UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 février 2020

MORCEAUX DE BRAVOURE du SCRIPTORIUM au MONUMENT RIMBAUD Marseille 22 mars 16h

flyer jpeg.jpg

Le dimanche 22 mars est jour de deuxième tour de l'élection municipale. C'est aussi la date du match OM-PSG! On peut imaginer que les palpitants vont se mettre à fonctionner à plein, que les montres vont égrener leur compte à rebours, que le temps de la cité sera suspendu, peut-être en opération d'apnée...

 

Dans cette fébrilité de la vie citoyenne et supportrice, il nous plaît d'inscrire notre événement poétique à ciel ouvert, à quelques mètres du rivage.  

 

Parce que nous participerons ainsi ensemble à la Journée Mondiale de la Poésie et à celle de l'Eau (21 et 22 mars), selon les voeux de l'Unesco.

 

Parce que nous clôturerons la 22ème édition du Printemps des Poètes dont le thème est le Courage.

 

Parce que nous serons tous groupés autour du Bateau Ivre, cette sculpture d'Amado créée en 1991 à l'occasion du centenaire du décès de Rimbaud à Marseille.

 

Parce que le Scriptorium accueillera avec enthousiasme poètes et lecteurs qui se seront inscrits à cette rencontre à ciel ouvert.

 

Bienvenue à vos morceaux de bravoure!

 

 Modalités:

 

La rencontre se déroule au Monument Rimbaud, plage du Prado, 33 promenade G.Pompidou Marseille 8°.

L'inscription a lieu sur place à 15h45. Les personnes désirant participer aux Morceaux de Bravoure sont priées d'adresser en amont (avant le 18 mars) un mail au Scriptorium.

Chacun pourra intervenir à raison de 3 minutes maximum.

Toutes les formes d'intervention: lectures, chansons, performances etc...sont les bienvenues. Prévoir ampli ou porte-voix, selon l'énergie vocale et l'orientation du vent...

 

Pour toute info et pré-inscription, écrire à poesiescriptorium13@gmail.com

 

Rappel: L'adhésion au Scriptorium est de 30 euros l'an (50 euros pour les couples). Une participation gratuite à une des rencontres durant l'année est offerte aux non-adhérents. L'association ne vit que de cotisations et dons.

 

                                                     ***

 

download-1.jpg

                 Le Bateau Ivre, sculpture d'Amado, Marseille, plage du Prado

 

 

16 mars 2016

JOURNÉE MONDIALE DE LA POÉSIE 2016: EMBARCATION EN BATEAU IVRE à Marseille

                                              Depuis quand le vent respecte-t-il

                                                 tes règles de circulation ?  (A.Fayad)

 

 Bateau ivre Prado.JPGQui le sait ? Depuis l’année 2000, le 21 mars a été déclaré Journée Mondiale de la Poésie par l’Unesco. Cette déclaration a pour objet d’encourager chaque année les initiatives en faveur de la pratique de la poésie (lecture, écoute, écriture) et plus généralement, de rappeler la dimension éthique de la poésie sous toutes les latitudes et dans toutes ses formes.

 « Chaque poème, tout en étant unique, reflète l’universalité de l’expérience humaine et un désir de créativité qui s’affranchit de toutes les limites et de toutes les frontières, du temps comme de l’espace, affirmant sans cesse que l’humanité forme une seule et même famille. » a déclaré en 2015 Mme Irina Bokova, Directrice générale de l'UNESCO.  

Sur sa rive Nord de la Méditerranée, l’association Le Scriptorium a dans le passé pris plusieurs initiatives, notamment les Rencontres Transcontinentales, pour participer à cette journée et apporter sa contribution, en écho à celles d'autre régions du monde.

En 2016, dans un contexte international lourd de conflits, de menaces et de crises, nous avons choisi une démarche minuscule mais résolue : témoigner « en situation » sur un promontoire de la plage du Prado à Marseille notre attachement à la poésie et aux valeurs qu’elle véhicule.

Sans coup d’éclat, ni protocole, mais comme un geste de vigueur, avec le plaisir de mêler éphémère et mémoire,  partager l’insolite, goûter le contretemps...et d'autres humeurs encore...

