Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2018

POÈMES AU COIN DU SOURIRE, et le feu du Scriptorium en décembre

 "J'eus en ma vie un si beau jour,

Qu'il éclaire encore mon âme.

Sur mes nuits il répand sa flamme ;

Il était tout brillant d'amour,

Ce jour plus beau qu'un autre jour ;

Partout, je lui donne un sourire,

Mêlé de joie et de langueur ;

C'est encor lui que je respire,

C'est l'air pur qui nourrit mon cœur."

Marceline Desbordes-Valmore, Le beau jour (extrait)

 

 

HipstamaticPhoto-566323625.146763.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voilà, la veillée poétique des poètes et amis du Scriptorium s'est tenue ce 08 décembre 2018 au coin du feu, montée de l'Oratoire, à quelques pas d'un monde en révolte.  Des retrouvailles entre  humains qui s'avèrent tellement nécessaires quand la parole se cherche dans la confusion des tumultes. Nous étions cet îlot du moment, armé de feuilles et de livres, sourire aux lèvres et verres à portée de souvenirs et de promesses.

Ils / Elles ont échangé, au coin du feu de fin d'année, entre rires, sourires, musique et poésie… L'état d'un monde entre nos mains, tendues vers l'autre infiniment… Et ce lien, à préserver absolument.

Dominique Sorrente a ouvert la soirée avec un juste hommage aux deux poètes récemment disparus, Jacques Lovichi et Yves Broussard, dont il fut un compagnon de route au temps de la revue Sud, puis de la revue des Archers. L'occasion de revenir sur le parcours des revues et autres scènes collectives qui ont irrigué la création à Marseille et auxquelles ils ont de près ou de loin collaboré : les Cahiers du Sud, Encres vives, Action Poétique, Sud, Autre Sud, La Revue des Archers (née en 2000), Phœnix,  le Scriptorium (né en 1999)…

Ensuite, chacun / chacune a présenté et lu un texte soit issu de sa création personnelle, soit dégoté dans ses lectures actuelles ou plus lointaines…

 

 

IMG_7503.JPG      fullsizeoutput_5f12.jpeg      IMG_7504.jpg

 

Entre autres, Jacques Prévert (Le temps des noyaux, Le cancre) ; François Caradec ; Jean-Marie Le Sidaner ; François Cheng ; Ito Naga ; Roselyne Sibille ; Valérie Rouzeau; Marlène Tissot …

Voyage entre les pages réchauffées par les flammes…

 

IMG_7506.jpg    IMG_7507.jpg    IMG_7508.jpg

Un-jour-jai-pas-dormi-de-la-nuit_5139.jpg

"Un jour, j’ai pas dormi de la nuit
pas évident de se faire à l’idée d’être soi
la vie, ce n’est pas que ça, il faut savoir fermer les yeux
dessiner l’aube sous nos paupières
on dirait que les nuages accélèrent
je passe en pilote automatique
faut savoir rester prudent quand on a
l’envergure d’un insecte"

(extrait)

 

La veillée s'est poursuivie autour d'un verre festif et de quelques mets délicatement préparés par les poètes.

Histoire de se raconter leurs vies et leurs envies.

 

Avant les prochaines retrouvailles en 2019, prévues le 26 janvier autour du thème de la Magie et des crêpes de saison.  Avec en point de mire les 20 ans du Scriptorium !

 

 

IMG_7509.jpg

 

Anne Lofoten

Marseille, décembre 2018

 

 

"Lorsque avec un bon sourire dans le métropolitain

poliment vous nous demandiez

deux points ouvrez les guillemets

descendez-vous à la prochaine

jeune homme

c'est de la guerre dont vous parliez

mais vous ne nous ferez plus le coup du père Français

non mon capitaine

non monsieur un tel

non papa

non maman

nous ne descendrons pas à la prochaine

ou nous vous descendrons avant

on vous foutra par la portière

c'est plus pratique que le cimetière

c'est plus gai

plus vite fait

c'est moins cher"

Jacques Prévert, Le temps des noyaux (extrait)

 

 

 

"Depuis les larmes écrire

Écrire jusqu’au sourire

Tenter d’écrire

Depuis

Les larmes

Jusque

Au sourire"

Emmanuelle Sarrouy (extrait)

 

 

Indignation

Charles CROS

Recueil : "Le collier de griffes"

 

J’aurais bien voulu vivre en doux ermite,
Vivre d’un radis et de l’eau qui court.
Mais l’art est si long et le temps si court !
Je rêve, poignards, poisons, dynamite.

 

HOMMAGE

Hommage ici à la chaussette désœuvrée,

l’unijambiste, l’orpheline.

Celle qui attend la divine rencontre de l’âme-sœur

dans le tambour du lave-linge.

 

IVRESSE

Aujourd’hui, vraie bonne humeur.

Je suis sorti sur la jetée

photographier le vent.

 

JE

À force de dire je,

tout devient nuageux.

                                         

                                                                                                               OFFRANDE

                                                                              Qui d’autre que le vin serait capable

                                                                               par pur plaisir de convoquer

                                                                                la pourriture noble  ?

 

 

                                                                                                      Dominique Sorrente

                                                                                                                    ( Abécédaire en décembre)

 

IMG_8462.JPG

IMG_7332.JPG

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.