Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 novembre 2009

Déborah Heissler, quelques éclats imperceptibles

 

 

On peut croire que la vérité poétique remue souvent d’heureuse façon à vouloir sortir du puits en parure de beau mensonge, comme le suggérait Eluard. Chez Déborah Heissler, on aura raison de penser tout autrement : écrire y est acte de justesse, jeu de nuances et d’harmoniques qui se méfient de l’ingouvernable excès. Ce que le poète détaille relève de la suggestion, des empreintes à laisser à l’esprit, d’un mouvement de lecture pénétrante soulevant un peu de beauté fragile. Il lui importe, me semble-t-il, par-dessus tout, de confier, où elle les a rencontrées, quelques paroles justes, et comme obtenues, qui éclairent le carré du veilleur. « Rien que cela »  pourrait bien en être sa maxime… Si donc il y a des héros dans cette durée poétique qu’énonce le poète, ils se trouveront, à la faveur des éléments, moins hommes que lents gestes de la nature observée, accueillie. Et si des légendes se cherchent, elles se dénoueront à la fortune de nuages ou de « plis de l’herbe », de ces éclats imperceptibles qui révèlent par exemple un corps et son absence.

C’est à chaque fois donner un peu plus de jour à la part la plus minime, celle qui, paradoxalement, est la plus susceptible de nous montrer le monde que nous nous employons si obstinément à cacher.

Beau programme alors que d’explorer le verbe japonais akasu, quand la tâche est de susciter ce « quelque chose qui est à la limite de l’informulé, que seuls deux ou trois mots suggèrent et qui pourtant éclate à l’esprit ».

Pour découvrir Déborah Heissler on peut lire Près d’eux, la nuit sous la neige, (Cheyne), qui a reçu le Prix de la Vocation 2005.

 

Dominique Sorrente

 

 

Cerisier du japon.jpg

 

 

 

C’est un adieu                           dans le ciel

 

ce sont des fleurs, des  lam-

beaux de feu, tandis  que le

lointain  devient  plus  rose,

plus doré, plus lumineux. Je

rapporte des fruits sauvages.

Maintenant, c’est la douceur

qui   reprend,       tandis que

l’écho présent est celui   des

larmes.

 

 

Combien de jours à présent,

sur les branches nues avant

la fleur et le fruit ?

 

 

Déborah Heissler

 

Extrait d’Akasu,

 (inédit, à paraître chez Cheyne éditeur, 2010)

 

 

 

Commentaires

Un poème du bout des lèvres, un peu comme suspendu dans un souffle léger et grave. Un poème baiser.
Merci Déborah !

Écrit par : Geneviève Liautard | 27 novembre 2009

Les commentaires sont fermés.