’urine et de bêtes
laines de velours
 

tu as peur de ton ombre
qui glisse
tu regardes le ciel

 

pour quel présage
outremer
le soleil dense
sur la vague

 

là - haut
dans le grand espace
des crêtes
se livre la vie
hors temps
 

les chèvres sont passées
ce matin
houle de billes
vagabondes

 

mettre fin aux négociations
cesser de tergiverser
en finir avec les palabres
mots vides qui s’échangent
sur fond de tambour
arrêter le flot des mots
se délester des combats
de coqs
prendre du champ
dans la limaille

 

seul le grelot d’une chèvre
compte
et ce perce-neige docile
qui s’ébroue
sous des perles d’eau
 

tu passes et encor repasses
toujours sur les mêmes mots
« un courlis d’eau frôle la vague »

 

un oiseau déplace en vol
toute la violence
du jour silence
 

sensible insensible
à ce qui meut
les âmes mortes.

 

Angèle Paoli

 

chèvre-corse.jpg