Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 avril 2011

Un Scriptorium aux champs !

 

Script_PLC_Eau.jpg

 

LE SCRIPTORIUM

logoScript.jpg

vous invite à son Intervalle de Printemps


« Au fil de l'eau »

 

le samedi 14 mai 2011 à partir de 10h30

 

à La Petite Librairie des Champs  à Boulbon*(13)

 

Le point de rdv du matin est fixé au village de Boulbon à 10h30,

Place du Marché 

 ** * **

 

 

La rencontre s'articulera en deux temps  :

  • Le matin, de 10h30 à 12h30  sera occasion de déambulations en lectures dans les rues de Boulbon :

Les poètes du Scriptorium (Dominique Sorrente, Angèle Paoli, Olivier Bastide, André Ughetto, Valérie Brantôme…) liront et partageront, en plusieurs haltes, des créations et des écrits d’auteurs, sur le thème « Écrits au fil de l’eau » au cours d’une pérégrination dans le village. Les participants qui le souhaitent sont invités à y prendre part avec textes tirés de leur bibliothèque ou de leur crû…

  • 12h30 à 14h : repas tiré du sac.
  • L'après-midi , de 14h30- 16h30 à la Petite Librairie des Champs, s'ouvrira sur un temps de lecture-débat sur le thème « Poésie, vous avez dit collectif ? » au cours duquel interviendront Dominique Sorrente pour Le Scriptorium,  Angèle Paoli pour la revue en ligne Terre de Femmes, André Ughetto pour l'association Poieo et la revue marseillaise Phoenix, ainsi qu' Henri Tramoy pour Soleils et Cendre

Le Scriptorium est un pari lancé il y a dix ans pour faire exister un collectif en poésie à travers des expressions diverses : intervalles, jumelages, caravanes poétiques etc… Ce défi qui a connu de régulières métamorphoses a donné lieu à la publication d’un livre «Portrait de groupe en poésie » en 2010.  L’expérience du Scriptorium est l’occasion de partager un échange de vues sur ce type de démarches. Dans une époque marquée par un fort individualisme et le jeu croissant des réseaux numériques, peut-on croire à la possibilité d’une vie collective en poésie ? Et si oui,  quels ingrédients sont-ils nécessaires pour assurer la viabilité d’un tel projet ? Le débat sera animé par Olivier Bastide, à partir d’une présentation de l’aventure du Scriptorium par Dominique Sorrente Il sera ponctué de lectures de textes extraits du livre « Portrait de groupe en poésie » (BoD 2010).

 

 

Brant_blog.jpg

 


LE PRÉSENT


Je regarde les eaux et les cannes
d’un bras de fleuve et le soleil
dans l’eau.

Je regardais, j’étais mais je suis.
La vase sèche entre les racines.
Mon verbe est au présent.
Ce monde, reste d’incendies,
veut exister.
                      Des insectes tendent
des pièges longs comme des millénaires.
Les éphémères se dissipent. Se défont
gravés dans le doux vent d’Arcadie.
Une barque traverse le fleuve.
C’est un serf de l’évêque Baudus.1
Il franchit la paille d’une cabane
effritée sous maintes lunes.
Je dicte ma loi ironique
aux feuilles qui bourdonnent, au vol
nerveux du dragon-volant.
Je confie aux cannes fausses éternelles
la grande stratégie du Yenan jusqu’à l’Hopeï. 2
Je lis le signe qu’une main armée grave
sur l’écorce du pin,
elle prépare le feu de l’ambre où je resterai visible.



1.Baudus : évêque imaginaire du Moyen Âge.
2. Marche des armées révolutionnaires chinoises de Yenan à Pékin (1936).



Franco Fortini, Ce mur (1962-1972)

[Questo muro, Mondadori, Milano, 1973], in Une fois pour toutes*, Poésie 1938-1985, éditions fédérop, 1986, pp. 78-79. Poème traduit de l’italien par Bernard Simeone.


 ** Version originale du poème sur Terres de Femmes.

_____________________________


PLC_livres.jpg* LA PETITE LIBRAIRIE DES CHAMPS :

Le Moulin Brûlé 
13150 Boulbon
France

04 90 43 94 82 / 06 26 41 70 42

 

http://lapetitelibrairiedeschamps.blogspot.com 

20:23 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

05 avril 2011

Du côté de Belarbeltza

chambre_fleurs_champs_photogr_inc.jpg

 

 

es-tu de retour
sans jamais avoir touché la demeure ?

est-ce là que vie se fait ?

dans le projet qui n’a pas substance de temps
dans le mot qui n’a pas substance de porte

dans la peau qui mêle son grain à celui de la rose
pleine de l’infini désert


Jos Roy

____________________________________