Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 décembre 2015

JEAN-MARIE PELT la passion de la terre en héritage (1933-2015)

th.jpg

 Octobre 1977. Collège d’Europe de Bruges.

L’homme qui est devant nous n’enseigne pas comme les autres. Il repousse les murs, il invente des fenêtres, il raconte comme je ne l’avais jamais entendu le dialogue entre l’arbre et le nuage. Soudain les discours ambiants de mes années universitaires de sciences politiques et économiques prennent un coup de vieux salutaire. Le poète qui réclamait en moi de scruter autrement le réel tend à nouveau l’oreille. Le monde, tout d’un coup, s’enrichit d’une compréhension nouvelle ; la science économique trouve le terreau qui lui manquait, une réalité nourricière qui lui donne sens.

 

Je découvre l’écologie, danse des systèmes.

J’apprends cette évidence : l’homme a débarqué sur la lune, il y a huit ans à peine, oui, mais il en est revenu. Et après ? Plus que jamais c’est la terre qui nous appelle à prendre soin d’elle.

Le réel est infiniment plus intelligent qu’on nous l’enseignait ailleurs dans les cours ordinaires et sans âme. Pour un jeune poète qui remue son tohu-bohu intuitif, sans trop d’écho, voilà l’aubaine : une présence alliée dans le champ académique.

 

Celui qui anime cette conscience-là a le verbe généreux, enthousiaste, drôle. Sa silhouette est massive, mais pas intimidante. Sous ses lunettes, la malice est en état d’alerte permanente. Dès la première rencontre, nous sommes un groupe d’étudiants de toutes nationalités à prendre spontanément Jean-Marie Pelt sous notre coupe, à l’inviter à prolonger le cours dans notre résidence étudiante de Jorisstraat pour la soirée. L’audace ne se monnaie pas dans cette jeunesse avide de comprendre ce que nous dit la terre ; elle s’est trouvé ici un singulier intercesseur pour nous parler d’elle.

th-3.jpg

Dès le premier cours, une amitié est née. C’est décidé : avec ce maître-éclaireur, nous partons « refaire le monde ».

 

La déferlante des questions, le bonheur des entretiens, les retrouvailles suivront, avec le rire toujours à l’affût.

Et des pages, et des pages pour la suite des années.

 

Et toujours en mémoire, ce jour d’examen-conversation

hors du temps avec les oranges partagées.

 

À Jean-Marie Pelt, je dédie ces mots d’un livre « C’est bien ici la terre » (MLD éditions) dont il m’avait offert en toute amitié d’écrire la préface en octobre 2011. Puissent ces quelques mots posés en forme de stèle le rejoindre, l’accompagner à la merci des vents:

 

Alors le secret m’a accordé ce quelque chose

que je ne saurai dire

autrement qu’en murmure.

 

Sur ma peau, en écriture sympathique, il est écrit :

« je suis l’autre rebord du monde

et je t’attends ».

 

                                         Dominique Sorrente

 

th-2.jpg

 Jean-Marie Pelt, écrivain, botaniste, pharmacien, biologiste, précurseur de l'écologie urbaine, est décédé le 23 décembre 2015

07:39 Publié dans Portraits | Lien permanent | Commentaires (4)

06 décembre 2015

ACCORDEZ ON : la fabrique du livre à plusieurs mains

 

ACCORDEZ ON livre fini.jpg

 

   Sarrians, Vaucluse. Grisaille sur la saison. Temps propice pour une journée d’atelier dans les règles de l’art.

 

   Pour ses quinze ans, le Scriptorium a choisi de créer un poème à plusieurs mains. Créer dans toute l’acception du terme. Des phrases jaillies, agencées, mises en relation d’un poète à l’autre (première phase) jusqu’à la conception d’un objet-livre, sous la forme accordéon (deuxième phase) puis sa mise en espace et voix qui suivra (troisième phase).

 

   Le poème collectif est né il y a six mois : onze signatures mêlées en un texte commun.  Ce 5 décembre est le temps fort de la fabrication.

 

   Huit participants, quatre auteurs/quatre lecteurs, quatre femmes/quatre hommes, sont là. Parités remarquables...

