Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 janvier 2016

MARSEILLE : LA POESIE AU COEUR AVEC ASHRAF FAYAD

 

RETOUR SUR LA RENCONTRE DE SOLIDARITÉ

du jeudi 21 Janvier 2016 

 

droits réservés: LINO CANNIZARO

droits réservés: Lino Cannizaro

 

 

Pari réussi au-delà de toute prévision. Ils étaient plus d’une centaine à avoir répondu à l’appel de Dominique Sorrente, soutenu par Richard Martin, en faveur du poète palestinien Ashraf Fayad, condamné à mort pour apostasie en Arabie saoudite, en novembre 2015. Un public attentif et solidaire était réuni dans l’espace Léo Ferré du théâtre Toursky pour partager cette rencontre créée par le Scriptorium et co-organisée par le théâtre Toursky, l’Union des Poètes & cie et la revue des Archers.

 

 Aucun discours convenu, mais un moment rythmé en trois temps : repères, traces, évocations. Dominique Sorrente avait donné le ton dans son ouverture, plaidant pour la liberté poétique contre les veaux d’or de notre époque, et tout particulièrement ici, le dévoiement religieux et la propagande rhétorique. « Nous ne pouvions rester les bras croisés, face à cette décision inique, cet acte visant au cœur la liberté poétique. Au-delà des pétitions, nous avons cherché la juste façon d’agir avec nos faibles moyens, un temps de ferveur poétique… » déclarait l’organisateur de la soirée.

2.jpg

droits réservés: Lino Cannizaro

 

Ce fut ensuite le tour de brèves mais intenses interventions de Richard Martin pour le Toursky, Brigitte Gyr pour l’Union des Poètes & cie, Henri-Frédéric Blanc pour la revue des Archers, et Isabelle Pellegrini pour le Scriptorium. Et comme la soirée se voulait, avant tout, un moment de partage et d’action en poésie, on put écouter les poèmes incriminés par les juges saoudiens, tirés des« Instructions internes » d’Ashraf Fayad, puis plus tard, une lecture à plusieurs voix d’un beau texte du poète syrien Abou Afach, avec des fragments en langue arabe. La poète italienne Viviane Ciampi, venue tout spécialement de Gênes, partagea un texte d’Erri di Luca et une saisissante performance personnelle.

 

Les autres arts accompagnèrent la soirée : l’expression plastique avec le diaporama de calligraphies « giclures » d’Hamid Tibouchi projetées au fond de la scène ; la musique, par l’entremise du tonique Ghani et de son groupe de Kabylie-Marseille, puis Abdelsattar à l’oud, ou encore le chanteur Christian Donati interprétant Bernard Dimey. Le trio des Ivres vivants fit entendre une création originale dédiée à Ashraf Fayad « Je suis l’archer des mots » dite en ferveur et gravité par Lionel Mazari, avec la voix aux accents chaleureux d’Audrey Gambassi, accompagnée de Dominique Sorrente à la guitare, pour un final saisissant où fut interprétée par le trio la chanson Les Poètes, véritable hymne écrit par Aragon, en d’autres circonstances, et mis en musique par Jean Ferrat, qui demeure d’une vive actualité dans les temps troublés que nous vivons : « Un plain-chant monte à gorge pleine/Est-ce vers l’étoile Hölderlin/Est-ce vers l’étoile Verlaine… »                                                                                                                                                                                                                          

Il restait à allier la vibration du moment partagé avec le désir d’agir de façon utile. Tâche qui fut présentée  en des mots simples et profonds par un jeune exilé palestinien représentant Amnesty international.

