Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 mars 2008

Transcontinentale, poètes du monde entier

affiche TranscontinentaleA4.jpg

Samedi 22 mars, a eu lieu au Centre Tempo-Sylvabelle à Marseille la première édition de la Transcontinentale de poésie, créée par l’association Le Scriptorium. Un pari hors du commun,  relevé de la plus belle manière…

Qui sait que l’année 2008 a été déclarée par l’ONU l’Année  Internationale des langues  ? Objectif : favoriser l’échange et les traductions, et maintenir la diversité linguistique des 6700 langues parlées dans le monde dont une bonne moitié est aujourd’hui menacée de disparition.  Preuve que la langue est un bien précieux, au-delà des outils, un bien par lequel nous découvrons ce que nous sommes, nous préservons notre part de parole vraie et intense.  À Marseille, cette réalité n’aura pas échappé aux poètes du Scriptorium qui depuis près de 10 ans, à l’entrée du vallon des Auffes, travaillent les mots dans leurs vibrations, leurs façons de dire ce qui ne peut être dit autrement…

Alors l’association fondée et animée par le poète Dominique Sorrente, il y aura bientôt dix ans, avait  décidé de fêter la Journée mondiale de la poésie  créée par l’UNESCO par un nouveau projet, nommé « La Transcontinentale - poètes du monde entier ». Défi audacieux pour une association indépendante qui compense l’absence de moyens par un fort engagement de groupe. Et le pari fut tenu dans la belle salle décorée du centre TEMPO: réunir à Marseille des voix de différents continents pour faire entendre la poésie d’une rive à l’autre.

Un public dense (pour cette fois, la belle salle des réunions n’était pas assez grande) s’était mis à la hauteur de l’événement. Trois heures durant, chose rare voire exceptionnelle par les temps qui courent, on a vu se succéder les lecteurs évoquant et faisant entendre  des noms qui résonnent dans les mémoires à travers les lieux et les moments de l’histoire (plusieurs furent des prix Nobel en leur temps) et qui chacun à sa façon portent l’aventure des mots : le chilien P.Neruda, le mexicain O. Paz, l’indien R.Tagore, la russe M. Tsvetaeiva, le tchèque V.Seifert, les persans Hafiz et Khayyam…Une lecture polyphonique, mêlant langue d’origine et traduction française. Les voix des poètes disparus ont pu ainsi rencontrer celles des poètes contemporains invités pour l’occasion, dans un  itinéraire qui a conduit le public de l’émouvante voix argentine de Vivian Lofiego au brillant poète et astrophysicien Jean-Pierre Luminet. qui fit un choix saisissant de poèmes interrogeant le Cosmos en passant par l’iranien P. Albogassemi, dont la lecture profonde en persan, à la lumière d’une lampe de chevet nous plongea dans une parole immémoriale, ou encore ces poètes « native american » amérindiens, dont Béatrice Machet leur traductrice et leur porte-parole sut faire entendre les cris et les mots de sagesse.  D’une lecture à l’autre ( une quinzaine de lecteurs prêtèrent leur voix à ce périple), dans le rêve, la douleur le rire, souvent l’étonnement, chacun a ainsi pu découvrir la dimension universelle de cette « autre voix » qu’est la poésie, autre et proche, tout à la fois.   

« Voilà donc notre humeur transcontinentale de poètes intuitistes,avait  annoncé Dominique Sorrente qui fut le maître de cérémonie de cette singulière aventure poétique.,  Une humeur  qui se joue de l’unité des lieux et des époques à seule fin de nous relier pour un soir sur la terre. La poésie n’est-elle pas contre les murs de langage  un chemin de traverse de l’universel ? » Tel le était le mot d’ordre de la soirée où la cause de trois femmes écrivains tibétaine  et chinoise emprisonnées ne fut pas oubliée. 

L’UNESCO et  P.E.N. CLUB, réseau international d’écrivains, représentée ici par la poète suisse Laurence Verrey, qui œuvre justement pour les écrivains emprisonnés, ne se sont pas trompés sur la qualité et l’engagement de cette initiative née d’un rêve associatif marseillais. Ils avaient choisi de l’accompagner, dès sa première édition, bien qu’elle manque encore du concours des collectivités publiques sollicitées. Ils lui ont reconnu l’énergie et l’enthousiasme des pionniers qui défrichent.

Le rendez-vous est pris pour la seconde édition de la Transcontinentale. Mais d’ici là, on devine que le Scriptorium, dont la faim de poésie est contagieuse aura encore fait parler de lui.

Et déjà le 29 mars avec son nouveau rendez-vous « Poètes phares et poètes voisins » dans son local à l’entrée du petit port de pêche du Vallon des Auffes de Marseille, dans le 7ème arrondissement, cette fois…

Nul doute, les poètes intuitistes du Scriptorium croient comme  l’écrivain St Pol Roux que Marseille est « sœur du monde entier » (c’est d’ailleurs une des formules de la charte de l’association) ; et ils savent qu’ils auront toujours leurs mots à inventer, y compris dans le projet de « Marseille, capitale européenne de la culture ».

Dans un environnement bruyant où les mots sont si souvent dévalués, les poètes, comme les langues, demeurent une espèce fragile.  Le lancement réussi de « La Transcontinentale - poètes du monde entier » est de ce point de vue une bonne nouvelle pour la bio-diversité de ces mots en liberté qui continuent  de naître sur toutes les rives.
                                                                                                       
                                                                                                         

Anne Lofoten   

19:06 Publié dans Hors les murs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 22 mars 2008

Les commentaires sont fermés.