Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 janvier 2009

Retour de Caroline - Sacré et mythologies modernes

 

Expo - Rencontre autour des oeuvres de l'artiste plasticienne  

Françoise Semiramoth et des écrits de Françoise Donadieu.

*

C'est en ce moment, à Marseille à l'Espace Culture (Canebière, à hauteur

de la rue de Rome), jusqu'au 5 janvier 2009.

 

expo2.JPG

 

L’inauguration du retour de l’exposition «  Sacré et Mythologies modernes »  s’est déroulée le 18 décembre à l’Espace Culture dans une ambiance détendue et chaleureuse. La présidente de l’association Zingha, Thérèse Basse organisatrice de cette manifestation, a présenté la démarche qui a  conduit Françoise Sémiramoth et Françoise Donadieu à associer peinture et écriture : les mots sont nés à partir des tableaux dans un mouvement d’élucidation, qui n’est pas explicitation mais plutôt mise en lumière de ce que l’image suggère du monde intérieur de l’artiste.

 

Elle a ensuite salué Olivier Rebufa (en résidence à Dakar) dont quelques pièces parmi celles qui ont été montrées pendant le mois précédent à l’hôpital Caroline se trouvent exposées à l’Espace Culture.

Les grands tableaux, fascinants et énigmatiques, de Françoise Sémiramoth ont suscité beaucoup de questions mais les réponses de l’artiste n’ont pas épuisé le mystère de cette œuvre, pas plus que ne l’ont fait les poèmes qui ne sont pas des  commentaires mais des visions nées de la contemplation des toiles.

 

Le finissage de l’exposition se fera le 5 janvier en présence de Richard Martin qui donnera souffle et puissance aux textes par la lecture.

 

 

Pour plus d'infos, cliquer ICI 

30 décembre 2008

Marseille Bateau Ivre

 

 

Marseille est ville pour les mots. À la lettre et dans tous les sens.

Mots retranchés ou qui en rajoutent, paroles de faconde ou phrases muettes des roucas.

Les écrivains l’ont traversée dans toutes les circonstances, villégiature, exil, patrie d’enfance, expérience mystique, pays d’adieu, vagabondage, et lui ont déposé leurs pages de transit d’un jour, d’un an ou d’une vie.

Rimbaud, mort à Marseille à l’hôpital de la Conception (dans le plus troublant acte de poésie qui soit) nous a laissé son Bateau Ivre, habité en sculpture d’Amado sur la plage du Prado. C’est ce promontoire inspiré qui  nous tiendra lieu d’arche de ferveur à partager.  

 

Marseille Bateau Ivre, notre commune embarcation.

 

Ici, face à la mer, le Scriptorium à ciel ouvert accueillera des mots et des moments qui ont choisi de saluer Marseille, chacun à sa façon.

 

                                                                                   Dominique Sorrente