Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 septembre 2011

Septembre en mer, à boire au Comptoir

 

Autour du Premier Comptoir

 

 

 


La poésie, ce n’est pas la mer à boire, annonçait la parodie de slogan. 

Est-ce alors la terre ? 

À manger ? suggérait un passant du jour...


L'équipe du Comptoir 1.JPGDans ces jours de septembre en mer, nous avons mené l’enquête à la façon des éphémères que nous sommes. En baptisant notre nouvelle saison « Comptoir des poètes » avec la voix des autres mêlée aux mots en carafe. Jetant sur le tapis les noms de Delteil, Cabral, Saint-John Perse, Tagore, Baudelaire même dans ses manières d’enivreur. Tentant des croisements de voix en forme de ping-pong, rive à rive. Plaçant les écarts d’harmonica ou de guimbarde pour glisser autour des phrases.  Deux heures durant, à se reconnaître assoiffés, réclamant à la fin à sortir sur la place. Le temps d’emporter le dernier poème vivant : un paquebot  sorti du port, traversant l’instant en ligne d’horizon.

 

À l’entrée du Vallon des Auffes, c’est promis : malgré la tentation des anagrammes, le comptoir des poètes ne sera jamais le dépotoir des comètes…

 

 

 

 

*

 

Ces petits riens

 

Un vent

va

 

prend

l’air

 

inspire

douze éoliennes

 

On se laisse griser.

 

 

Laurence Verrey

 *

 

Quand le bateau boit…

  

Je suis un chat marin.

J’habite une barque amarrée au Vieux-Port. 

Je suis un chat inquiet : mon bateau boit. 

Il est trop accueillant pour les eaux et marées, 

Et le sel le grignote. 

Parfois, sans vent ni vagues ballottantes,

 Il se penche sans raison.  

Parfois, il navigue en zig, en zag… 

Mon bateau boit et le fond de sa cale me mouille les pattes, 

De petites vagues me chatouillent le ventre. 

Pour aller au Frioul, il s’en va par Gaby. 

Pour aller à l’Estaque, il mouille à Morgiret. 

Mon bateau boit. 

Ses vieilles bordées font corps avec la mer. 

S’il croit ainsi attirer les girelles, 

C’est plutôt le contraire. 

Je suis un chat marin, qui sera un nageur. 

Car mon bateau, à boire sans soif, 

Dans un moment d’ivresse 

Rejoindra un beau jour, les poissons les coraux. 

Les oursins et les poulpes viendront l’habiter. 

Je serai chat nageur, 

Ma maison sous les eaux, sera loin de mon port. 

Et je miaule ce soir, ce qui dans la langue des chats, veut dire pleurer.

 

 

 Gérard Boudes

 

*

 

 Quelle certitude

 

 

Quelle certitude a-t-on

que la mouette n’emporte pas

les notes de musique ?

Et comment savoir

si cet oiseau n’est pas l’enfant

d’un ourlement de vague

ou celui de la risée d’un océan ?

 

Le musicien face au vent

est devenu invisible ;

l’oiseau traverse l’horizon,

gris-menaçant :

Tout s’explique ;

tout a une cause première,

une raison d’être ;

sauf quelquefois le hasard

quand il vient chambouler l’instant.

 

Philippe Deniard 


 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.