UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Scriptorium - Page 20

  • QUELQUES TEXTES AU FIL DE L'EAU - retour de la CARAVANE POÉTIQUE HORS LES MURS du 9 octobre 2021 à Saumane en Vaucluse

    914F4F0B-7103-48EC-A316-7BD29F26F8CC.jpeg

    Afin de prolonger la précédente note, voici ici quelques textes lus lors de la Caravane poétique du 9 octobre 2021 à Saumane en Vaucluse

     

    Et pour saluer le mouvement et la quête de notre exercice, cet extrait de Francis Coffinet :

     

    Tu n'as qu'effleuré

    la grande science des pas

     

    écarte le but

    déleste le souffle

     

    Le rythme

    c'est l'herbe qui l'inculque

     

                               Francis Coffinet

                         ( Je suis de la maison du songe, éditions Unicité )

     

                                                      ***   ***   ***

     

    Il n'est pas nécessaire aux éclatements de se rendre anodins.

                     Robert Roman

                     ( revue Wam)

     

                                                      ***   ***   ***

     

    Celui qui tire le fil de l'eau jusqu'à ce qu'il casse n'est pas encore né.

                         Dominique Sorrente

                                                       *

    Mieux vaut caresser le fur que battre la mesure.

                          Dominique Sorrente

     

                                                           ***   ***   ***

     

    Une muse et le vêtement de fil d’eau   

    J'avais recueilli dans le courant, de pleines bassines, de pleines pelotes, de pleines bobines, pour te faire un vêtement de fil d'eau.

    A l'approche de l'hiver je ne voulais pas que tu aies froid ma muse, dans les premiers vents d'octobre. En parcourant les sentiers du côté de Saumane, j'ai croisé ton chemin muse, tu frissonnais au bord du torrent. J'étais tailleur, colporteur sur la route de Provence, venu d'une lointaine contrée d'Orient.

    C'était un fil fin, ample, souple à tisser, j'en ai fait une rame, tant et tant confectionné, que de cette toile étincelante je te fis un vêtement clair qui couvrait ta nudité comme une gaz antique de soie.

    Mais le vent d'octobre curieux et fripon a soufflé sur la robe, le chemisier et les jupons, et le fil de l'eau a séché : te voici de nouveau nue au bord de l'eau.

    Il existe tant de fils, de soie, de lin, de chanvre, de laine et autres fibres que tant de mains habiles ont façonnés, mais bien malin ou sorcier celui qui saura durablement tisser le fil de l'eau, le fil des mots.

                            Henri  Perrier Gustin

     

    CFE17B5A-B77A-4B4C-95D4-DC671FC5CD44.jpeg

     

                                                    ***   ***   ***

     

    Quand les maisons se construisent sur le sable

             L'île 

             est une mer 

             toujours dans l'alternance 

             des marées 

             elle laisse les gens 

             venir et s'en aller 

             et quand ils embarquent 

             elle enseigne aux habitants 

             à monter sur les vagues 

             les maisons se construisent 

                                      sur le sable 

             pour chaque nouveau-né 

                                      un dauphin 

             nage dans la chambre 

     

            in Une brèche dans l'eau, d'Eva-Maria Berg, paru aux éditions Pourquoi viens-tu si tard ?, p.34

     

            ainsi se fraye 

            la lumière 

            une brèche 

            dans l'eau 

            et pourtant 

            elle ne tombe pas 

            sur tous les 

            disparus 

            dans les océans 

            du monde 

     

            ibid p.59 

     

    Pour donner signe de vie à tout ce qui survit et nous interpelle dans l'ombre, le poète ajoute :

     

             ça continue 

             ici l'eau 

             bouge 

             aussi dans la baie 

             les lignes brillent 

             les yeux changeants 

             en prennent leur lumière 

             comme si la nuit 

             restait à quai 

     

             ibid p.65 

     

             la lumière blanche 

             s'inscrit 

             dans la mémoire 

             et sèche le sang 

     

             tu arrives trop tard 

             mais tu ne sais pas 

             si tu aurais trouvé 

             le courage 

             de résister 

             à la violence 

     

             ton stylo tremble 

             toujours et 

             des yeux reposent 

             sur toi comme 

             si tu pouvais 

             nommer les noms 

     

             ibid p.83

                                 Eva-Maria Berg

     

                                                     ***   ***   ***

     

                          Une eau échappée belle 

     

    Quelle approche limpide !