 MAINS EXPERTES.jpg

   Pour la plupart, c’est une première. Passer de l’autre côté du livre-objet, non celui des yeux qui lisent, mais celui du geste qui fabrique et façonne. En procédant à chaque étape de ce parcours. Tel est le défi. Il règne une atmosphère de rentrée des classes avec le lot de fournitures à déposer sur la table et les consignes minutieuses que prodigue le maître de cérémonie du jour, Henri Tramoy. Le projet a exigé de longs préparatifs. La forme du livre, les proportions, les modes de pliage, la solidité de l’objet, les écueils possibles, les réactions des matériaux, sans oublier l’ISBN et le dépôt légal…

 

   Et voilà les instructions qui commandent aux mains. Les moments se succèdent : fabriquer, découper, passer le papier de verre sur les bords des cartons, casser les biseaux, sculpter les angles, glisser les pinceaux pour l’encollage, fixer et ajuster les pages, tourner et serrer la presse, laisser se détendre les pages…

 MESURE À LA RÈGLE.jpg

   Aristote est appelé à la rescousse : « Rien de trop ! »

« Rien de trop peu » ajoute un participant qui, en tirant la langue, passe sa couche de colle au pinceau-brosse.

 

Les gestes, maladroits, patauds, apprennent à se trouver. Et parfois à se souvenir du temps jadis des travaux manuels à l’école de l’enfance. Passer la colle, former un pli, presser avec le gras du pouce : délicieuses évidences oubliées…

 

   La poésie s’invite aussi dans ces gestes méticuleux.

Tailler les bords en demi-lunes…

Disposer la macule sous la page…

 

   L’économie aussi : « Vous noterez qu’on augmente le produit intérieur brut aujourd’hui ». « 50 exemplaires : tout un monde de rareté… »

 

   Les élèves du jour s’appliquent, se trompent, corrigent ou… se font corriger. Coups d’éponge, reprise d’alignement, mis en corbeille parfois. On apprend par l’exemple, on s’exerce, on râle, on s’étonne, on se réjouit.

PRESSE SOPHIE.jpg

   La journée tourne avec, à peine, le temps d’un repas tartiflette et d’un gâteau au chocolat de la boulangerie voisine. Un repas…sur le pouce, avec célébration trinquée qui s’impose : quinze ans en rouge du pays du Ventoux.

 

   Huit heures en déroulé pour les « horribles travailleurs », sans la moindre promenade (on découpera les Dentelles de Montmirail, à la marche, une autre fois), et tout au bout du jour, les premiers exemplaires sont là. Posés en nouveaux-nés sur une table dans leur forme guirlande qui s’étire, se contracte, se lit sur les deux faces. Sous les élastiques argentés au parfum de cadeau de Noël, ça semble tenir. Ça tiendra.

 

   Le livre-poème est né entre les mains des artisans du jour.

 

MAINS SUR BANDE.jpg

   « Et s’il y a des imperfections, ça montrera que ça a été fait par des mains humaines » chuchote une voix prévoyante.

 

   Le poème écrit à plusieurs mains s’appelle : ACORDEZ ON. Les « je » de l’atelier ont trouvé ensemble le tempo.

 

Groupe ACCORDEZ ON au travail.jpg

   Il y a désormais comme un secret de valse à déplier : ce sera la tâche des scripteurs, dans leurs lectures chorus, en 2016.

   Pour vous, plus que jamais « poètes de la coïncidence », une autre époque à vivre, si le cœur vous en dit…

 

                                                                        D.S.

DOM SORRENTE ACCORDÉON.jpg

 

Le livre « Accordez On » (tirage limité à 50 exemplaires) sera disponible sur demande motivée auprès de Dominique Sorrente à partir du 1 janvier 2016. Il sera transmis de la main à la main soit en produit fini soit en éléments à relier, selon l’état du stock disponible. Le tarif indicatif est de 10 euros. Les ventes doivent permettre de couvrir les frais engagés et faciliter l’organisation des lectures publiques ultérieures.

 

1 PRESSE D'HENRI.jpg