Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 mars 2011

Hors la voix - Michèle Dujardin

 

cheveux de feu.jpg

Source

 

 

hors la voix

 


lui dire – à toi – à la personne toi, celle-là, s’efforcer de la langue – pour dire toi, tout simplement, pour lui parler

 hors la voix – langue vide, au moyen de la langue vide, qui frappe contre le palais – qui retentit, vide

lui parler, à toi de la personne, lui dire aime, te dire dans l’élément souffle, à toi, je t’aime

mais qui dit toi, qui parle, qui touche là, le vivant ? et toi, lui dire toi, de ce visage d’ombre qui m’assiège, par quelle voix ? trop dur pour les lèvres, se séparer, contre la tension des mâchoires, qui scellent

opacité des mots : toucher, la docilité, le moment de la peau, aime – violence d’écrasement, dans le mot : dire toi, parler, t’aime, qui se recourbent dans la gorge, pour déchirer – se souvenir, au cou des morts, la jugulaire : la seule très tard, qui ressasse dans le bout des doigts, solidifiée, une parole

rien pour dire là, murée dans je t’aime – où si grande jamais, l’ouverture, ne l’a été

 cette personne d’aimer, la multiplicité de ses bouches dans l’épaisseur, comme exposée nue, à se perdre – la personne, tout simplement toi, que j’aime, ici absolue, n’entend pas du fait de la langue, rien – n’entend lui dire, que l’autre côté parlé, mon silence – seul vif, manifesté, qui enveloppe toi, bien fermé dans les lèvres de la déchirure

de mon front sur ton épaule, tout le paysage d’aimer repose, sans repère : t’aimer, cet horizon, entièrement d’amour et vide, qui libère, me démet de la parole

abdiquer, yeux clos – seul vrai, ce vide de la langue pour toucher, pour marquer territoire de risque, de veille attentive – pour dire, à toi de lui : je t’aime – tout dans la langue, est brûlé

comment l’interroger, ce ruissellement des eaux jusqu’aux purs brisants de l’être, son être lui, le plus aigu, cette personne lui qui là s’avance, dans un trou de mots envahi de lumière ? transparence infinie où me dépossède, abandonnée de langue, t’aimer

amoureux de part en part, ce consentement au vide

et toujours se creusant, toujours sur sa base d’air s’élargissant, ce rien pour dire toi, que j’aime là - lui que j’aime par douleur de peau, par faim et soif, par arrachement, par impuissance des bras – rien pour dire

corps, toi, tout simplement le sien – rejoint, ramassé, son odeur, sa chair, cheveux et doigts mêlés, circonscrit dans l’espace de mes lèvres, haut porté – pour nourriture, pour respiration – par dessus le monde, ses échos, ses mots à bruit de masse, de maillet, à briser les corps, les noyer

son corps – à toi, le sien

tout aimé, toi, de langue morte – avec grande force – toi, cette personne de vie, d’embrassement immense mais dans l’absence de mots, dans la disjonction de la parole

et dans l’étonnement, qui n’a pas de fin – qui est sans mélange - où, seul, toujours le présent se déploie : vers sa propre éternité, courant, déferlant - avide d’un ciel où la lumière, incessamment succède à la lumière - dans ce même élan, dans ce même sang que rien ne tempère, ni nuit, ni saison

mais du lourd sol des mots, toujours aimer, a cette nostalgie – cette  inquiétude -  lointaine, comme nul, sans trace vive, un souvenir –  car aimer toi, cette personne-là, lui que j’aime, cela parfois, cherche encore le mot – comment dire à toi, lui que j’aime, d’un mot – je t’aime - quelque chose là, qui cherche – où il n’y a rien, qu’un chant : un oiseau libéré de ses ailes, de son vol, de la terre – et qui là, disparu, n’est plus que son chant

 le silence qui pulse, plein d’attente

 toi, celui-ci que - cette personne-là 

 et plus nue qu’on peut l’être, je, dans cet amour – où rien pour dire toi, lui que l’on aime – rien pour dire – juste, les mains qui s’écartent – dans toute cette eau, accompagnée de soleil

 

Michèle Dujardin

________________________________

 

02 mars 2011

Corps - Anthologie poétique aux Editions Sillages

INFO - Lecture, dans le cadre du Printemps des Poètes, à Chateauneuf de Gadagne (84), le mardi 15 mars 2011 à 19 H, bibliothèque Raoul Milhaud.

>> Voir ICI, Dépositions.