    Le ciel bas alité s’incline pour émouvoir

    le pont éclaboussé comme si de rien n’était

     

    Heureuse abondance et éclairs de génie

    la rivière et la pluie se rejoignent ici

    dans le ton de la confidence intime

     

    Une EAU échappée belle des perles funambules

    un mélange d’éléments au parcours exalté.

    En habit translucide la forêt elle rassemble

    ses joyaux et tient tête aux amas boursouflés

     

    Laissant cavaler ses couleurs un arc-en-ciel

    comprend l’irritation de ce rien monotone.

    Le vertige gagne là en ampleur expressive

    et réclame du ciel un finale glorieux.

     

    Qu’entends-je de l’écho entre ces vifs élans ?

    L’orage éclate encore et Didon se lamente

    Souviens-toi de ses pleurs des nuages pendants !

     

                              Marc Ross

     

    3F0DB78A-D1C9-4D6E-B552-6BB4C81A5B04.jpeg

      

                                                               ***   ***   ***

       

                       FILATURE SACRÉE

     

    On ne dénoue pas les fils° de l'eau.

    On les laisse comme dans la flottaison des branches proposer leurs dérives, leurs rencontres,

    leurs façons de pérégriner à fleur d'aventure.

     

    Parfois ils s'emberlificotent.

    On les regarde entreprendre des nœuds invraisemblables.  Et on se demande comment ils parviendront à s'extraire de ces mauvaises séances.

    On appelle cela les harassements du quotidien.

     

    Puis, sans qu'on sache trop pourquoi ni comment, ils s'étirent à nouveau, dissipent les jointures, détendent leurs muscles et reprennent leur souffle.

    Les fils° de l'eau sont ainsi, libres, sans tracé d'avance, sans humeur qu'on maîtrise. Et il n'est pas possible de croire qu'un rocher ou deux entravera longtemps le cours des choses.

     

    Les fils° de l'eau procèdent du peu à peu, qui n'est même pas un pas à pas, parce qu'il glisse en continu, ou tout au moins, avec une ponctuation invisible à l'œil nu. Il brouille l'esprit des repères saillants, des haltes incisées, des sauts sur galets, des points limites entre deux phrases.

    Et tant pis pour ceux qui rêvaient de bivouacs, et d'encoches, de dates et de mausolées!

    Il n'y a rien de tout cela à attendre d'une descente des fils° de l'eau en ce monde.

     

    Ça coule de source, disent les furtifs qui ont renoncé à intervenir pour mieux prendre corps.

     

    Ça vogue et  ça s'adonne, pensent les coques de noix joueuses.

    Ça se voue, ça chemine sans chemin, s'étonnent les perplexes, les marqueurs du temps ordinaire.

     

    mais vous,

    vous qui partez, chaque aube, toujours en quête

    de sagesse volée aux dieux, aux riens, aux herbes, aux nuages,  

    vous qui soupesez chaque jour, d'une rive à l'autre, pour laisser aux fuyantes toute leur place,

    regardez bien où va le coude de la rivière sans nom.

     

    Là-bas, il est un songe plus insistant que chacun des voyages de notre humaine condition.

     

    Là-bas qui est ici déjà, les fils° de l'eau

    deviennent

    les FILS* de l'eau,

     

    et notre joie tenace, surabondante, est de les savoir accueillis.

     

    °thread en anglais

    * sons en anglais

     

                                Dominique Sorrente, 9 octobre 2021

     

                                                       ***   ***   ***

     

    DD2D412F-3ADA-42D1-B8AE-1502D49F39AD.jpeg

    9 octobre 2021 © emmanuelle sarrouy

     

    7453801A-DF3A-4268-9391-01A1DDCDD1C4.jpeg

     

     

     

  • RETOUR DE CARAVANE POÉTIQUE : UN RÉGAL AU FIL DE L'EAU !

    "Au fil de l'eau nous caladâmes

    de pierres sèches en arbousiers et récitâmes

    en caravane sur la drai de Saumane" E.S.

    FRLM3600.jpeg

    BESW9869.jpeg

    Voilà encore une bien belle édition de la Caravane Poétique du Scriptorium hors les murs (notamment guidée par les maîtres en la matière Dominique Sorrente et Olivier Bastide) qui s'est déroulée le 09 octobre dernier en partenariat avec l'association Pierre Sèche en Vaucluse (Danièle Larcena) dans le cadre de la manifestation Trace de Poète (Nicole Mignucci). Poètes et marcheurs marchèrent et poétisèrent au fil de l'eau et sous un soleil radieux, en goûtant l'histoire du paysage environnant le château de Saumane en Vaucluse (fief de la famille du Marquis de Sade qui y séjourna pendant son enfance), histoire contée de main de maître par Danièle Larcena.

