Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 février 2012

Alain Freixe, Yves Ughes, Daniel Schmitt, trois poètes au Comptoir

 

CdP_Podio.jpg



Dans le cadre du Comptoir des Poètes,   


LE SCRIPTORIUM


vous invite à venir partager un temps de rencontre-lecture

avec Alain Freixe, Yves Ughes et Daniel Schmitt

le samedi 18 FÉVRIER 2012 à 18h00

à la salle Tempo-Sylvabelle à Marseille 

(69-71, rue Sylvabelle, 13006 Marseille)


 

affiche cdp18fev_web.jpg

(cliquer sur l'image pour agrandir)



- ENTRÉE LIBRE -

 

*


Alain Freixe, Yves Ughes et Daniel Schmitt, trois poètes de la région de Grasse qui animent l'association PODIO, trois voix méditerranéennes à découvrir qui, livre après livre, affirment leur singularité et témoignent de leur engagement poétique.

Selon la pratique du Comptoir des Poètes, les auteurs et artistes du Scriptorium feront écho aux voix de ces trois poètes dans la deuxième partie de cette rencontre, avec pour thème retenu celui des Commencements.

Premiers mots, découvertes des paysages, annonces des mondes rencontrés: autant de façons d'inviter à voir surgir ce qui vit à l'état de promesse. Le poème d'un seul tenant avec le plaisir de ce qui advient.

 

  • A_Freixe_portrait.jpgAlain Freixe est né le 3 décembre 1946 en terres catalanes. Il vit à Nice, entre parcours philosophique et poétique. Président de l'Association des Amis de l'Amourier et directeur de publication de la gazette Basilic, vice-président du Centre Joë Bousquet et son temps (Maison des mémoires, Carcassonne), il chronique la poésie au journal L’Humanité et dans le Patriote Côte d’Azur et contribue à de nombreuses revues de poésie parmi lesquelles Friches, Lieux d’être, Jointure, Arpa, Europe, Triages, Coup de soleil, Poésie première, Les Archers, Diérèse, Nu(e).

En 2007, il publie Dans les ramas (collection Grammages, éditions de l’Amourier, Frontispice d’Anne Slacik), puis Dans l’effilé de la lumière (peintures d’Anne Slacik, éditions Rivières, Trente exemplaires, 2008),  Douze pétales pour Sehsat, gravures de Fernanda Fedi, cent exemplaires, Quadrige, La Diane française, 2009), Dans les couleurs du froid (éditions de la Margeride, deux aquarelles originales de Robert Lobet, 2010) et Nuit, livret avec Max Partezana en 2011.

À paraître en 2012 aux Cahiers du Museur :

  • Vers les visages, peintures de Béatrice Englert (collection Connivence), Ombre et mur sous le ciel, avec des photographies de François Fernandez,  L’arbre des morts, gravure d’Alain Puygrenier (collection À côté), Oui, des images, avec deux photographies de Didier Devos (collection À côté).
  • Aux Éditions de l’Amourier (2012) : Vers ce pays dont on est l’homme (collection poésie).


*

Comme au comptoir
Mes yeux cherchent dans la glace
Qui pour le dernier verre

Qui quand cela tombe derrière le mur de l’air et que le ciel se soulève et pèse de tout son poids d’étoiles. Que cela remonte haut, plus haut par delà le rideau noir des arbres. Que cela éclaire toujours ce qui finit par s’évaporer : sueur, sang ou larmes. 
Parfums de vie.


*

Quand ma soif en robe noire
Crisse sur le dos nu du monde

Et que ma faim voit ses gants d’ombre glisser sur mes mains pâles. Cela qui ne cesse pas, cette foudre remonte du fond du sang jusqu’aux étoiles, laque rouge où toute la nuit se mire.
Cela, mon désir. Et ses braises dans le vent.


Alain Freixe,

extrait de Derniers restes

(Livre d’artiste avec Martin Miguel, emboîtage en céramique d’Yvan Koenig, 2006)

 

* * *


·     Y_Ughes_portrait.jpgYves Ughes est né à Nice en 1951. De racines italiennes, il découvre la poésie à l’adolescence, véritable onde de choc dont la force ne cessera jamais de le porter. Après des études de lettres modernes qui l’ont conduit à enseigner du Nord au Sud, il s’installe définitivement à Grasse en 1986.  Il y découvre l’association Podio, vouée à la mise en valeur de la poésie en terre grassoise, où il prend une part active dès 1992, se fixant un rythme régulier de conférences ; les auteurs abordés témoignent d’un  ancrage méditerranéen qui n’échappe pas pourtant à l’influence américaine. Pavese, ou la trace de la couleuvre. Montale, ou la souffrance des pierres. Reverdy, homme de main, homme de peine. Audiberti, ou le cri confus des catastrophes, Kerouac ou les rues de la lumière vide.

