UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Agenda - Page 5

  • PAIX ET POÉSIE : RENCONTRE AVEC DOMINIQUE SORRENTE ET LES POÈTES DU SCRIPTORIUM

    À la toute fin,
    les civilisations s’éteignent 
    parce qu’elles écoutent leurs politiciens
    au lieu d’écouter leurs poètes.
    Jonas Mekas

     

    J'ai écrit vingt lignes sur l'amour

    Et il m'a semblé

    Que ce siège

    Avait  reculé de vingt mètres

    Mahmoud Darwich (État de siège)

     

    Rencontre_PAIX 1 POESIE_26.11.2022.jpg

     

    Le 26 novembre 2022, la Maison Montolieu, accueillait Dominique Sorrente et les poètes du Scriptorium pour un échange autour du thème "Ce que peut la paix veut dire : parole poétique et engagement." Une rencontre, entre témoignages et lectures, qui s'est avérée d'une si grande richesse que nous souhaitions vous la partager. Nous en restituons ici les quelques grandes lignes qui vous donnerons l'envie d'y revenir et d'approfondir à votre tour cette question fragile et essentielle du rapport du poète au monde.

    Dans ce monde souvent bien chaotique, qu'est-ce que peut le poème ?

    Après une brève présentation où il fut question de traduction et d'hospitalité linguistique, d'échange des mémoires, de pratique du pardon, de briser la dette, des guerres et phénomènes de renversement qui permettent d'avancer… De force d'opposition, d'élan vital, de souffle… La porte était ouverte sur le partage de nombreux horizons et la parole était offerte aux poètes et aux oreilles ouvertes…

    La parole est moitié à celui qui parle moitié à celui qui écoute, Montaigne

    Dominique Sorrente Portrait.JPG

    1/ Dominique Sorrente

    GIVE PEACE A CHANCE

    Nous faisions partie de ceux-là,
    ceux qui répétaient en chœur 
    "All we are saying is
    give peace a chance", sans savoir de quoi était faite
    cette chance, cette paix embrumée,
    mais nous les appelions sur nous,
    cette chance, cette paix,
    cette façon d'éconduire la menace.

    Nous avons inventé comme cela nos autels de fortune.

    Nous écrivions des mots sourds, fervents, maladroits,
    nous parlions de lampes et de sécession,
    des barbelés d'hier et de ceux du présent, 
    et des tenailles miraculeuses.

    Il y avait un cercle pour nous affranchir du malheur.
    Nous y logions comme dans une arche
    la grue en origami, le calumet et ses nuages,
    la colombe qui fait retour, le rameau 
    d'après le Déluge,
    la flamme entourée de ses pierres,
    le fusil brisé, le coquelicot blanc,
    le drapeau arc-en-ciel, tout ce qui appelait sur le monde brûlé
    l'amour de vivre.

    Cinquante ans ont passé, et les "plus jamais ça"
    ont défilé d'un train à l'autre.

    Et tout encore est à reprendre.
    Comme si nous n'avions rien compris 
    des premiers mots du désir mimétique inscrit au cœur,
    des courroies noires d'entraînement, des falsifications
    au jour le jour,
    des façons visibles ou secrètes 
    d'honorer 
    les dieux alphamâles des guerres
    quand vient le règne des décombres.

    Et tout encore est à reprendre
    à cette heure-là où les mots reviennent groggies
    du voyage vers les scènes cruelles, oubliées ou manifestes, 
    un peu plus troublés encore
    d'avancer avec leur mémoire obstinée
    et la longue suite de ceux qui n'ont pas
    fini de vouloir les prononcer:
    All we are saying is
    give peace a chance.

    Sud-Soudan, Sri Lanka, Colombie, Angola, Burundi,
    Ukraine...

    Un sémaphore 
    agite ses bras d'enfant
    comme sur un tarmac de refuge.

    Au loin se récite 
    la légende des mille grues.

    Il y a une main qui ôte la poussière
    sur la Vierge de Nagasaki.

    Tout ce que nous disons est :
    donne une chance à la paix ! 

    Dominique Sorrente

     

    SHALOM


    Un mot, un seul, sans attirail.

    Il s'impose aujourd'hui à nous dans la poudre aseptisée
    des quotidiens conformes, parmi les paysages 
    où la colère éclate aux vitres, et  là aussi, plus loin derrière,
    quand la mémoire tire ses poulies.

    Un mot tout seul, dénué.
    Il porte un chant de protestation dans l'intime.

    Quoi qu'il arrive à ce monde précaire, nous aurons reçu
    en partage ce geste-mot de nos enfants eux-mêmes.

    Poing contre poing, mains touchées l'une à l'autre,
    résistance plein cœur, baisers perdus, baisers posés,
    ce mot signe aujourd'hui le départ vers l'espoir.

    Dans la rue ou sur l'herbe, cette seule apostrophe
    nous lance à la frontière de nos rêves avalés.
    Shalom.

    La paix soit avec toi et toi encore, et nous, et nous encore, tous et toutes bienvenus. Salam aleykoum. Shalom. Hatchoghoutyun !

    Avec ce mot, frère secret du matin, nous nous découvrirons en archipel.

                        Dominique Sorrente

     

    ***   ***   ***                 ***   ***   ***                ***   ***   *** 

    0338E7EC-ADB8-4B69-AB29-F2D8E2D046E5.jpeg

    2/ Isabelle Alentour présente Paul Celan

    POÉSIE ET PAIX

    Comment la poésie peut-elle servir la paix ?
    Dans le registre du témoignage, garder vive la mémoire. Par nature, par sa capacité à bousculer la langue, la poésie est une grande force d’opposition aux discours totalitaires, idéologiques d’oppression.

    Paul Celan
    Né Paul Antschel en 1920 à Czernovitz en Roumanie dans une famille juive de langue allemande. Une année de médecine en France en 1938. Retour, persécutions nazies, parents déportés et exécutés en camp de travail nazi, lui-même deux ans en camp de travail roumain.
    Après la guerre, séjour en Autriche puis s’installe en France, nationalité française, se marie, a un enfant, traduit, écrit, meurt en 1970 à Paris (par suicide, après plusieurs séjours en hôpital psychiatrique).