Avec aussi le désir de rappeler qu’aujourd’hui dans le monde, on enferme, on persécute, on intimide des poètes pour le seul fait de leurs écrits incontrôlables.

Et quelle meilleure réponse que de lâcher entre mer et vent les mots irréductibles du poème ?

Dans la continuation de la soirée de rencontre en faveur d’Ashfar Fayad qui s’est tenue au théâtre Toursky, le 21 janvier, nous invitons ceux qui le souhaitent à se réunir autour de la sculpture d’Amado créée en hommage à Arthur Rimbaud sur la plage du Prado à Marseille.

La rencontre aura lieu à 18h.

Lecture sera faite d’extraits du livre de poèmes d’A.Fayad qui vient de paraître aux éditions Le temps des cerises dans la traduction d’Abdelatif Laâbi.

D’autres voix de poètes viendront se donner à l’air libre pour un moment de partage et ferveur.

En ce temps-là, Mars s'impatientait...

  

                                                                        Dominique Sorrente

 

Fayad livre.JPG

 Le Rendez-vous aura lieu autour de la sculpture d'AMADO "Le Bateau Ivre" , plage du Roucas-Blanc, le 21 mars à 18h.

26 mars 2011

Retour à quai du Bateau Ivre.

 

bateau ivre.jpg

 

LES IMPROVISATIONS  DE MARS

 


Le pari du Scriptorium est double : faire que la vie poétique contemporaine excède la page ; susciter des surgissements de sens à plusieurs. C’est ce goût de l’instant « à part » qui nourrit nos élans, toujours à reprendre, où nous revendiquons la salve de l’éphémère, et la mémoire de la trace.  Un rêve de « kairos », en somme, une occasion qu’il faut saisir à temps, pour que chacun participe à l’acte poétique levé de terre. Avec pour maître mot, celui d’Improvisations poétiques.

 

Ce 19 mars a été l’exemple avéré d’une telle démarche, rythmée en cette saison 2010-2011 par l’évocation des éléments. Clin d’œil de la météo, après la pluie de la Saint-Valentin, c’est le mistral qui s’était invité pour éprouver notre embarcation de plein air. 

Un instant Bateau ivre Spontané est né sur un promontoire de la plage du Prado, un de ces éphémères poétiques, vécu à plusieurs, pour défier les habitudes. Comme un poème vivant à dessiner dans la fortune d’une rencontre désirée, entreprise, vouée à la dispersion des heures et gardant les rares témoignages des images et des mots.

 

Le moment en trois épisodes a conduit le groupe, huit heures durant, entre Bateau ivre et Infinis paysages du bord de mer au centre-ville. Ce fut d’abord le temps des semelles de vent, où sur le monument Rimbaud d’Amado furent distribués au vent les poèmes à plusieurs voix dans une pratique « chorus » où le mégaphone relaya les toniques vibrations des lecteurs. Le poème rimbaldien fut dit, entre autres plaisirs pour l’oreille, par Thierry Offre en langue occitane de Provence.

Plus tard, le Med’s, nouveau restaurant culturel à Marseille, dans le quartier des Antiquaires, fut le nouveau comptoir inédit et favorable pour écrire une lettre à Arthur,  sous la forme d’un atelier d’écriture éphémère, puis croiser textes des scripteurs avec les mélodies des musiciens du lieu, venus à notre rencontre.

Enfin, la salle Tempo-Sylvabelle permit de prolonger le voyage en infinis paysages, thème du Printemps des Poètes, mêlant facéties inventives tirées du chapeau, à l’invitation du groupe  d’Histoire d’écrire, et géo-poétique de l’instant avec ses paysages ingouvernables.

 

La journée avait été placée sous le signe de l’Ibis,  cet échassier au bec en forme de plume d’écriture, dieu du scribe chez les Egyptiens. Une manière de relier le hasardeux et le signifiant, l’art de l’envol et la déposition des mots.

 

Une signature de coïncidence à poser au bas de la page de ce  jour de mars.

 

D. Sorrente