Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 octobre 2019

CE QUI A ÉTÉ ...BRUMAIRE AVEC V.JANKÉLÉVITCH

c9dca185-ed66-4479-9e06-3c110f75dcf3.jpg

En cette fin octobre et entrée dans Brumaire, je vous propose ce très beau texte de Vladimir Jankélévitch (tiré de La mort*, 1966- réédité en 2017 chez Flammarion ). Entre citrouilles allumées, chrysanthèmes souvenirs, et présences vives, une matière à méditer sur ce sujet tabou...D.S. 

 

Du moment que quelqu’un est né, a vécu, il en restera toujours quelque chose, même si on ne peut pas dire quoi. Nous ne nous pouvons plus faire désormais comme si ce quelqu’un était inexistant en général ou n’avait jamais été.

Jusqu’aux siècles des siècles, il faudra tenir compte de ce mystérieux avoir été. Le déjà plus n’est plus rien en effet, mais on ne dirait pas il n’est plus s’il n’avait jamais été. Métaphysique est la différence entre « il n’est plus » et « il n’est pas ». Le plus rien est distinct à jamais du néant pur et simple. Il est sauvé de l’inexistence éternelle, sauvé pour l’éternité. Cet avoir été est comme le fantôme d’une petite fille inconnue suppliciée et anéantie à Auschwitz. Un monde où le bref passage de cet enfant sur la terre a eu lieu diffère désormais irréductiblement et pour toujours d’un monde où il n’aurait pas eu lieu. Ce qui a été ne peut pas ne pas avoir été.

 

                                         Extrait de La Mort

                                    de Vladimir Jankélévitch

 

                                                             

download.jpg

*cité notamment par Marion Muller Colard dans l'Autre Dieu, Labor et Fides, 2014

 

 

 

 

Commentaires

Merci de m'envoyer vos publications pleines de pépite
Cordialement
F

Écrit par : fanie | 02 novembre 2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.