    Son œuvre a deux caractéristiques majeures :
    Elle se déploie à partir d’Auschwitz et de l’expérience de la Shoah 
    En langue allemande
    En effet, c’est un vrai parti-pris pour Celan que de s’exprimer en langue allemande, qu’il aime et qui est sa langue maternelle mais qui est aussi la langue de l’oppresseur (« terrible pour un juif d’écrire en allemand et de se dire que peut-être la main qui ouvre le livre est celle qui a tiré une balle dans la nuque de sa mère »). 
    Mais il va la retravailler de l’intérieur pour la faire sortir de la gangue nazi (se référer ici aux travaux de Klemperer sur La langue du IIIème Reich). 
    Celan en quelque sorte va construire une « contre-langue », à destination des allemands, pour dire quelque chose qui est d’un autre ordre que ce qui est exposé ou expliqué par les historiens.
    Il n’y a en effet rien d’illustratif ni d’explicatif dans sa poésie. Celan dit son expérience et l’expérience humaine, mais sous un mode finement suggéré, allusif. Il s’agit plus de percevoir, saisir et sentir que de comprendre. 

    Sur la forme, son écriture est sobre et très novatrice (encore aujourd’hui je trouve).
    Sobre dans le sens où il n’y a pas d’expressivité ni envolées lyriques excessives.
    Pour Celan, après Auschwitz, ce n’est pas qu’on ne peut plus écrire de la poésie (comme l’affirme Adorno), mais il n’est plus possible de se laisser aller au sentiment. Il se défait de la joliesse de la langue pour tenter de se rapprocher du cri, du balbutiement, comme pour signifier que la langue est blessée, que le sens est blessé,  qu’il ne peut plus faire irruption que dans les manques, les failles, le silence. 

    Pour cela il va exploiter toutes les possibilités de la langue (jeu sur les particules séparables des verbes allemands, sur la polysémie des mots à lire en plusieurs langues, il injecte des mots d’autres langues aussi, le yiddish (éradiqué en Allemagne), l’hébreu. 
    Au plan de la syntaxe, il y a une désarticulation très marquée, avec beaucoup de césures, de ruptures dans les vers, d’enjambements, de décrochages, un travail à l’échelle de la syllabe et même de la lettre (jusqu’au ver monosyllabique).

    La poésie de Celan est une poésie qui dit la détresse de la condition humaine, de laquelle se dégage une dimension philosophique (grandes questions de la vie, de la fragilité de la vie humaine, de la mort, de l’existence de dieu) qui a également des liens avec la mystique juive.

    Je dirais que c’est la conjonction de ces trois aspects qui fait que l’on a souvent qualifiée la poésie de Celan d’opaque voire hermétique. 
    son travail très minutieux et novateur sur la langue
    son caractère allusif (poésie obscure, reproché par Primo Levi)
    et ses accents philosophico-mystique
    Mais est-ce grave ? On n’est pas dans l’explicite, le sens se loge dans des zones où l’ombre se mêle à la clarté. C’est une poésie qui n’appelle pas par son sens premier mais par sa part d’inconnue.

    Enfin, la poésie de Celan est aussi un modèle éthique d’un rapport à l’autre et de la rencontre.
    Position qui sera développée dans Le méridien (1960), discours écrit à l’occasion de la remise du prix Büchner. Bien résumé par cette phrase qu’il a écrit plus tard : Je ne vois pas de différence entre un poème et une poignée de mains

     

    Fragments et poèmes

    1952 : Fugue de mort (fin)

    Lait noir de l’aube nous te buvons la nuit
    nous te buvons à midi la mort est un maître d’Allemagne
    nous te buvons le soir et le matin nous buvons et buvons
    la mort est un maître d’Allemagne son œil est bleu
    te touche d’une balle de plomb il te frappe juste
    un homme habite dans la maison 
    tes cheveux d'or Marguerite
    il lance ses grands chiens sur nous il nous offre une tombe dans l'air
    il joue avec les serpents et rêve 
    la mort est un maître d’Allemagne
    tes cheveux d'or Marguerite
    tes cheveux de cendre Sulamith

     

    Grille de parole (1959)(Début du dernier poème, Strette)

    PORTE
    Sur le terrain
    Avec la trace qui ne ment pas

    Herbe, écrite-séparée.les pierres, blanches, avec l’ombre des tiges :
    Ne lis plus – regarde !
    Ne regarde plus – va !

    Va, ton heure
    N’a pas de sœurs, tu es – 
    Es de retour.une roue, lentement,
    Tourne d’elle-même, les rayons
    Grimpent,
    Grimpent sur un champ noirâtre, la nuit
    N’a pas besoin d’étoiles, nulle part on ne s’inquiète de toi.

     

    La rose de personne (1963)

    PSAUME
    Personne ne nous pétrira de terre et de limon, personne ne bénira notre poussière.
    Personne.

    Loué sois-tu, Personne.
    Pour l’amour de toi nous voulons
    Fleurir.
    Contre
    Toi.

    Un rien
    Nous étions, nous sommes, nous resterons, en fleur :
    La rose de rien, de
    personne.

    Avec le style clair d’âme,
    L’étamine désert des cieux,
    La couronne rouge
    Du mot du pourpre que nous chantions
    Au-dessus, au-dessus de
    l’épine.

     

    Renverse du souffle, 1967 (deux poèmes)

    TU PEUX en confiance
    M’offrir de la neige :
    Chaque fois que j’ai, épaule contre épaule,
    Avec le murier traversé l’été
    Sa dernière feuille
    Criait.

    DANS LA VOITURE SERPENTINE, passant
    devant le cyprès blanc,
    à travers le flot
    ils t’ont conduit.

    Mais en toi moussait de 
    naissance 
    l’autre source, 
    sur le rayon noir
    Mémoire 
    tu as grimpé jusqu’au jour.

