Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 mars 2012

Poèmes des Commencements (VII) ~ Leonor Gnos

 

 

porte_coeur_boris_pasm.jpg

 

AVEU

 

Mot de passe .... .... ....

des doigts agiles tapent le rythme des aveux

effacer l'ancien amour insérer le nouveau

en cas de doute la poésie nous maintient debout

 

Kennwort …. ..... ....

flinke Finger tippen

den Rhythmus der Geständnisse

die alte Liebe löschen die neue eingeben

im Zweifelsfall erhält uns die Poesie aufrecht

 

 

gonds_rouille_Boris.jpg

 


VERTIGE

 

Je cherche un mot deux mots des mots

pour chasser le vertige

et je vois un oiseau qui déploie ses ailes

se jette dans le vide et chante

 

Ich suche ein Wort zwei Wörter Wörter

den Schwindel zu verjagen

und sehe einen Vogel der die Flügel spannt

sich in die Leere wirft und singt

 

 

rouille_volute_Boris.jpg


 

VOEU

 

Un souhait sans nom

touche le temps

ce que nous ignorons

pourrait rayonner en nous

 

Ein namenloser Wunsch

ritzt die Zeit

was wir nicht wissen

könnte leuchten in uns



Leonor Gnos

__________________________________

© Photos Boris Pasmonkov 

04 octobre 2011

De James U. Curtin à Martino Baldi

 

Grenade_Quarantine Point.jpg

Source

  

 

 

Sulla tomba di James U. Curtin, nel centenario della morte

        A Quarantine Point, un promontorio roccioso proteso a mezz’aria verso il mar dei Caraibi, che lo circonda quasi a trecentosessanta gradi, all’estremo sudovest dell’isola di Grenada, in mezzo a grandi pietre rade sparse su un prato misteriosamente verde e apparentemente curato in mezzo alla foresta bruciata dalla stagione arida, c’è una sola tomba con un piccola modestissima lapide, ai piedi di un piccolo arbusto sempreverde. Probabilmente è il primo e l’ultimo punto della costa da cui si avvista il sole rispettivamente all’alba e al tramonto. Sulla lapide è incisa una scritta, orientata non in direzione dei passanti ma in direzione del mare e del tramonto: In loving memory of my dearly beloved husband James U. Curtin. Born Toronto Oct. 29, 1875 - Died March 24, 1907.


Infine giungerai a questo palmo
di terra, a questo assurdo tuffo
di un prato inglese strappato alla foresta,
al gesto di una mano di roccia aperta verso il mare
e troverai, forse, le ragioni che mossero
ogni tuo illecito passo verso il nulla, ogni respiro
strette in convivio poco prima dell'alba
sulla lapide azzurra dell'oceano, e sull’altra
minima e ferma
le tue labbra ritrarsi nel silenzio
che si irradia prima e dopo la scena.
E troverai nel nome di un fratello,
my dearly beloved husband
James Umbert Curtin
,
ancorato e steso
qualcosa che ti stringe e lì saprai
che c’è, che esiste, che non muore
il qualcosa nascosto che si perde,
il patto segreto del viaggio.
E forse per qualcosa avrai dovuto
attraversare i cieli e le foreste, sentire
il canto acuminato delle scimmie e dei serpenti
mentre cala la nebbia notturna nel vulcano
e nel verde più verde, nell'azzurro
più azzurro, nel nero più nero
per qualcosa, forse, avrai dovuto
vedere spalancare le fauci
della bestia letale e l'omicidio perfetto
pronto da estrarre nel fodero della notte.

Oh, beloved wife, Miss Curtin,
che cent'anni adesso gravano sulle tue lacrime,
quale errore mi guida qui, testimone in ritardo
del doloroso culmine del tuo amore, ignota
invidia degli amanti che non sanno
che la luce dell'inizio è la luce della fine
e la luce della fine un tepore eterno
e che i nostri stupidi gesti altro non sono
che l'ombra della tua infuocata speranza
di salvare qualcosa che non esiste
se nessuno la nomina.
Miss Curtin, in nome della luce
del cui mistero è ombra, io ti chiedo
cosa è accaduto veramente qui,
ti chiedo di conoscere il miracolo
che ti spinse ad amare quest'uomo
fino a offrire per sempre alla sua fronte il mare.
Lo invidieranno adesso Elena e Didone
e le più nobili amanti dei poeti a cui
cuori di carta offrirono pomi di cartone,
non questa felicità improvvisa della sorte
questo perpetuo bacio sulla fronte
un infinito "buongiorno (o buonanotte), amore"
che con l'andare del sole gli ripeti
e che insegni adesso a chi si spinge
fino alla soglia marina del cercare,
in questo piccolo spoglio e nascosto
definitivo mausoleo della luce.

Martino BALDI


 

tombe.jpg

 

 

Sur la tombe de James U. Curtin,  au centenaire de sa mort.

 

  À Quarantine Point, un promontoire rocheux penché au milieu des airs, sur la mer des Caraïbes  qui le ceint quasiment à 360 degrés, à l’extrême sud-ouest de l’île de Grenade, il y a, au milieu de quelques grandes pierres éparses  en un pré mystérieusement vert et apparemment entretenu au cœur de la forêt brûlée par la saison aride, une sépulture unique avec une petite pierre tombale très sobre, au pied d’un arbuste toujours vert. C’est probablement le premier et l’ultime endroit de la côte duquel on aperçoit le soleil tant à l‘aube qu’au crépuscule. Sur la pierre, en direction de la mer et non des passants, est gravée une  inscription : In loving memory of my dearly beloved husband James U. Curtin. Born Toronto Oct. 29, 1875 – Died March 24, 1907.