    QZES2328.jpeg

     

    GKCS8251.jpeg

    De larmiers en murs en clavade, de chemins escarpés sous ces roches appelées "peau d'éléphant" en forêts verdoyantes, chaque halte au cœur du Vallon de la Tapy fut l'occasion d'offrir un texte choisi, poème personnel ou poème d'un auteur aimé, découvert ou retrouvé pour l'occasion. Gabriela Mistral (autrice chilienne, Prix Nobel 1945) ; Claude Roy ; Eva-Maria Berg ; Ovide ; Aragon… Et haïkus rédigés en marchant au fil de l'eau par Claudine Baissière accompagnée de sa fidèle camarade de randonnée, Elfie.

     

    DTQB7173.jpeg

    KMUG8778.jpeg

    LKFL6455.jpeg

     

    Le traditionnel pique-nique, cette fois sur les hauteurs, fut le moment de reprendre son souffle, partager les mets, et faire plus ample connaissance dans la douceur de l'été indien. Avant de repartir sous la roche, magnifique habitat troglodyte restauré par l'association Pierre Sèche en Vaucluse, pour échanger encore quelques textes mis en valeur par une acoustique de premier choix. À cette occasion,  furent lus en écho par Emmanuelle Sarrouy et Marc Ross deux textes écrits en hommage à Sophie Vallon, autrice, animatrice d'ateliers d'écritures (l'Antre Parenthèse), et grande amoureuse des mots et de la littérature dans son ensemble, disparue récemment.

    EPOE2857.jpeg

     

    FXTT6758.jpeg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    BXVP1979.jpeg

    Il fut ensuite temps pour les caravaniers de tracer un double chemin. Les plus courageux continuèrent encore à grimper avant de redescendre sur le village. Les autres redescendirent tout doucement vers Saumane pour aller prolonger encore un petit moment l'aventure à la terrasse du café qui s'offrait à eux ! Histoire d'échanger et de prolonger le geste poétique, quelques mots saisis au vol pendant la marche furent lancés, et le défi fut proposé d'écrire quelques lignes à brûle pourpoint. Jolie et joyeuse récolte à n'en point douter ! (merci d'ailleurs à celles et ceux qui le veulent bien de nous renvoyer leurs textes).

    DZET7549.jpeg

    BDUT5176.jpeg

    Il fut ensuite temps de se séparer jusqu'aux prochaines retrouvailles !

     

    À noter sur vos tablettes:

    Le 10 novembre à Marseille, à l'Atelier de la Photo (100, bd Jeanne d'Arc 13005 Marseille), Nuit des Poètes et des Poétesses organisée par Claudine Baissière.

     

    Et le 13 novembre, à Marseille également, librairie-galerie des Arcenaux, "Une revue, un auteur"-première rencontre de ce format, organisée par le Scriptorium avec la Revue des Archers (éditions Titanic Toursky) et avec l'autrice Michèle Dujardin . Nous en reparlerons bientôt…

     

    Au plaisir évident de vous retrouver !

    Anne Lofoten

     

    Je me souviens des gestes
    et c’était pour me donner de l’eau.
    Dans la vallée du Rio Blanco,
    où prend naissance l’Aconcagua, je vins boire,
    je bondis boire dans le fouet d’une cascade,
    qui tombait chevelue et dure et se rompait rigide et blanche.
    Je collai ma bouche aux remous, et cette eau sainte me brûlait,
    trois jours durant ma bouche saigna de cette gorgée d’Aconcagua.

    Dans les terres de Mitla, un jour
    de cigales, de soleil, de marche,
    me penchai sur un puits, un indien
    vint me soutenir dessus l’eau, et mon visage, comme un fruit,
    était dans le creux de ses paumes.
    Et je buvais ce qu’il buvait,
    c’était sa face avec ma face,
    et dans un éclair je sus que
    la chair de Mitla était ma race. 

    Dans l’île de Porto-Rico,
    lors de la sieste emplie de bleu,
    mon corps paisible, les vagues folles,
    et comme cent mères les palmes,
    une fillette, par jeu, rompit
    près de ma bouche un coco d’eau,
    et moi je bus, comme une enfant,
    cette eau de mère, cette eau de palme.
    Tant de douceur jamais n’ai bue
    ni de mon corps ni de mon âme. 