     

    ***   ***   ***                 ***   ***   ***                ***   ***   *** 

    4347EE9D-AC1F-409C-B103-0DD088AB480A.jpeg

    3/ Marc Ross

    Il faudrait sans doute que des couleurs rutilantes
    Fassent festin de valses nobles et sentimentales
    Retrouvent   ici ou là   une indéniable cohérence

    Il faudrait célébrer en fanfare la lenteur sensitive
    Et même l’associer au contraste saisissant 
    De ces pas dans l’allée de Camille Saint-Saëns 

    Il faudrait dépasser et de loin   l’abîme terrifiant
    Révéler les accents d’une paix soi-disant périlleuse
    Ces points de convergence loin de l’agitation

    Il faudrait faire court   s’épargner des longueurs 
    S’extirper du chaos   œuvre sombre incarnée
    Sauf à se focaliser sur tout le sang versé 

    Il faudrait s’abstenir d’invoquer la vengeance
    Et rendre enfin les paroles compréhensibles
    Dans le grave dans l’aigüe    au propre au figuré

    Il faudrait accorder au poème l’angoisse de l’espace 
    Pour qu’il est meilleure appréciation de l’autre 
    Quitte à faire grand écart pour réduire la distance

    Il faudrait des maisons et des contours polis
    Plus qu’un décor minimaliste pour qu’enfin
    La paix encensée nous prenne par la main.

    Marc Ross                                             *

    VOULOIR LA PAIX - Samedi 26 novembre 2022, 
    Maison Montolieu, 45/47 rue Montolieu 13002 Marseille
    Texte inédit écrit pour les rencontres Paix et Poésie (Novembre 2022)

     

    J’imagine un peuple
                         זיקית   ¹
    dont les couleurs se répandent
    dans l’espace infini
       Une ombre compatissante
    effaçant la limite
    et pour verser sur ces mots
    en équilibre
               ²   أول علامة على الصداقة
     

    Marc Ross – Signe évident
    in L'ombre mélancolique d'une fleur apatride 
    (Éditions Le Serpolet, 2015)


    ¹ caméléon (Traduit de l’hébreu)
    ² Le premier signe d’amitié (Traduit de l’arabe)

     

    VISION DE FLAMME

    Planté au sol 
    Au pied d’un peuplier
    Défiguré par la souffrance
    Un homme est jambes 
    Et poings liés   Recroquevillé 
    Bouche bénie par le silence

    Perçu comme un vandale
    Recouvert d’habits sales  
    Montré comme animal
    De foire
    Ne trône-t-il pas plutôt là
    Au sommet de sa gloire ?

    Ami ! Dors-tu toujours 
    Adossé à cet arbre ?
    La lumière accordant
    Un breuvage au gisant 
    Penses-tu te glisser
    Dans la peau d’un revenant ?

    Ses yeux pourtant résistent
    Aux assaillants
    Réveille-toi soldat !
    Il y a grande différence
    Entre la nuit saisie de crainte 
    Et l’aube qui reste à saluer

    Odeurs fétides 
    Encrassant les consciences
    Des balles émissaires
    Ont rempli leur mission
    Puisque ses os sa chair
    Ne semblent pas déplaire
    À la poussière

    Le ventre rouge comme
    La cornaline montre plus 
    Qu’infâme vision de flamme
    Ses entrailles servent mets
    Délicats et le banquet s’étale
    Du côté gauche au côté droit 

    Entre deux pleurs l’on entend
    Un chant Berbère et le Miserere
    Du fameux de Lalande 
    Voilà de quoi lui accorder 
    Tombe de Roi   Une voix seule
    Un peuplier veille sur lui 

    À quoi sert le bon Dieu
    S’il n’est pas foutu de savoir
    Qu’un enfant n’entre jamais
    En guerre ?   Grand bien 
    Lui fasse car seul est libre
    Celui qui danse après la mort

    Ô précieux rebelle d’âme
    Et de chair   Tantôt planant
    Comme un vieil aigle
    Au dessus de nos têtes
    Tantôt posé à nos pieds
    Comme un fardeau encombrant !

    Autour les fleurs se sont fanées
    Le ciel pleure et se meurt 
    De la sentence    Et sur l’ardoise
    Pendue au cou du révolté
    L’on peut encore lire ces mots :
    Défense d’assister à mes funérailles.


    Marc Ross – Vision de flamme
    In : Par les ombres parlantes (Éd. Prolégomènes)

     

    ***   ***   ***                 ***   ***   ***                ***   ***   *** 

    Wahiba Bayoudia Portrait.jpg

    4/ Wahiba Bayoudia

     À la question «  Que peut apporter la poésie à la paix ? »… Peut-être parce que écrire, dire, lire de la poésie s’inscrit dans un temps suspendu ou le langage du réel touche une  frontière entre le visible et l’invisible. Un arrêt sur image.
    Où les mots issus des souffrances de l’humanité, guerres, conflits, folies, déséquilibres sont écrits, dits, lus dans une parenthèse de silence, un moment témoin d’écoute et de partage de soi à soi de soi à l’autre, qui rassemble, unifie, apaise.
    Où la pointe acérée de la souffrance par le poème apparu touche un point de paix.
    Ces rencontres sont l’occasion d’offrir au monde des incarnations de paix peut-être parce qu’elles permettent juste une simple disponibilité d’être là. Champ ouvert.

    Lectures :
     *Joshin Luce Bachoux  Le cri du monde dans une saison en méditation  (éd.  du Cerf)
     *Nazim Hikmet  Le Globe  dans C’est un dur métier que l’exil (éd. le temps des cerises)


    Le Globe

    Offrons le globe aux enfants au moins pour une journée
    Donnons –leur afin qu’ils en jouent comme un ballon multicolore
    Pour qu’ils jouent en chantant parmi les étoiles.
    Offrons le globe aux enfants
    Donnons- leur comme une pomme énorme
    Comme une boule de pain toute chaude,
    Qu’une journée au moins ils puissent manger
    à leur faim
    offrons le globe aux enfants,
    qu’une journée au moins le globe apprenne la camaraderie,
    les enfants prendront de nos mains le globe
    ils y planteront des arbres immortels

    texte le cri du monde joshin luce bachoux.png

    texte le cri du monde joshin luce bachoux_2.png

    ***   ***   ***                 ***   ***   ***                ***   ***   *** 

    DD643486-50D0-493D-9862-A4E6EF0D3C0B.jpeg

    5/ Henri Perrier Gustin

    Je me méfie toujours des engagements politiques du poète : je n’aime pas trop mêler poésie et politique et trop réagir à l’actualité. Pourtant comme beaucoup j’ai été profondément choqué par l’invasion de l’Ukraine. Cela s’est traduit par trois poèmes que j’ai écrits le 28 février 2022, quatre jours après l’invasion de l’Ukraine que je voudrais partager avec vous. 