 

Il a publié :

  • Décapole, éd. L’Amourier, 2002.
  • Épaisseurs, avec Martin Miguel, éd. Cahiers du Museur, 2002.
  • Notre Dame de Vie, avec des photographies de David Giordanengo, éditions Tac Motifs, 2004
  • Boîtes, avec Gérard Serée, éd. Gestes et Traces, 2004
  • Par les ratures du corps, éd. L’Amourier, 2005
  • Capharnaüm, douze stations avant Judas, éd. L’Amourier, 2010.


*


dépôt de marchandises

au rayon des surgelés Judas le sicaire cherchait des convictions    Il s’était laissé glisser en fin de marche avait laissé partir les apôtres loin devant
devant lui dans le cours des siècles        aucun d’eux        n’avait d’ailleurs remarqué son absence

il en avait eu sa claque de ces cantiques de sable mêlés aux émotions

ici : Produits de pommes de terre – légumes – fruits de mer – poissons
ici tout semblait plus simple
pourtant revenaient toujours certains mots lancinants je vous ferai pêcheurs d’hommes
les filets tirés auraient dû se déchirer sous le poids de l’abondance 

faudrait-il donc repartir et veiller aux mêmes feux aux mêmes cris de fatigue de l’homme lépreux

tendant la main 

si seulement pouvait suffire la crème apaisante
douceur intime
mais la caisse là-bas présentera à coup sûr un prix hors de portée

et ces vieilles bancroches triant les fruits légumes comme formulaires de salut faudrait-il encore faire semblant de les aimer alors que les soldats oppriment les villages et qu’il conviendrait d’ensanglanter les lames
vois donc ces vigiles faits de prothèses mesurant de l’œil les dessous des caissières

Judas se redressa respira profondément et présenta sa carte de fidélité
aux grandes surfaces il restait fidèle
il jeta le montant demandé        aussi négligemment qu’avec rage il avait jeté
les trente deniers

saura-t-il ce soir se hisser à la hauteur de cette recette qui mêle la senteur des fenouils à la chair subtile des rougets
son palais saura-t-il enfin apprécier le vin rosé château Sainte Pasteline qui doit en bonne logique parfaitement convenir à ce plat
sur le seuil des tonnelles


Yves Ughes,

Station 1

Extrait de Capharnaüm, douze stations avant Judas, éd. L’Amourier, 2010.

 

 * * * 

 

·     D_Schmitt_portrait.jpgDaniel Schmitt est né le 27 février 1929. À douze ans, il découvre la poésie en chanson par Verlaine (qu’il prenait alors pour un prénom féminin), mis en musique et chanté par Trénet, puis via Cocteau et Prévert. Depuis cette première rencontre, il ne cesse d’écrire. Il publie Le taureau au corps  en 1963 (XXXX), suivi de Fredonnaisons, Je suis un arbre, La barbe des saisons aux éditions Lo Païs d’Enfance, et Un long saxo d’automne – avec Jean-Marie Pouey, Dernier comptoir avant la neige – avec Claudie Poinsard et Le jour des pluviers – avec Gilles Bourgeade, aux éditions Tipaza.

Dernières publications : Secrets d'alcôve d'un haïku, avec André Villens, aux Cahiers du Museur (2009) et Petits Pains Poèmes, aux éditions du Jasmin (2011).

Il rédige et édite La Besace à Poèmes, feuille poétique qu'il partage au gré des rencontres.


*


Mes résidences


 

Je n’habite pas du côté de l’océan

mais du côté de la goutte d’eau

 

Je n’habite pas du côté de la forêt

mais du côté du brin d’herbe

 

Je n’habite pas du côté de l’ouragan

mais du côté du courant d’air

 

Je n’habite pas du côté de l’aigle

mais du côté du pingouin

 

Dites-moi où vous habitez

si vous habitez mon quartier

 

Je viendrai un de ces jours

vous dire un petit bonjour

 


Daniel Schmitt, La Barbe des saisons, Lo Païs d’Enfance.

  

 ___________________________________________________________________

12:03 Publié dans Agenda | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.