Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 janvier 2017

ATELIER D'ECRITURE ET EMBRASEMENT POÉTIQUE EN DÉCEMBRE

 

 

feu.jpg

 

Nous étions huit scripteurs à participer à l’atelier d’écriture animé par Marie Ginet samedi en amont de la veillée poétique autour du feu.

Pour certains il s’agissait d’une première expérience en atelier, d’autres étaient des écrivants plus expérimentés, tous avons été attentif et heureux de découvrir le fil singulier d’écriture qui se dessinait sur la page au gré des consignes et séquences proposées par l’animatrice.

Le thème général était « l’écriture », justement.

Nous avons ainsi progressivement exploré les supports, lieux, motifs ou rêveries sous-tendant l’acte d’écrire. Et apprécié les retours bienveillants et forts constructifs de Marie.

La dernière séquence fut une séquence d’écriture et de lecture croisée des productions de chacun, que voici ici retranscrite :

 

J’écris dans le feu des forêts et des mers déchaînées

Dans la flamme des cœurs mêmes

Pour aller chercher plus loin que les mots qui se donnent d’emblée

Intérieur, extérieur

Flux de mots de sang

Je t’écris pour creuser la vase de la mémoire

Blotti que tu es au creux de son ventre

Les notes de musique s’évadent en toute légèreté et

J’écris pendant que les aurores boréales s’entrechoquent dans le ciel norvégien

Lettres de tags aux murs

Mots de feu apeuré, brossé de cendres toi tu écris

Enluminé de rêves, la vie des doigts, du silence, moi

J’écris pour attirer la phrase

Lâche un peu tes dispositifs, tes consignes pour extincteurs

A-t-on jamais vu une fleur s’empêcher de parler ?

A-t-on jamais vu une fleur s’empêcher de parler

J’ai du feu dans les yeux

L’envie de chopper l’instant

La fulgurance d’un drôle de mot

Qui m’a traversé l’esprit et la tête comme une étoile filante

J’écris pour questionner, toujours

 

 

25.jpg   

 

L'atelier fut ensuite rejoint par les autres "flambeurs" de la veillée.  Qui portaient vivres et lettres et motifs d'étonnement. Bien belle décidément fut la part du feu. Y compris pour Stratis le marin de Seféris...

 

Une façon de saluer 2016 avant de le passer par les flammes.                       

22.jpg

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.