Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2017

LEONOR GNOS

 

Léonor Gnos est née à Amsteg (Uri) en Suisse alémanique.LG photo 2.jpg

 

Diplomée de littérature allemande et française, la culture et les langues européennes tiennent une place importante dans sa vie puisqu’elle a étudié plusieurs langues, séjournant  en France, en Angleterre, en Italie, en Espagne et en Grèce. Avec son mari et ses deux filles, elle vit et travaille à Lucerne comme professeure d’allemand. Après avoir enseigné l’allemand en Langue étrangère à Paris pendant vingt ans, en 2010 elle s’installe à Marseille. Elle écrit de la poésie, des récits et des nouvelles, publiés en Suisse et en Allemagne.

 

En réponse aux sollicitations du Scriptorium, elle traduit ou laisse traduire ses textes (Pascale Auger et Nicolas Rouzet) ou bien elle écrit directement en français. En co-auteure, elle a publié « Ecritures de l’eau », de même dans différentes revues littéraires.

Léonor Gnos est membre de l’association ADS (auteurs suisses) et de Pro Litteris.

 

 

Table d’ouvrages

 

2017   « Lichtfalten », (rides de lumière) poésie, Collection Montagnola,  Isele, Eggingen

2014   « Jenseits von Blau », (Au-delà du Bleu) poésie, édition Isele, Eggingen

2014   « Mäd Book 3, co-auteure, prose et poésie, edition Franz Mäder, Bâle

2013   « Die Schrift der Sonne ist vertikal » (L’écriture du soleil est verticale) Collection         Poésie Suisse, editore alla chiara fonte, Lugano

2012   « Ecritures de l’eau », co-auteure, poésie français/allemand, édition PAP

2012   « Hier ist Süden », (Voici le Sud) poésie, édition Isele, Eggingen

2010   « Nelly N. », nouvelles, édition Pro Libro, Lucerne

2009   « Singende Städte », (Villes enchantées) poésie, édition Wallimann, Alpnach

2007   « Milchstrasse », (Voie lactée) poésie, allemand/français, édition 13/XIII, Paris

2006   « Mohn am Schuh » (Mon âme joue), poésie, édition Wallimann, Alpnach

2004   « fallen und federn », (tomber et rebondir) récit, édition Gisler, Altdorf

2003   « Mit dem Schatten », (Avec l’ombre) poésie, édition Wallimann, Alpnach

2000   « Bristenbitter », (Bristenamère) nouvelles, édition Gisler, Altdorf

 

Leonor Gnos https://de.wikipedia.org/wiki 

 

LG photo 1.jpg

 

QUELQUES TEXTES

 

 

                   Jeu d’amour

 

                   Dans l’intimité de la nuit

                   je joue quand le paysage s’endort

                   chaque chose perd son nom

                   en leur absence je travaille à l’amour

                   j’empoigne la poussière des étoiles

                   leur incandescence

                   pendant que sur les tuiles

                   brûlent les constellations

                   en rêve chutent les étoiles filantes

                   la voie lactée s’accoude à la fenêtre

                  

                   ***

 

                   Macadam

 

                   Un ciel bas tranche sur la mer

                   de son bleu enrobe la ville et les amants

                   qui aspirent l’haleine du      souffle

                   élan des lèvres polies par le vent

                   les oppositions se dissolvent

                   ruissellent dans les caniveaux la peau flamboie

                   une fois la femme une fois l’homme

                   un son diffus pénètre le soir et une odeur de chanvre

                   depuis que je suis où je suis

                   je n’écoute plus mes semblables

                  

                   la masse trébuche s’émmêle dans les accidents

                   une série d’équilibre précaires

                   qui résiste au rythme interrompu

                   tomber et rebondir je connais le modèle

                   et les couleurs perdant leur tenue

                   tantôt je bute sur les bosses d’asphalte gonflée par

                   la chaleur tantôt mon pied emprunte les traces molles

                   y rentre en sort  comme on passe une porte

                   ma main saisit mon front glisse plus bas lisse mon ventre

                   une femme rit d’une gorge rauque

                   renverse la tête sa robe froissée entre les doigts de l’amant

                   la foule se disperse la circulation ralentit

                   je perçois l’odeur des égouts je préfèrerais plutôt danser

                  

                   la mer et l’horizon se mêlent

                   les couleurs et les formes se fondent en harmonie

                   mais je suis trempée de sueur

                   de devoir adapter les mots à mon corps

                   à la ville à la poussière à la saleté et au plaisir

                   sur les murs le vernis de ma peau

                   le ventre pointe le sexe

                   une composition-confetti

                   mon visage se détend comme la terre appelle l’eau

                  

                   ***

 

                   Pour une poète

                  

                   Trouver le portail

                   jusqu’aux lieux des mots

                   leurs failles

                   leurs tailles

                   une forêt de crevasses

                   le poids de la langue

                   sur une balance

 

                   ***

 

                   Transit

 

                   Le soir je suis là

                   quand tu mets ta main

                   sur mon visage

                   et dans mon poème

                   tu veux entrer

 

                   les nuits s’oublient l’une l’autre

                   à la pointe du jour

                   entre nous et les rêves

                   une lueur de cendre

                   l’aurore

                   parmi nous disparue

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.