 

La soirée s’était étirée sur deux heures, hors du quotidien ordinaire. Moment de vie, à part, qu’une participante au verre de l’amitié qui suivit résuma en ces termes : « Ça fait vraiment chaud au cœur pour lui, le poète condamné, et pour nous tous qui voulons continuer d’espérer ». Un moment en forme d’espoir contre une violence inouïe. En tout début de rencontre, Dominique Sorrente se faisait le porteur d’une nouvelle plutôt encourageante ; il avait appris que les juges saoudiens d’Abha venaient de reporter, deux jours avant cette rencontre, leur jugement concernant le recours de l’avocat d’Ashraf Fayad. Signe fragile, mais qui va, on peut le croire, dans le bon sens, parce qu'il marque une forme d’hésitation des juges, et sans doute des dirigeants du royaume, face à la mobilisation, désormais internationale, autour de cette cause.

 

La rencontre de soutien qui s’est tenue à Marseille, à l’initiative de l’association de poésie Le Scriptorium, est seulement la troisième en France, à ce jour, après celle organisée par deux institutions officielles, la Maison de la Poésie de Paris et l’Université de Strasbourg. Un exemple pour d’autres villes ou régions, une preuve aussi qu’une résolution émanant de la société civile peut avoir un impact non négligeable dans ce domaine. Marseille, par ce geste de quelques-uns, aura montré que, loin des querelles de chapelles, plus que jamais insignifiantes, l’esprit de solidarité en poésie existe.

 

Rappel : la pétition est toujours actuelle. Elle a accueilli pour le moment plus de 190 000 signatures. Elle peut être signée à la mention Ashraf Fayad sur le site change.org

   

L’objectif de cette soirée visait à sensibiliser le public le plus large à cette cause pour faire annuler la sanction, témoigner de l’aspect irréductible de la parole poétique sous toutes ses latitudes dans cette mobilisation humaine.

Et puis, envoyer de Marseille à Asfhar Fayad le signe d’une présence solidaire en poésie.

  

Sophie Leenknegt

 

3.jpg

droits réservés: Lino Cannizaro

 

Pour aller plus loin, on peut consulter l'article de Maryvonne Colombani dans le journal ZIBELINE

http://www.journalzibeline.fr/societe/ne-tirez-pas-sur-le-poete/

22 janvier 2016

LA NINA ET LE NINO : Quand Christina Rosmini chante Lorca

 

 

       évocation du nouveau spectacle

       présenté au théâtre Toursky à Marseille

      en janvier 2016

 

C Rosmini La marionnette du Nino crédit Stéphane Delattre .jpg

                                                                      crédit: Jean-Yves Delattre

                       

Épatante, Christina Rosmini. Je l’avais découverte au théâtre Sylvain à Marseille, en juillet 2013, avec sa présence tonique, ses ferveurs méditerranéennes, son art de mêler la voix et la danse, la douceur et l’intensité, ses façons espiègles, fruitées, mêlés aux mémoires douloureuses venues d’Espagne, d’Italie, d’Algérie. Femme de tous les rivages comme l’annonce le titre de son précédent album, elle revient aujourd’hui pour célébrer la poésie de Federico Garcia Lorca, ce « niño » fantasque, poète étincelant au destin tragique qui fut abattu il y aura bientôt 80 ans à Grenade, sa ville de cœur.

 

Ici dans un décor blanc, à l’allure de théâtre de marionnettes et de coffre à souvenirs, Christina Rosmini nous offre un étonnant défilé de figures qu’elle incarne, une à une, depuis l’enfance jusqu’aux noces de sang, en passant par les voyages à New-York, Santiago de Cuba ou Buenos-Aires, et la jubilation des temps républicains du retour en Espagne. On croise Manuel de Falla, Savador Dali, Luis Bunuel, les personnages familiers de la vie andalouse…

 

C ROSMINI spectacle LORCA crédit Stéphane Delattre.jpg

                                               crédit: Jean-Yves Delattre

 

Dans un rythme soutenu de bout en bout, avec une délicatesse de gestes et de pas, de sourire mutins ou d’expressions tragiques, on suit la voix et le corps d’une Federico-Federica qui nous enchante. Christina Rosmini a choisi la forme du conte pour approcher cette présence, si attachante, qui fait en écho en elle et nous remue. Cela donne une évocation en poèmes et chansons, sous forme de vignettes visuelles effleurées, poèmes posés au bord d’un livre ou derrière un rideau, dans une ambiance qui revendique les couleurs, les accents, les douces provocations et les élans minuscules. Une scène pleine pour la voix parlée, chantée, dansée, superbement éclairée par la présence très sûre de la guitare de Bruno Caviglia.

