Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 septembre 2014

LEONARD COHEN, sous le chapeau: un nouvel album et 80 ans

 

LEONARD COHEN CHAPEAU.jpg

Ralentir, ralentir encore, Leonard Cohen revient, 80 berges sous le chapeau qu’il porte si bien, et encore et toujours cette rare élégance de beau-perdant magnifique.

Et là, voilà un retour autrement plus réjouissant que d’autres.

 

On partagera les « popular problems » de son dernier album, à partir du 22 septembre. Et tant pis si ça ne pulse pas comme éclats sur la vitre, si ça ne fait pas sauter au plafond comme les « Happy »  de la joyeuse humeur marketée.

 

Ici, la voix se fait plus caverneuse encore s’il est possible que dans les précédents albums, accompagnée du renfort indispensable  de ses deux inséparables voix sensuelles de choristes gospel qui lui collent à merveille, défi de l’éternelle jeunesse.

 

Folk dépouillé, pop synthétique, blues traînant sur le trottoir ou dans un rocking-chair, Leonard Cohen chante comme on fait récit d’un poème à celui, à celle qui vous tend un verre. Il y a tant à raconter sur les dérives du monde et sur le tempo du temps à vivre.

Il porte des légendes intimes qui nous parlent étrangement. Érotisme, mystique, humour ont chacun, tour à tour, et parfois en même temps leur place dans les petites leçons qu’il nous offre.

 

Face aux brutalités du monde, aux veaux d’or de la consommation et à l’accélération productrice de vide, ces chansons sont un petit défi salutaire.

 

On laissera aux corps le temps de se découvrir, à l’oreille de s’habituer, aux mélodies de loger dans leur rythme. Jeff Buckley ou Madeleine Peyroux, après Nina Simone et Graeme Allwright, ne s’y sont pas trompés dans leurs émouvantes interprétations de certaines chansons-cultes. Dance me to the end of love, Hallelujah, Suzanne…

 

La voix de Leonard Cohen, dans son adresse biblique, est toujours en appel. À la croisée du doux-amer et de la confiance dans le seuil.

Avec la part de mystère qui lui est propre, « je vis au milieu de vous, bien déguisé » dit-il.

Show me the place, montre-moi la place. You got me singing, tu me fais chanter.

 

Alleluia, oui, on chante ou on écoute Leonard Cohen comme du « déjà entendu » qui n’aurait de cesse. Une forme de basse continue sur la courbe de vie. Un baume sur les fêlures du temps.

Ça peut être lassant comme les psaumes pour les corps ou les cœurs qui ne tiennent pas en place.

Mais lui-même  l’a dit en son temps en souriant. Rien de grave si ses chansons aident aussi à faire la vaisselle ou  servent de toile de fond à la romance.

 

Dominique SORRENTE

 

 Leonard_Cohen_2187-edited.jpg

 

Album Popular Problems  (Columbia Records)

 

Un avant-goût avec la chanson Slow :

http://www.franceinter.fr/evenement-en-avant-premiere-le-...

 

Je ralentis le tempo

Je n’ai jamais aimé la vitesse

Tu veux arriver en premier

Moi, je veux être le dernier…

 

 

 

17 septembre 2014

FUITE

 

C’était cela notre amour ;

Il partait, revenait, nous rapportait

Une paupière baissée, infiniment lointaine,

Un sourire figé, perdu

Dans l’herbe du matin ;

Un coquillage étrange que notre âme

Essayait de déchiffrer à tout moment.

 

C’était cela notre amour, il progressait lentement

À tâtons parmi les choses qui nous entourent,

Afin d’expliquer pourquoi nous refusions la mort

Si passionnément.

 

Nous avions beau nous accrocher à d’autres tailles,

Enlacer d’autres nuques, éperdument

Mêler notre haleine

À l’haleine de l’autre,

Nous avions beau fermer les yeux, c’était cela notre amour…

Rien que le très profond désir

De faire halte dans notre fuite.

 

                                                            GEORGES SÉFÉRIS, Cahier d’études

 

 

Parc Borély.jpg

 

La rentrée du Scriptorium aura lieu ce samedi 20 septembre sur le thème "CORPS À CORPS".