    Au bout du décompte

    On attise les haines
    On appelle au combat
    On sollicite les femmes
    On mobilise les hommes.

    On incante on galvanise les foules
    On appelle la fibre nationale
    On célèbre les victoires au combat.
    La télévision montre les armes anéanties.

    En face ce sont des hommes ce sont des pères
    Des fils et des frères qui vont mourir
    Qui ont peur de la guerre
    Des intérêts qui les dépassent.

    Au bout du compte ce sont des vies humaines
    Qui sont en jeu, qui vont se briser
    Dans ce qui n’en est plus un.

    Loin le temps des cours d'école
    Loin le bruit des jeux vidéo.
    C’est une balle réelle qui perce les cœurs
    Et change en un sordide décompte
    Le sort de ces enfants au printemps.

    Henri Perrier Gustin

     

    À l’Ukraine, gorge nouée

    Quiétude - Inquiétude
    Être - Mal-être
    Sagesse - Folie
    Amour - Haine
    Calme - Angoisse
    Repos – Insomnie
    Désir - Apathie
    Silence - Vacarme
    Baiser - Bombe
    Caresse - Meurtre
    Coup de fil - Coups de feu
    Carillon - Tocsin
    Pour le Jeu - Pour de Vrai
    Jouer à la paix – Faire la guerre.

    Henri Perrier Gustin


    Hier la paix

    Hier la paix
    Au tamis des cerisiers en fleurs.
    Ce matin le soleil est rouge
    Du sang des soldats.

    Henri Perrier Gustin

    L'épopée_Jacques Prévert.png

     

    Le discours sur la paix

    Vers la fin d’un discours extrêmement important
    le grand homme d’Etat trébuchant
    sur une belle phrase creuse
    tombe dedans
    et désemparé la bouche grande ouverte
    haletant
    montre les dents
    et la carie dentaire de ses pacifiques raisonnements
    met à vif le nerf de la guerre
    la délicate question d’argent.

    Jacques Prévert (in Paroles)

     

    Barbara

    Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
    Et tu marchais souriante
    Épanouie ravie ruisselante
    Sous la pluie
    Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest
    Et je t’ai croisée rue de Siam
    Tu souriais
    Et moi je souriais de même
    Rappelle-toi Barbara
    Toi que je ne connaissais pas
    Toi qui ne me connaissais pas
    Rappelle-toi
    Rappelle-toi quand même jour-là
    N’oublie pas
    Un homme sous un porche s’abritait
    Et il a crié ton nom
    Barbara
    Et tu as couru vers lui sous la pluie
    Ruisselante ravie épanouie
    Et tu t’es jetée dans ses bras
    Rappelle-toi cela Barbara
    Et ne m’en veux pas si je te tutoie
    Je dis tu à tous ceux que j’aime
    Même si je ne les ai vus qu’une seule fois
    Je dis tu à tous ceux qui s’aiment
    Même si je ne les connais pas
    Rappelle-toi Barbara
    N’oublie pas Cette pluie sage et heureuse
    Sur ton visage heureux
    Sur cette ville heureuse
    Cette pluie sur la mer
    Sur l’arsenal
    Sur le bateau d’Ouessant
    Oh Barbara
    Quelle connerie la guerre
    Qu’es-tu devenue maintenant
    Sous cette pluie de fer
    De feu d’acier de sang
    Et celui qui te serrait dans ses bras
    Amoureusement
    Est-il mort disparu ou bien encore vivant
    Oh Barbara
    Il pleut sans cesse sur Brest
    Comme il pleuvait avant
    Mais ce n’est plus pareil et tout est abimé
    C’est une pluie de deuil terrible et désolée
    Ce n’est même plus l’orage
    De fer d’acier de sang
    Tout simplement des nuages
    Qui crèvent comme des chiens
    Des chiens qui disparaissent
    Au fil de l’eau sur Brest
    Et vont pourrir au loin
    Au loin très loin de Brest
    Dont il ne reste rien.

    Jacques Prévert (in Paroles)

     

    ***   ***   ***                 ***   ***   ***                ***   ***   *** 

    B68915F5-DE4D-4B17-A30B-D85A17747C44.jpeg

    6/ Nicolas Rouzet présente

    - La neige couvrira tout, Boris Ryji (traduction Jean-Baptiste Para, éditions Cheyne, 2020)

    Je viens vous parler d’un poète russe dont tous les poèmes tiennent en un seul volume puisqu’il est mort à 26 ans. Boris RYJI est né en 1974, il a vécu l’essentiel de sa vie dans l’Oural, notamment à Ekaterinenbourg.

    Il faut s’imaginer un jeune homme avec une gueule d’ange et une grande balafre. Il était boxeur amateur. On peut dire de lui qu’il a été une sorte de Villon russe. C’est un jeune homme qui avait reçu une bonne éducation, fils d’un géophysicien célèbre, au lycée il fréquentait une bande d’amis, issus de milieu plus prolétaires et qui peu à peu ont basculé dans une réalité assez sordide.

    Il a vécu dans un monde relativement protégé jusqu’à l’effondrement de l’URSS en 1991. Dans ses poèmes cohabitent deux univers, les souvenirs un peu nostalgiques du monde soviétique et la réalité de sa jeunesse, qui est celle du passage au libéralisme sauvage, d’un effondrement économique, social et moral qui a été une sorte de traumatisme pour les russes ( alors qu’en Occident on pensait que les russes se réjouissaient de la fin du communisme et qu’ils allaient profiter de la démocratie, du libéralisme et rejoindre notre vision du monde ).

    Les années 90 correspondent en fait à une époque très dure, tout sauf paisible, où des petits malfrats s’emparent de tout ce qu’ils trouvent. On voit surgir alors un peu partout des gros bras qui rackettent les commerçants sur les marchés et qui petit à petit, lorsqu’ils ne sont pas assassinés, montent les échelons et rachètent à bas prix, dans l’intimidation toutes les entreprises qui se retrouvent sous leur main. Si bien que le banditisme finit par parcourir toute la société de bas en haut jusqu’à arriver aux plus hauts échelons du pouvoir. D’une certaine manière, la situation actuelle en est le résultat puisque le pouvoir actuel est tenu par des anciens du KGB et par des cadres parfois enrichis de la corruption galopante après la fin de l’URSS, ( voire du banditisme ou pour nuancer tout au moins d’une culture du banditisme ).

