UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 décembre 2021

UNE VEILLÉE DE DÉCEMBRE AU SCRIPTORIUM -ÉVOCATION

 

IMG_5234 Feu veillée.JPG

                                                                  à Isabelle Alentour, notre hôtesse,

                                                                                 et aux autres participants

 

Entre vin chaud et far breton, il nous arrive de devenir,

le temps d'un feu de cheminée,

comme un petit cercle collé sur les hauteurs

qui regardent Marseille de loin, ciel étoilé.

 

Nous déplions une veillée, un poème après l'autre,

le feu monte la garde des mots qui vont surgir

ou se dérober.

 

Avec le soir qui vient, il est question de semaine perpétuelle,

d'atelier du silence, de critique par ignorance,

de correspondances entre Kafka et Milena,

 

on jongle de mots au travers des lignes

avec Laura Vasquez, Pierre Bayard,

Jean d'Amérique, Guillaume Decourt, André Breton...

 

et la coïncidence, à chaque fois,

joue à ses jeux de cartes invisibles.

 

Nous nous accordons le droit de dériver

pourvu que l'aimantation

souffle durablement les braises.

 

Dans la nuit, avec lampe torche, sur le sentier du retour,

nous revendiquons les « sympathies qui méconnaissent les lois de l’espace ».

 

Et nous voulons, plus que jamais, ce soir-là, emporter avec nous

pour le temps à venir

la coïncidence, belle invisible,

comme l'art "d'advenir ensemble".

 

                            Dominique SORRENTE

IMG_5233 Le groupe.JPG

En cercle: Robert Trinh, Henri Perrier Gustin, Marc-Paul Poncet, Dominique Sorrente,

Marie-Philippe Joncheray, Wahiba Bayoudia, Emmanuelle Sarrouy, Isabelle Alentour

 

IMG_5424 Coincidence avec H Tramoy.JPG

La "coïncidence en pratique"- croisement fortuit, lors d'un jour d'après, à Sarrians en Vaucluse-

Henri Tramoy et Dominique Sorrente

 

25 novembre 2021

RETOUR SUR LA RENCONTRE "UNE REVUE, UN AUTEUR" AUX ARCENAULX du13 novembre

 

LA REVUE DES ARCHERS 20 ans.JPG

Ce fut un beau moment à la librairie-galerie Les Arcenaulx, à Marseille, le samedi 13 novembre.

La salle Rimbaud, joliment voûtée, avait été choisie par le Scriptorium pour accueillir la première de "Une revue, un auteur". Un projet visant à présenter deux aspects de la pratique poétique et littéraire: l'expérience d'un espace collectif ( une revue) et celle d'une démarche singulière ( le parcours et l'oeuvre d'un auteur).

DSC_0450 Michèle lit.JPG

La revue des Archers

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        Michèle Dujardin

 

Pour la circonstance, c'est la revue des Archers qui avait été conviée, ainsi que la poète Michèle Dujardin venue de Touraine.

Dominique Sorrente et Marjolaine Heeg animaient la rencontre qui ne connut pas de temps mort, mais une succession de lectures, et aussi des moments de chansons avec Alexia Greco interprétant des poèmes  de Lionel Mazari, accompagnée de sa guitare.

DSC_0415 Alexia.JPG

                                                                                              Alexia Greco

Durant la première partie, la revue des Archers fut présentée par Marjolaine Heeg qui évoqua les 20 ans de la revue et son ancrage au théâtre Toursky, son visage éclectique et son goût pour des voix mêlant poésie et proses. On put ainsi découvrir le numéro 38 de la revue des Archers à travers des poèmes et textes de Coline Marescaux, Guillaume Decourt, Henri-Fred Blanc, J-P Cramoisan, Francis Kaigre, Marc Ross, Emmanuelle Sarrouy...

DSC_0413 E Sarrouy .JPG

Emmanuelle Sarrouy

Puis ce fut l'entretien entre Michèle Dujardin et Dominique Sorrente, l'occasion de mieux connaître le parcours dense et secret de l'auteure d'Abadôn, entreprendre un bout de chemin vers ses Hauts déserts (Cheyne éditeur) et mesurer son exigence d'écriture.

On évoqua aussi la rencontre avec Christian Guez Ricord, la revue Orion, créée par François Bon et Bruno Bernardi présents pour l'occasion, l'ambiance du Marseille des années 80 et l'aventure du groupe des auteurs d'If ( voir le numéro 64-65 dit "Méditerranées" de la revue Sud, 1986). Sans oublier le livre Blockhaus, publié en 1983, aux éditions du Quai, dirigées par Jeanne Laffitte. Et le rôle des blogs littéraires dans le dialogue entre un auteur et ses lecteurs comme celui d'Abadôn animé par Michèle Dujardin.