 



Pour finir, tu parviendras à cet empan
de terre, à ce plongeon absurde
d’un gazon anglais arraché à la forêt,
à ce geste d’une main de roche ouverte sur la mer
et tu trouveras, peut-être, les raisons qui ont mu
chaque souffle, chacun de tes pas illégitimes vers le néant,
entassées au banquet peu avant l’aube
sur la plaque azur de l’océan, et sur l’autre,
infime et immobile
tes lèvres faisant retraite au silence
qui irradie l’avant et l’après-scène.
Et tu trouveras dans le nom d’un frère,
My dearly beloved husband
James Umbert Curtin
,
ancré et allongé sans vie
quelque chose qui t’étreint, et là tu sauras
qu’il y a, qu’existe, que ne meurt pas
ce quelque chose enfoui et perdu,
le pacte secret du voyage.
Et sans doute c’est pour quelque chose que tu auras
parcouru cieux et forêts,
pour entendre le chant perçant des singes et des serpents
quand la brume nocturne descend au volcan
et dans le vert plus vert, dans l’azur
plus bleu, dans le noir plus noir,
c’est pour quelque chose sans doute que tu auras
vu s’ouvrir béante la gueule
de la bête meurtrière, vu le crime parfait
mûr pour être extirpé du fourreau de la nuit.

Oh, beloved wife, Miss Curtin,
cent ans maintenant pèsent sur tes larmes, 
quelle erreur me conduit ici, témoin retardataire
du pic tourmenté de ton amour, jalousie
ignorée des amants qui ne savent pas
que la lumière de l’aube est  lumière du couchant
et la lumière du couchant, une éternité tiède,
et que nos gestes insensés par ailleurs ne sont
que l’ombre de ton ardente espérance
de garder sauf quelque chose qui n’existe pas
si nul ne le nomme.
Miss Curtin, au nom de la lumière
dont le mystère est ombre, je te demande
ce qui réellement est advenu ici,
je te demande de connaître le miracle
qui te conduit à aimer cet homme
jusqu’à lui offrir la mer pour façade éternelle.
Et l’envieront dorénavant Hélène ou Didon
et les plus nobles amantes des poètes auxquelles
des cœurs de papier offrirent des pommes de carton, 
non cette euphorie impromptue du destin
ce baiser à vie sur le front
un sempiternel « bonjour (ou bonsoir) mon amour »
que tu lui répètes dans la marche du soleil
et que tu enseignes aujourd’hui à celui qui s’aventure
jusqu’au seuil marin de la quête,
en cet ultime petit mausolée,
nu et dérobé, de la lumière.


Martino Baldi,

Trad. Valérie Brantôme

 

03 janvier 2011

Leonor Gnos - LUFT

  

Die Klassik trägt den Atem

die Moderne schneidet ihn ab - sagte er

   

 

als die Front des Gewitters

von der Meereslinie abging und gleich

von ihrer Rückseite eingeholt wurde

 

schwere Wind- und Wasserschichten

einander hochwarfen

bis hin zu den Wolkenmassen

 

in immer kürzeren Pausen

auf die Küste hinzielten

und wir auf einmal in der Luft

einen Absturz von Kunstwerken sahen

und es für Erklärungen zu spät war

 

 

     

Der Reisende geht schnell

im Rhythmus des jagenden Pulses

 

der ausfiel im letzten Traum

als er die Distanz

zum präzisen Satz maß

 

nun zählt die Wirklichkeit

zwischen Ein- und Ausatmen

Wort für Wort ist er allein Zeuge

seiner Rückkehr

 

  

 

Das Wolkenkissen zerfällt am Horizont

von den wandernden Schatten auf den Felsen

bleiben nur noch Schattierungen

oder sind es Variationen dunkler Klänge

eines Namens der vorbeigeht

und zittert in der dünnen Luft

  

Leonor Gnos  

 

Mer en tempête.jpg

 source

 

AIR

 

 

 

Le classicisme porte le souffle

le modernisme le coupe - dit-il

 

comme le front de l’orage

s’en allait de la ligne de mer et aussitôt

était rattrapé par sa face arrière

 

de lourds empilements de vent et d'eau

s’élançaient l’un contre l’autre

jusqu'aux masses nuageuses

 

à toujours plus courtes haltes

tiraient vers la côte

et d’un seul coup dans l'air

une chute d'œuvres d'art – nous vîmes –

mais  pour des explications, il était trop tard

 

 

 

Le voyageur va vite

au rythme du pouls en chasse

 

il achoppa dans le dernier rêve

comme il mesurait la distance

à la phrase exacte

 

désormais compte la réalité

entre inspir et expire

terme à terme il est le seul témoin

de son retour

 

 

 

Le coussin de nuages se décompose à l'horizon

des ombres errant sur les rochers

demeurent seuls des chatoiements

ou sont-ce les variations de sons graves

d'un nom qui passe

et tremble dans l'air léger

  

 

Traduction Leonor Gnos / Lionel-Édouard Martin