    Ce fut la génération des gardes du corps et des gangsters, ce fut aussi un grand massacre dit la sœur du poète dans un documentaire.

    Boris RYJI vit une double tragédie, celle de la disparition de presque tous ses camarades dans des règlements de compte et celle d’une vocation un peu tourmentée de poète.

    L’invasion de la poésie dans le destin rend ce destin tragique ( B.R ). Pour les russes, le destin du poète est forcément tragique, c’est souvent celui d’un homme libre qui devient porte-parole et victime sacrificielle, parce qu’il choisit la vérité contre le mensonge, la liberté contre le pouvoir. On ne compte pas les poètes morts dans des duels plus ou moins commandités ( comme Pouchkine et Lermontov ) morts fusillés ( comme Goumilev ) morts à la suite de campagne de diffamation comme Pasternak, morts en exil, morts au goulag ( comme Mandelstam et tant d’autres ) morts suicidés ( comme Maiakovski ).

    Boris RYJI a choisi le suicide à vingt-six ans ce qui ne l’empêchait pas d’aimer la vie.

    Il n’y a pas de tragédie inéluctable, la vie te donne sa bonté. Et la poésie est un hasard, pas une fatalité.
       Mais c’est bien là  la tragédie, la fureur dorée, la tendresse.
       Il n’y a pas d’éternité, rien qu’un instant, une heure.

    Inéluctable, tragique espérance.

    La violence, la déchéance sous-tendent les poèmes de RYJI mais recouvert par une sorte de paix feutrée, d’éternité, cette éternité qu’il semble pourtant démentir.

    Dans le poème qui suit, tout est anesthésié, comme assourdi par la neige ; les soldats n’ont rien de ces soudards qui font parfois la triste actualité : ils jouent avec la neige et font figure d’anges ou d’enfants innocents.
    
  Le poète lui-même se compare à une sorte de Moïse, de prophète impuissant mais qui nous ouvre tout de même un chemin, un passage vers l’Eternité.  

    Maintenant que la neige est tombée
    dis-moi si nous vivons encore
    ou si nous sommes enterrés ?
    Non, ne dis rien : sur terre, au ciel ou dans la tombe
    à quoi me serviraient les mots ? 
    Je n’ai reçu du Seigneur ni la mer rose
    ni la force de me venger des ennemis
    mais la faculté de pleurer la peine des autres
    et de sourire avec amour à leur bonheur.
    Seuls au monde, trempés jusqu’aux os
    des soldats lancent des boules de neige.
    Ils ont la même blancheur sous leurs ailes d’anges.
    Ils ne sont coupables de rien, comme les enfants.

    Boris Ryji

    La neige couvrira tout_Boris Ryji.jpg

     

    - vivre dans une maison de verre, Nicolas Rouzet  (texte illustré par sa fille Pauline Rouzet) (éditions Exopotamie).

    Cette maison de verre c’est peut-être le rêve de vivre en paix, au moins avec soi-même, de vivre dans la transparence de ses actes. J’ai entendu une citation de Heidegger dans un film de Jean-Luc Godard qui dit : qu’est-ce que c’est que le langage ? Le langage c’est la maison où vit l’homme…

    C’est peut-être un peu ça, ce que j’ai essayé de faire, construire une maison avec des mots, une maison commune puisque nous partageons tous l’expérience du langage, à défaut de partager la même langue.

    Un seul arbre
    suffit parfois à réenchanter 
    notre déracinement.

    Et la voix de l’homme, dispersée,
    nous redevient amicale
    même lorsqu’on n’en comprend pas un mot.

    Un seul arbre.

    N’ayant pas trouvé le mot,
    j’ai perdu patience,

    aveuglé par la neige
    qui écrivait sur un ciel tendre

    le poème dont j’aurais voulu être l’auteur.

    Ce que la neige ne dit pas
    la lampe le sait,

    une fragile flamme sur l’autel
    suffit à toutes les trêves,

    avec la force de l’enfance
    jaillissant dans ce chant nocturne
    qui dissipe nos passions tristes.

    Il existe un lieu où nous ne serons plus séparés.

    Nicolas Rouzet

    Dessin_Pauline Rouzet.jpg

    Vivre dans une maison de verre_Nicolas Rouzet.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ***   ***   ***                 ***   ***   ***                ***   ***   *** 

    EEDF4F28-B8BD-46CE-88E7-C3684E5A67A0.jpeg

    7. Emmanuelle Sarrouy


    QUE PEUT LA POÉSIE POUR LA PAIX ? 

    Je crois qu’elle ne peut RIEN. 
    Et à partir de ce constat nous pourrons dire qu’elle peut (à peu près) TOUT.
    Elle s’installe dans les marges et nous y invite. Elle ouvre les portes, le regard, l’écoute… Elle r/éveille les consciences. Elle décadre. Change les points de vues. Désaxe. Même si tout cela se fait par petites touches… La poésie est contaminante d’une contamination joyeuse curieuse amoureuse. La poésie n’aime pas la guerre. Elle se révolte quand il faut se révolter. Quand elle sent que c’est nécessaire, vital. La poésie n’aime pas l’oppression. Toutes les formes de l’oppression. La poésie invite à la danse, la fête, l’amour, la compréhension de l’autre, la générosité, la solidarité. La poésie n’aime pas la guerre mais elle aime les gens de toutes contrées et de toutes nationalités. La poésie aime la diversité, et sur tous les toits, elle aime le crier. 

    E.S. - Marseille, 23 novembre 2022 

    ————

    À la manière de Lawrence Ferlinghetti 

    La poésie ouvre les portes (closes)
    Questionne les frontières
    Habite les marges
    Embrasse le monde

    Quand le poème résiste
    (à la guerre
    à toutes les formes de l’oppression)
    Il prépare déjà la paix 

    La poésie est une luciole en plein cœur de la nuit (du monde).

    La poésie est un pas de côté qui fait voler en éclats tous les tabous, clichés et préjugés millénaires.