 * * *

 

SILLAGES

 

1ereCouv_Sillages-Corps.jpgAu pays des Sorgues, entre Rhône et Vaucluse, Benoît Chérel (alias Benoît-Léon Rebichet, lorsqu’il s’affiche poète) conduit les éditions associatives Sillages. Treize livres parus depuis 1999 témoignent d’un souci de rencontre, du goût de l’image et de l’attrait de la poésie. Les premiers ouvrages, plus ouverts à la photographie, ont laissé la place à des recueils dans lesquels le texte est prééminent. Si des contraintes budgétaires sont à l’origine de cette évolution éditoriale, les poètes sollicités peuvent s’en réjouir. Ils sont divers et nous citerons, sans exhaustivité ni ordre aucun, André Ughetto, Dominique Sorrente, Marc Rousselet, Jean-Claude Xuereb, N.S. Montebello, Henri Tramoy, Sylviane Werner, Misette Falt-Bedot… tous invités sous les auspices, entre autres, de René Char, mais aussi de Julien Gracq, de Pierre-Albert Jourdan pour citer quelques poètes majeurs présents par courts extraits dans les divers ouvrages.

  

L’anthologie Corps, dernière parution (2010), reflète parfaitement la nature des recueils de Sillages : un bel assemblage de textes poétiques écrits autour d’un thème avec des illustrations (photographies, gravures, dessins et autres représentations artistiques). La facture des livres est toujours de qualité, ce qui témoigne du soin, de l’attention, prêtés par Benoît Chérel à son travail ; la qualité de plasticien (peintre, sculpteur et fabriquant d’objets) du poète-éditeur, parfois libraire encore, n’y est pas étrangère.

 

De l’aventure qu’est Sillages, Benoît Chérel nous dit ceci : « Que la poésie naisse au pays de CHAR, quoi de plus normal après tout et que nous marchions dans son sillage, cela allait de soi. Tout a commencé pour nous dans les années quatre-vingts quand un sidérurgiste en rupture de ban avec la Lorraine déstructurée décida d’investir sa prime de départ dans la création d’un local de vente de livres d’occasion tout au fond de la place de l’église de L ‘Isle sur la sorgue. C’est ainsi que naquit, dans un merveilleux hommage à l’immense Julien GRACQ, « La Presqu’île ». C’est là que nous nous rencontrâmes , apprîmes à nous connaître et découvrîmes que nous étions quelques-uns à écrire nos envies d’être et nos révoltes à travers des textes qui resteraient à jamais emmurés si nous ne décidions pas de les éditer nous-mêmes».


A partir de là, les choses deviennent simples. Créer une association loi 1901, lui donner comme but d’encourager la culture sous toutes ses formes et tout particulièrement à travers l’édition d’ouvrages de poésie, lui trouver un nom : «  SILLAGES », chercher des financements publics voire privés et partir pour notre aventure. Après quelques soirées-lecture organisées pour trouver les premiers deniers nous éditons «  SOURCES » en 1999, petite plaquette originelle écrite à trois mains avec l’appui généreux de Gaston PUEL. Douze ans plus tard notre catalogue compte treize titres et a réuni pour cela presque une centaine d’auteur(e)s, photographes et plasticien(ne)s dont voici le cheminement :

 

1999 : Sources

2000 : L’Isle insolite

2001 : Au pays des Sorgues et Monts de Vaucluse (épuisé)

2002 : Le décagone suivi de La fête d’amour

2002 : Mars1961 Piaf en studio

2002 : Chemins (épuisé)

2003 : Solitudes

2004 : Sorgues des brumes

2004 : Enfances

2005 : Traces (épuisé)

2006 : Femmes (épuisé)

2008 : Résistances

2010 : Corps

2012 : à paraître Palestine »

 

 

En conclusion, nous laisserons parler le poète Benoît-Léon Rebichet dans Corps :

 

 

« On se dit qu’il sera sans gouvernement possible. Mais à la nuit tombée, une fenêtre voisine s’éclaire comme un démenti. Une scène unique s’offre pour peu de temps devant un seul spectateur mesurant sa chance. Ce soir il y aura bien une étoile ; lentement filante, elle sera d’ordre terrestre. »


 

 

Olivier Bastide

 ________________________________________

Corps (Sillages 2010) / ISBN 2-915945-03-9 / 15 euros

Editions Sillages,

 Le Haut-lieu,

 2 bis, rue saint Paul

 84470 Châteauneuf-de-Gadagne

sillageseditions@laposte.net