Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 février 2018

MARIE GINET

 

Passionnée de littérature contemporaine, de poésie et plus particulièrement de poésie orale, Marie Ginet se produit depuis 2005 sur les scènes slam et poétique de France et de Belgique sous le pseudonyme d'Ange Gabriel.e. Elle est artiste associée à la Générale d'Imaginaire. Marie singe (BR).png

Nominée pour le prix de la Vocation en poésie en 2000, elle publie en 2010 aux éditions L’agitée le livre album  Souffles nomades  préfacé par Jean-Pierre Siméon, lequel salue une « langue drue, qui a du souffle » mais « sait aussi dans l’apnée soudaine ménager sa part de silence. » 

Son second recueil Pulsation paraît à L'Agitée en mars 2014. Il interroge la figure de Marie-Madeleine et notre rapport contemporain à la spiritualité.

Un récent recueil Dans le ventre de l'Ange et autres cachettes  est paru aux éditions Henry en septembre 2016.

De 2011 à 2013 , elle est auteure et interprète du spectacle  Je nous tiens debout  mis en scène par Anne Conti et produit par La Générale d’Imaginaire. Avec ses deux complices du collectif Les Encombrantes, Amandine Dhée et Law’Rible, elle questionne la notion de genre et  la place de la femme.

En 2013, elle créé avec le poète Dominique Sorrente une lecture poétique à deux voix Nord Sud où vont les fleuves, co-produit par La Générale d'Imaginaire (Lille) et le Scriptorium (Marseille). En 2015, le duo propose Zig Zag Déclame une lecture-spectacle aux angles inattendus mêlant explorations sonores, instruments, voix chantées, murmurées ou vociférantes.

Formée aux ateliers d'écriture à l’A.L.E.P.H, elle intervient aussi bien auprès d'enseignants, de formateurs  que de détenus, de personnes âgées ou de lycéens. Ses ateliers allient le travail de l'écriture et celui de la mise en voix et en espace des textes.

Elle est est également animatrice de rencontres littéraires et  a produit une cinquantaine d'émissions radiophoniques autour du slam et le la poésie.

Elle répond à des commandes d'écriture (récemment la Maison de Poésie Rhône Alpes, le site de poésie et de réflexion Terre à ciel, le musée du Louvre Lens). Enfin elle publie régulièrement en revues.

Au cours de l'année 2017 elle a axé plus particulièrement sa création sur la littérature jeunesse. Elle vient de publier (novembre 2017) un recueil pour la jeunesse Poésie, terre d'aventure qui allie récit et poésie.  Elle est également l'un des trois poètes choisis pour représenter la France dans le cadre du projet européen Versopolis.

 

BIOGRAPHIE

Poésie

Poésie, terre d’aventure, L'agitée, 2017

Dans le ventre de l'Ange et autres cachettes, Henry, 2016

Pulsation, L'agitée, 2014

Souffles nomades, L'agitée, 2010

 

Revues

Publication dans les revues Bacchanale, Le grand Nord, Ffwl, Poésie 2001, La Nouvelle Revue Moderne, Revue des Archers, Thauma, etc.

Publie aussi sur les sites web : Terres de Femmes, Cris et Poésie, Terre à Ciel.

 

Collectifs

Uriner sous la lune, Venise, L'âne qui butine 2002

 

Entretiens et émissions radiophoniques

Entretien avec Salah Stétié in Rémanence n°3, septembre 1994.

Les voix du slam : portraits des slameurs et slameuses. 42 émissions créées entre 2010 et 2013.

Poésie nomade : lectures et entretiens avec Jacques Dupin, Abdelatif Lâabi, André Velter, Salah Stétié, Farida Aït Ferouk, etc. Une quinzaine d’émissions entre 1994 et 1996 diffusées sur Canal FM et le réseau national de l'EPRA.

Liens sur le web

Un article « Slam, peuple et poésie » paru dans la revue Terre à ciel le 15 janvier 2017

Ma page sur le site Versopolis   http://www.versopolis.com/poet/130/marie-ginet

Le slam Dans le bec de l'homme filmé à Liège

http://lageneraledimaginaire.com/artistes/marie-ginet

 

Quelques textes :

Mardi 29 avril

 

Départ Namur, l'Ange Gabriel quitte la Meuse. À la sortie de la ville, avant la première écluse, les rives ont un petit air bucolique : des portillons de lilas et des passants de halage agitent pour nous les bras dans la grisaille.

 

* * *

Peupliers ouvrant leurs feuilles contre l'averse du printemps et cet hiver au bord à bord de la mémoire et du futur.

 

L'impermanence en floraison - fanée déjà - l'incertitude mêlant sa sève à la salive de nos baisers.

 

* * *

Par le hublot passe le monde : des cormorans séchant leurs ailes sur le faîtage des hautes branches, l'écorce blanche des bouleaux, leur craquelure, des ponts d'acier profilant l'ombre.

 

* * * 

Des graffitis d'amour et de solitude

sur les piles du pont

 

un ballon d'enfant bleu qui flotte

à l'arrière des usines

* * *

Par le hublot passe le monde : briques noircies, relent d'enfance, charbon sans gloire, coulant sa morve jusqu'au canal, Sambre rouillée.

 

Des peupliers tremblants debout, des boutons d'or sur les talus, et des usines si moribondes qu'elles font photos pour amateurs comme un porno qu'on passerait dessous la cale et loin des anges.

 

* * * 

Écluse de sale science-fiction. L'air sent la mort mais la lumière est revenue, soleil d'avril joue projecteur. Des monstres jaunes, pelletée d'ordure et de limaille, cahotent dans les colonnes de poussière.

 

Extrait de Dans le ventre de l'Ange et autres cachettes éditions Henry septembre 2016

 

**********************************************************************************************

Des bateaux qui coulissent sur la ligne d'horizon

 

une voile qui s'incline

noire

 

un cargo de couleur

vernis comme un jouet d'enfant

peut-être est-ce Éole qui joue

dans ses jardins de pierres et d'eau

remue ses Lego vermillons

s'étonne de notre impatiente

caresse le sable des jours

 

L'eau des mers doucira sous la fonte alanguie des icebergs

ce printemps déjà l'un d'eux s'est détaché

loin du cercle polaire il dérive

plus vaste qu'un pays

 

Marie Ginet  Inédit : île du Frioul Septembre 2017

 

**********************************************************************************************

                Chez le fromager

 

Chez le fromager,

ça sent le maroilles et la bonne humeur.

 

Papy vous raconte la ville d’avant

et celle d’aujourd’hui.

Il sait tout des gens,

comme un écureuil perché sur la branche.

 

Son vieux fils se marre,

soixante printemps

et la tartine de camembert chaque matin

lui dessinent des pattes de sourire aux yeux.

 

Et le petit-fils râpe le gruyère

avec l’air de dire que la vie est longue,

des milliers de vaches pourront gambader,

et des reblochons et des mimolettes

devenir monnaie

avant qu’il ne soit à son tour grand-père.

 

Marie Ginet extrait de « Poésie, terre d'aventure » éditions l'Agitée novembre 2017

 

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.