    La poésie est une phrase ardente qui alimente les torrents d’amour.

    La poésie pose des questions.

    La poésie lance les questions à l’horizon.

    La poésie est une langue internationale.

    La poésie est un grain de sable dans l’ordre du monde.

    La poésie est une présence absolue et une constante attention à l’autre.

    La poésie est un état de veille permanent.

    La poésie est l’écho des voix inaudibles, dissonantes, étrangères.

    La poésie est une mémoire vivante qui ouvre des voies vers des lendemains meilleurs.

    La poésie est un dialogue avec les étoiles.

    La poésies est la rencontre entre univers disparates.

    La poésie est un manifeste impermanent.

    E.S. - Marseille, 25 novembre 2022
    À la manière de Lawrence Ferlinghetti 
    (et son petit livre rouge Poésie Art de l’insurrection, MaelstrÖm rEvolution, 2007, 2012)

    ————

    Nous sommes le peuple libre

    Nous sommes le peuple de la terre et des étoiles
           le peuple libre

    Nous avançons
           souriant toujours
    Nos sourires sont nos armes
           nos pioches
           nos laisser-passer
    Nos sourires sont la puissance
           désarmante

    Nous sommes le peuple debout

        Nous faisons tourner le monde

    Nous sommes le peuple qui danse

    Nous est le sage et le sauvage
           l’enfant et le vieillard
    Nous est de tout temps
           inaliénable
    Nous les puissants

    Nous n’a pas de programme
    pas de stratégie

    Nous
    est un chant
    une symphonie de cœurs battant

    Mélanie Leblanc, le manifeste du NOUS (les Venterniers, 2022) - 
    extraits librement remontés

    ————


    Nous de la Caraïbe,

    nous sommes de la mosaïque, de l’hybridation,

    de ceux-là qui croient que nous ne pouvons

    pas faire le chemin seuls. 


    Frankétienne

    ————

    Frères migrants (extrait)

    Et donc, au cœur de cette ténèbre, ce qui n’a pas été prévu, qui s’affirme sur ces pancartes d’intensité amygdalienne, c’est que dessous cette mondialisation, tel le sillage sublimé d’une comète, s’ouvre la mondialise dont a parlé Glissant.

    La mondialité, c’est tout l’humain envahi par la divination de sa diversité, reliée en étendue et profondeur à travers la planète. Par ses alchimies silencieuses, la mondialisé diffuse en nous la présence d’un invisible plus large que notre lieu, d’une partie de nous plus large que nous-même. Elle amplifie nos perceptions, démultiplie nos points d’accroche, en invente de nouveaux, suscite de l’inconnu et de l’imprévisible dans ce que nous vivons, nous émerveille et nous affole ainsi. Elle nous inspire le goût d’apprendre à vivre cet inconnu et cet imprévisible, à les accueillir sans en être renversé, les saisir malgré tout. Elle distille l’intuition d’un monde que nous habitons, qui nous habite, que nous touchons et qui nous touche, qui est déjà construit mais que nous pouvons continuer à bâtir, qui nous façonne mais dans lequel nous pouvons poursuivre un devenir. Elle nous infuse la sensation d’un monde ouvert et qui nous ouvre, impossible à fragmenter, impossible à totaliser, impossible à circonscrire, impossible à définir, qui se profile en ombres en traces en fuites en vides en chocs et en clartés dans d’insolites connexions de nos imaginaires. Un monde impossible à penser mais qui, par cet impossible, du fond de ce fluide souverain, pousse à l’effervescence des créativités. Un monde dont plus rien ni quiconque n’est le centre ni la périphérie, ni le maître ni l’esclave, ni le colon ni le colonisé, ni l’élu ni l’indigne, où seul règne l’incertain dans lequel nous tombons, et solitaires et solidaires, également désarmés, en sensible extension et jouvence poétique.

    Patrick Chamoiseau, Frères migrants (Seuil, 2017)
    Lire également en fin de livre la merveilleuse Déclaration des Poètes (en 16 points).

    ————

    C’est ça que j’appelle changer le monde.

    Changer les imaginaires, c’est aussi changer la vie. […]

    C’est que la poésie est la magie qui change le regard des humains.

    Et la poésie est alors cette arme miraculeuse qui nous rend à notre humanité.


    Rodney Saint-Éloi


    ————

    quand le poème résiste rien n’est trahison
    quand le poème résiste l’humanité a bon goût

    j’entends l’urgence d’habiter
    les horloges les cartes du monde
    je veux fouler les sentiers du poème
    résister
    exister vivant parmi les vivants
    utopie que je signe et hurle

    Rodney Saint-Éloi, prologue à Nous ne trahirons pas le poème (Mémoire d’encrier, 2019)

    ————

    GENS D’AVENIR
    PEUPLE DU DÉSIR

    L’automne n’avait pas attendu pour
    Crier son malheur

    Au peuple ukrainien
    Au peuple russe 
    À tous les peuples
    Exilés déchirés séparés
    D’ici et d’ailleurs
    Victimes collatérales
    Des conflits d’intérêts
    Et autres luttes armées

    Nous sommes 
    Poètes écrivains
    Poètes guerriers de la liberté
    D’agir et de penser
    Gens d’avenir embarqués
    Au détour des tranchées

    Nous sommes 
    Poètes lisant et chantant
    Nous sommes
    Taras Chevtchenko
    Vladimir Maïakovski
    Velimir Khlebnikov 
    Mikhaïl Boulgakov
    Anna Akhmatova
    Ossip Mendelstam
    Marina Tsvetaeva
    Lina Kostenko
    Serhyi Zhadan
    Ella Yevtushenko
    Dmytro Lazutkin
    Natalka Bilotserkivets
    Yuliya Musakovska
    Yury Zavaedsky
    Volodymyr Vakulenko
    Nous sommes

    Et tant d’autres sans voix 

    Nous sommes
    Poètes futuristes
    Pacifistes
    Alarmistes
    Peuple du désir
    Nous sommes 
    Artiom Kamardine
    Egor Chtovba
    Nikolaï Daïneko
    Et toutes celles et tous ceux dont on ne parle pas
    Injustement arrêtés frappés tués
    Pour avoir chanté désir de paix
    Des peuples maltraités