    À la maison de mes enfances
    ma mère m’apportait de l’eau.
    Entre gorgée et autre gorgée
    je la voyais dessus la jarre.
    Plus la tête se relevait
    et plus la jarre s’abaissait.
    Cette vallée, je l’ai toujours,
    et j’ai ma soif et son regard.
    Ce serait là l’éternité qu’encore
    nous sommes comme nous étions.

    Je me souviens des gestes
    et c’étaient gestes pour me donner de l’eau.

    "Boire", de Gabriela Mistral, extrait du recueil D'amour et de désolation, traduit de l’espagnol par Claude Couffon (ELA/La Différence 1988). 

     

    JURT2754.jpeg

     

    XWNF4689.jpeg

     

    GIOW2419.jpeg

    crédits photographiques © Olivier Bastide, Emmanuelle Sarrouy

     

     

  • PATRICIA LE ROUX, in memoriam (16 septembre 1958- 17 octobre 2011)

     

    AVT_Patricia-Le-Roux_3981 copie.jpg

     

    Regardez la nuit derrière nous,

    Et voyez devant comme elle est transparente!

    Les plantes d'ombre étendent leurs branches vers le jour.

     

    Il fait céleste par devant, criez-le mais criez-le !

    Même la mort ne coupe la pente où nous montons,

    Ne perdons pas le souffle comme des adultes,

    C'est l'enfant qui s'envole en nous!

     

                               Patrice de la Tour du Pin

                              ( Hymne, Petite somme de poésie, 1957)

     
     
    Look at the night behind us,
    And see before us how transparent it is!
    The shade plants stretch their branches towards the day.
     
    It is heavenly in front, shout it out but shout it out!
    Even death does not cut the slope we climb,
    Let us not lose our breath like adults,
    It is the child who flies in us!
     
    Patrice de la Tour du Pin
    (Hymn, Little sum of poems, 1957)
     
    translated by Cynthia Sikorski 
     

    Patricia Le Roux ( 1958-2011) est né à Lyon. D'un père provençal, d'origine italienne et polonaise, et d'une mère écossaise. Elle a vécu son enfance au Tholonet, le pays de Cézanne, près d'Aix-en Provence. Ses études la conduisent à la faculté de médecine de Marseille en médecine générale, puis médecine du travail et pédiatrie. Elle marque une prédilection pour les stages au service des urgences, ainsi qu'à la caserne des pompiers d'Aix en Provence.

      

    Elle exercera, par la suite, en pédiatrie en cabinet libéral à Marseille, d'abord sur le rocher de Samatan, puis à l'entrée du vallon des Auffes, entre 1991 et 2011. Parallèlement à son activité de praticienne, elle va développer une action au niveau politique et syndical, tout en approfondissant son travail de recherche en homéopathie dont témoignent ses publications. De 2000 à 2011, elle est secrétaire générale de l’ECH (Comité Européen pour l’Homéopathie) à Bruxelles. Elle est également le vice-président du SNMHF (Syndicat National des Médecins Homéopathes Français).


    Elle enseigne régulièrement dans toute l’Europe comme membre de l’équipe des European flying doctors, créé par l’ECH.

    À Marseille, elle devient responsable du Comité éthique (Ethics and Europe) du Centre hospitalier universitaire où elle travaille dans le service d’oncologie pédiatrique.


    Elle fera aussi partie du groupe C.h.u.m.s  qui étudiait la Matière Médicale. Elle participera ainsi régulièrement aux travaux de l’école de Fréjus, dirigée par Didier Grandgeorge, qui avait été son professeur durant ses études à l’hôpital de Marseille.


    Elle a publié de nombreux ouvrages dont « Homéo et Juliette », préfacé par le poète Dominique Sorrente, ouvrage écrit pour le grand public et les patients, et qui contient une étude complète sur les remèdes de la famille des Lacs. Elle a publié un travail important sur les Acides, « L'énergie homéo-hydrogène » traduit en anglais et en allemand, contenant des cas cliniques aidant à mieux comprendre les 27 Acides présentés. On lui doit aussi plusieurs articles dans le journal Links, où elle fut responsable des publications françaises, et dans Spectrum of Homeopathy. Son dernier ouvrage est un travail novateur sur les Actinides.


    Patricia Le Roux était depuis 1983 l'épouse du poète Dominique Sorrente avec qui elle a eu 4 enfants.

    Elle est décédée le 17 octobre 2011, à la suite d’un tragique accident sur la voie publique à Paris.

    Le 17 octobre 2021, dix ans après son décès, un hommage particulier lui a été rendu à l'église Saint-Eugène d'Endoume (Marseille 7°).