 

Rien n’est laissé au hasard dans ce livre vivant d’images, ni les enregistrements sonores, ni les effets d’ombres chinoises dessinant sur le rideau les traces enfantines d’une vie offerte et arrachée. Celle d’un poète unique qui n’a pas fini de réveiller en nous le soleil du « cante jondo », l’alliance drôle et tragique du lézarde et de la lézarde.

 

Par la magie de ce spectacle complet, Christina Rosmini nous comble deux fois. Par sa présence complice, vibrante, portée par une voix chaleureuse, et aussi par la grâce de faire revenir sous nos yeux un poète enfant de toujours qui continue de nous dire sous les grimaces de la lune : « Si je meurs, laissez le balcon ouvert ! »

 

                            Dominique Sorrente

 

 

+ À signaler le dernier CD de Christina Rosmini LALITA- sortie annoncée pour le 9 mars 2016 au Zèbre de Belleville- qui accompagne ce spectacle et le prolonge avec d’autres mélodies du répertoire.

 

+ À consulter le site internet : http://www.christinarosmini.com/    avec le merveilleux clip aux couleurs indiennes de la chanson « Dans les bras d’Amma »

 

C ROSMINI ET B CAVIGLIA crédit Stéphane Delattre.jpg

 crédit: Jean-Yves Delattre

 

 

 

 

18:37 Publié dans Portraits | Lien permanent | Commentaires (1)

20 janvier 2016

POURQUOI LE POÈME AUJOURD’HUI

Cercles ouverts au Pharo.JPG

 

    Notre époque, passionnante par bien des aspects et riche de promesses multiples, est en train d’engendrer dans le même temps une galerie de monstres, à la prétention de veaux d’or. Parmi eux, la marchandisation de l’intime et le dévoiement du religieux. La première chasse la gratuité dans les moindres recoins de l’âme humaine pour l'habiller en offre financière. Le second arrache à l’acte de se relier ce qui lui donne sens et mystère et le remplace par un geste de rapt institutionnel.

 

    Dans ce contexte, l’enjeu de la liberté poétique, conscience et parole autonomes, redevient plus que jamais une cause sacrée. Contre les mots de la rhétorique à sang froid (les verbiages des process et autres langues désincarnées des spécialistes), contre les mots des propagandes (il y a, par exemple, en ce moment, une poétesse de Daesh qui fait fureur dans les vidéos d’endoctrinement des candidats djihadistes), nous revendiquons le rôle insolite du poème. Celui de poil à gratter, tension d’une parole ouverte, indocile, espace pour une mise en mots, lacunaire mais fervente, du sensible dans toutes ses vibrations.

 

     Le poème, lieu d’interactions surprenantes et de vraies retrouvailles pour le cerveau humain, dont toutes les recherches les plus récentes nous indiquent qu’il est, à tous les âges de la vie et jusqu’à son terme, en quête de plasticité.

 

    Le poème à l’instinct joueur, comme le savent les enfants de toujours. Capable de lever des mots intenses et prodigieux qui appartiennent à tout le monde. Le poème, passeur des secrets publics, des paroles réfractaires et inventives. Visage de consolateur ou d’insurgé, ami des manques et des chemins de traverse, le poème à l’humeur de pochette-surprise du monde qui naît, avec lui, à cet instant. Poème, toujours sans façon.

 

   Lisez, écoutez, écrivez, parlez, dansez des poèmes.

   La vie, votre vie n’attend pas.

 

                                          Dominique SORRENTE

 

 

photo - copie.JPG