    Nous sommes 
    Enfants défenseurs de
    Nos libertés interdites
    Contre toutes formes
    Intolérables
    D’oppression

    Nous sommes
    Peuple du désir
    Les fleurs sauvages qui poussent
    Dans Kiev anéantie
    Nous sommes 
    Les escaliers d’Odessa
    Potemkine dans un film d’Eisenstein
    Marches prophétiques d’éternelle rébellion
    Nous sommes
    Les rives éplorées du Dniepr
    Qui broient du noir en attendant
    De renaître en Technicolor
    Nous sommes
    Les murs criblés de blessures
    De Donetsk Marioupol 
    Zaporijia Kherson
    Tchernihiv Kharkiv
    Tcherkassy Tchernobyl
    Et toutes vos villes enflammées
    Et toutes vos terres endeuillées
    Tristes refuges aux contours cadavériques

    Nous sommes vos frontières débordantes
    De passages d’échanges et d’ 
    Inaliénables fraternités
    Moldaves 
    Roumaines
    Hongroises
    Slovènes
    Polonaises
    Biélorusses
    Et Russes oui Russes aussi
    Nous sommes

    Et nous nous baignons
    Dans le sang d’encre 
    Étrange mer noire 
    De nos cœurs blessés
    Par tant d’absurdité

    Nous sommes
    Nijinsky
    Poètes écrivant et chantant
    Nijinsky dansant éternellement
    À l’aube des renouveaux
    Avec vous toujours
    Gens d’avenir
    Peuple du désir 


    Emmanuelle Sarrouy - Marseille, le 05 octobre 2022 

     

    ***   ***   ***                 ***   ***   ***                ***   ***   *** 

    327016D8-072B-4F45-AFBF-140F5BD6270E.jpeg

    La rencontre s'est ensuite poursuivie en deux temps. Atelier de lecture à voix haute, AD ALTA VOCE, mené de mains de maîtres par nos amis Marc Ross et Dominique Sorrente. Quelques exercices-gymnastique-d'articulation-respiration plus tard et en échos surgirent de nombreuses et étonnantes propositions en solitaire, en duo, voire en trio. Ou comment redonner vie au texte, quel qu'il soit ou quelle qu'en ait été l'intention originale de son auteur, et l'appréhender différemment à la lumière d'un éclairage neuf.

     

    53662266-BD25-4690-9EE2-59FB70F446B5.jpeg

     

    Vint ensuite, pour clore cette après-midi et démarrer la soirée en beauté, le temps suspendu d'une lecture musicale, nouvellement arrivée, un parcours poétique de pierre à pierre, d'un poème à une chanson, proposée par Dominique Sorrente avec la voix complice d' Audrey Gambassi : D'une pierre l'autre.

     

    Il ne restait plus qu'à s'embrasser… Et fixer dare-dare le rendez-vous des prochaines retrouvailles.

    ***   ***   ***   

     

    Pourquoi donc les mots paix et monde ne sont-ils pas synonymes ?

    Pourquoi donc la paix, selon certains, n'existe que dans l'autre monde et,

    selon d'autres, pas plus dans ce monde que dans l'autre ?

    Nikolas Fedorovitch Fedorov

    Philosophie de la cause commune

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • PAIX ET POÉSIE, à la Maison MONTOLIEU: UNE APRÈS-MIDI AVEC DOMINIQUE SORRENTE le 26 novembre

    Et si nous nous nous adressions l'un à l'autre

    un vrai salut de vivants...   D.S.

    ( poème de D SORRENTE, Musique  Olivier STALLA, voix Brigitte FABRE, montage LYSEY )   

    FLYER PAIX ET POÉSIE DOMINIQUE SORRENTE copie.JPG

    Le samedi 26 novembre, la Maison Montolieu accueille une proposition originale sur le thème "Paix et poésie", sous la forme d' une après-midi avec Dominique Sorrente.

    Dominique Sorrente, poète vivant à Marseille, a choisi ici de partager un temps d'écoute et de réflexion, donnant la part essentielle à l'expression poétique.

     

    L'après-midi est construite en trois séquences.

    À 13h30: Le public est invité à un échange avec des poètes de l'association Le Scriptorium sur le thème "Ce que la paix veut dire: parole poétique et engagement". Les poètes présents proposeront à la fois des lectures et des témoignages de la relation entre écriture et œuvre  de paix. Participeront à cette rencontre Isabelle Alentour, Emmanuelle Sarrouy, Marc-Paul Poncet, Nicolas Rouzet, Wahiba Bayoudia, Henri Perrier Gustin, Marc Ross et bien sûr Dominique Sorrente.

     

    À 15h: Le deuxième temps, animé par Dominique Sorrente et Marc Ross, consistera en un atelier d'initiation à la voix haute, nommé Atelier ad alta voce. L'enjeu pour les participants est de découvrir et pratiquer la lecture de poèmes non dans le silence de la lecture intime, mais adressés à un public d'auditeurs. Chaque participant pourra éprouver, de façon personnalisée,  ce que cette prise de parole met en jeu de façon active et également ludique. Les poèmes seront choisis dans le répertoire de poèmes sur le thème de la Paix.

     

    À 17h enfin: Le public pourra assister à la lecture musicale donné par Dominique Sorrente avec la chanteuse Audrey Gambassi. Cette lecture-concert s'appelle D'une pierre l'autre.  Le poète qui, depuis ses débuts, accorde une place particulière à la voix haute, a choisi ici de présenter lui-même son itinéraire avec les mots, à la manière d’un journal de bord. De livre en livre, d'une halte à la suivante, d'une pierre l'autre, ainsi va la traversée des heures.

     

    Dans la version proposée ici, le thème de la paix parcourt ce concert poétique. On retrouvera notamment des chansons sur ce thème comme Lettres de la ligne bleue ou Depuis qu'il y a des hommes...et des poèmes références, comme Et si...Les gens comme ça va...Mandala des jours...

     

    Un temps est prévu en fin de rencontre pour les dédicaces des auteurs présents et quelques échanges sur une après-midi qui promet de belles émotions.