 

DSC_0384 Marj et Dom.JPG  

Marjolaine Heeg.            Dominique Sorrente                        

DSC_0511 Aurore et Abel.JPG

                                                               

              Abel et Aurore - radio Rayvox       

                                                                                                                                                              

Une plongée dans un chemin littéraire obstiné, en retrait, avançant parmi les pierres et ne se laissant approcher que pas à pas. Jusqu'à "sentir sous les doigts le petit feu d'éternité mobile".

 

Une soirée du Scriptorium vivante, rythmée, à laquelle un nombreux public avait répondu. Le tout, suivi scrupuleusement par l'équipe de la radio Rayvox.

 

                                            Anne Lofoten

DSC_0496 Couloir Arcenaulx.JPG

Les Arcenaulx

photos © Audrey Gambassi

15 novembre 2020

L'ÉPIQUE BISTROT est né...au SCRIPTORIUM de Marseille

IMG_0046.JPG

Que faire quand le moral est dans les chaussettes et qu'on ne retrouve plus ses chaussettes, quand l'agenda est lacéré de rayures, quand on s'énerve à compter le rayon de permission pour marcher en lonesome cowboy ou cowgirl ? Que faire surtout pour se relier quand les signaux de fumée semblent insuffisants? 

Le Scriptorium a choisi une formule, l'Épique Bistrot, qui mérite une petite explication de texte.

Un Bistrot, en temps de confinement... Il y a bien sûr de la frustration dans l'air. Mais à tout prendre, sans charges fiscales ni sociales, ouvrir un espace de liberté, c'est déjà ça de pris.

Le premier rendez-vous a eu lieu le samedi 7 novembre entre 17h et 19h via Jitsi Meet. Une occasion de trinquer à travers les écrans, prendre des nouvelles, dire et écouter des poèmes...Ce jour-là, marqué de deux pierres blanches: l'anniversaire de Marc Ross et la victoire de Joe Biden.

 

Désormais, le rendez-vous est pris pour ceux qui le voudront. Pour le moment, cela se passe chaque samedi entre 17h et 19h.

Si un couvre-feu est imposé, les horaires seront modifiés. Chacun, chacune viendra, selon son désir, partager un moment avec les autres poètes du lieu.

 

Quant au nom "L'Épique Bistrot", il s'est imposé rapidement par le biais d'un désir de quelques scripteurs en demande d'une aventure poétique digne de ce nom. Oui, il y a quelque chose d'épique dans ce temps que nous vivons. Le temps des formalismes semble bien en panne. Les heures du vieux lyrisme réclament une métamorphose. Et si, dans les aléas de ce temps pandémique, les petites échappées narratives ne préfiguraient pas un rêve d'épopée...quitte à échouer en douceur au bord des comptoirs?

Alors oui, le Scriptorium s'invente ici son lieu "digital"pour favoriser un engouement par temps de mise en berne. Un "intervalle" (comme se nomment tous ses rendez-vous) à l'Épique Bistrot. Les premières frappes de la légende sont sous presse en décasyllabes. D'autres suivront. Chaque scripteur est invité à cette invention à plusieurs voix, dont voici les premières strophes...

 

                                                                               14 novembre 2020

 

C'est au vingt-neuf montée de l'Oratoire

Que la petite a joint la grande Histoire

On y palabre on y délire et puis

À ta santé Blue Lagoon Pink Lady

 

Les scripteurs sont là humeur canapé

Accrochant leurs mots au bord de l'été

Ils ouvrent le temps carnets à spirales

Prêts à libérer des phrases bancales

 

Les guitares ne sont jamais bien loin

Revenues d'amours perdues dans les foins

On ne veut pas croire à la pandémie

Qui rend dans le soir les visages gris

 

L'un d'eux s'est levé pour une apostrophe

Sentant débarquer quelque catastrophe:

"Scripteurs d'aujourd'hui, ne faillissez pas.

Le sort des fées vous va plus que des rats! ...

 

Le reste sera notre façon de conjuguer au rythme des semaines. Que ceux qui souhaitent nous rejoindre nous fassent signe...on fera une haie d'honneur pour laisser passer leurs poèmes.  

                         

BISTROT J-1 groupe.jpeg