    AFFICHE CONCERT 26 NOV 02 copie.jpg

     

    ASPECTS PRATIQUES

     

    Les personnes qui souhaitent participer à l'après-midi sont invitées à s'inscrire en ligne:  

    https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSctvkjmnPogW6zJeL-E06ayqMceYJ1nSu3zTIF0Y2EcvWtGgQ/viewform

     

    Tarif: Atelier + Lecture musicale 15 euros

    Lecture musicale: 10 euros

     

    Pour tout contact:  0698083248     

    ou poesiescriptorium13@gmail.com

     

                                                                           *

     

     

    QUELQUES POÈMES POUR OUVRIR LA ROUTE...

     

     

     

    Je l'écoute. Ce n'est qu'une voix humaine

    Qui traverse les fracas de la vie et des batailles,

    L'écroulement du tonnerre et le murmure des bavardages.

    Et vous ? Ne l'entendez-vous pas ? Elle dit "La peine sera de courte durée"

    Elle dit "La belle saison est proche." Ne l'entendez-vous pas ?

     

                                 Robert Desnos - Contrée (1936-1940)

     

     

                                                *

     

    Offrons le globe aux enfants

    Offrons le globe aux enfants, au moins pour une journée.

    Donnons-leur afin qu’ils en jouent comme d’un ballon multicolore

     

    Nâzim Hikmet (poète turc 1901-1963)

     

     

                                 *

     

    J’ai ancré l’espérance

    Aux racines de la vie

    Face aux ténèbres

    J’ai dressé des clartés

    Planté des flambeaux

    A la lisière des nuits

    Des clartés qui persistent

    Des flambeaux qui se glissent

    Entre ombres et barbaries

    Des clartés qui renaissent

    Des flambeaux qui se dressent

    Sans jamais dépérir

    J’enracine l’espérance

    Dans le terreau du cœur

    J’adopte toute l’espérance

    En son esprit frondeur.

     

     Andrée Chedid (1920-2011)

     

      

    ET SI...

     

    larmes et rires parlaient de connivence 

    dans les couleurs de l'arc-en-ciel, 

     

    si nous arrêtions juste une fois 

    de jouer le monde à œil pour œil, 

     

    si nous levions nos verres 

    sans attendre qu'ils soient remplis, 

     

    si seule une poignée de main 

    suffisait au soleil de notre journée, 

     

    si nous nous adressions l'un à l'autre 

    un vrai salut de vivants,

     

    simplement parce qu'aujourd'hui, 

    du nord au sud, d'est en ouest, 

    ensemble tant que nous sommes, 

    nous avons tous un an 

    de tour de planète en plus 

    à fêter avec le soleil.

     

                              Dominique SORRENTE

     

  • RETOUR SUR LA RENCONTRE UNE REVUE / UN AUTEUR ORGANISÉE PAR LE SCRIPTORIUM SAMEDI 5 NOVEMBRE A L’ESPACE UGOT A MARSEILLE

    Blog1.jpg

    C’est au sein de l’écrin lumineux de l’Espace UGOT, aux vitrines ouvertes sur la rue Paradis, que s’est déroulée cette 2e rencontre du cycle annuel « une revue/un auteur », lancée par le Scriptorium en 2021.

    Une soirée dédiée cette année à la revue littéraire Phoenix et au couple de poètes René Guy et Hélène Cadou.

    Dominique Sorrente et Junie Lavy ont ouvert la soirée avant de laisser la parole à Karim de Broucker, rédacteur en chef de la Revue Phœnix, et Franck Merger, membre du Comité de Rédaction, qui nous ont présenté avec passion l’histoire et les voix singulières publiées dans cette Revue héritière d'une longue tradition de revues marseillaises (Fortunio, Cahiers du Sud, Sud, Autre Sud) au rayonnement international. 

    7.jpg

     

    Après une transition musicale, Dominique Sorrente a rappelé la brève vie de René Guy Cadou, son œuvre liée à la nature, à la fraternité (l'école de Rochefort) et à l’amour, mais aussi à la mort. Un parcours poétique prématurément interrompu, mais que sa femme Hélène a poursuivi avec sa propre voix et son propre style.

    1667999127718.jpg

    Une évocation ponctuée de lectures par Junie Lavy, Marc-Paul Poncet, Marc Ross et Thierry Offre :

    Julie.jpg

    Marc-Paul.jpg

    ThierryOffre.jpg1667999127650.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ah ! pauvre père ! auras-tu jamais deviné quel amour
    tu as mis en terre ?
    Et combien j’aime à travers toi toutes les choses de la terre ?
    Quel étonnement serait le tien si tu pouvais me voir maintenant
    À genoux dans le lit boueux de la journée
    Raclant le sol de mes deux mains
    Comme les chercheurs de beauté !
    -Seigneur ! Vous moquez-Vous ? Serait-ce là mon fils ?
    Se peut-il qu’il figure à votre palmarès ?
    -Ô père ! j’ai voulu que ce nom de Cadou
    Demeure un bruissement d’eau claire sur les cailloux !
    Plutôt que le plain-chant la fugue musicale
    Si tout doit s’expliquer par l’accalmie finale
    Lorsque le monde aura les oreilles couchées !

    René Guy Cadou, Tout Amour, Hélène ou le règne végétal, 1952-53

    1667999127737.jpg

    Puis Audrey Gambassi a rejoint Dominique Sorrente et Eric Papaetcetera déjà sur scène pour partager plusieurs textes de René Guy Cadou mis en voix et musique par le trio des Ivres Vivants. Les livres récemment publiés par les éditions Bruno Doucey ont été ensuite présentés au public : J'ai le soleil à vivre et Le bonheur du jour par Hélène Cadou ; Et le ciel m'est rendu par René Guy Cadou. Des ouvrages précieux à découvrir. C’est autour d’un buffet et de nouvelles chansons que la soirée s’est poursuivie avant de se terminer tard dans la nuit. Rendez-vous l’année prochaine pour aller à la rencontre d'un nouvel auteur, d'une nouvelle revue ! 

    1667999127704 2.jpg

    Pour en savoir plus sur la revue Phœnix, découvrir les sommaires des derniers numéros et s’abonner :  www.revuephoenix.com

    Couv-Phoenix-37 impr_page-0001.jpg

    Prochaine rencontre du Scriptorium: le samedi 26 novembre, à la Maison Montolieu à Marseille,

    une après-midi avec Dominique Sorrente sur le thème Paix et Poésie.