Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 mars 2013

En hommage à l'ami disparu

MARTIAL TEBOUL en son chant déraisonnable

 

« Je veux libérer l’horizon,
le traverser même,
pour savoir
au-delà de sa trace
ce qu’il convient de redécouvrir sans cesse,
ce qu’il convient d’oublier toujours.

 

L’horizon, j’en fais ma maison.
Le sommet, je ne l’atteins pas.
Les profondeurs, au-delà des mers, conduisent ma raison.

 

L’horizon,
je le laisse simplement s’implanter
comme un jardin possible au-delà du temps. »

 

              (Le chant déraisonnable, 2012)

 

photo-teboul_173x200.jpgMartial Teboul nous a quittés à l'été 2012. Habitant singulier du Scriptorium des premières années, il avait sa manière bien à lui  de dicter la parole dans son emportement, avec ses phrasés multipliés, sa quête impétueuse d’une « beauté qui gouverne dans les angles du monde ». Lors des rencontres poétiques auxquelles il participait, il notait avec son encre résolue des successions de mots, à la façon de listes, attendant le moment fortuit pour que « l’hiver étincelle ». Il croyait peu à la possibilité du livre (il nous en laisse un pourtant, ce Chant déraisonnable, paru quelques mois avant sa disparition), convoquant plutôt dans ses versets la laisse des séquences fuyantes, la part d’inaccessible à traquer encore et encore. Il disait : « Il me faut un autre  chemin pour retrouver au-delà de moi-même/ dans ma main, cette poussière devenue boue dont je fais des stèles… ». Complètement investi dans son activité de médecin gynécologue, Martial Teboul témoignait dans sa relation à la poésie de cette part brisée, volontiers rageante, parfois hautaine et en même temps chaleureuse, démunie,  insatiable et toujours pèlerine qui nous fait étrangers de passage. « Tout dire, ne serait-ce qu’une fois, lâcher les fauves ! » : telle était la vigueur inscrite. Martial Teboul revendiquait cette brûlure de vivre quand « nous agrippe l’indicible ». Il penchait du côté de l’excès comme on tente de faire advenir une joie véhémente sur un ciel décousu, tandis que « lentement glisse l’escalier du temps ».

 

« Ce matin un soleil fou fouette le jour ».  Martial Teboul nous laisse des sonorités de gongs et le goût de faire allégeance aux parfums. « Dans les mondes impulsifs du hasard, le ciel est à sa place » avait-il écrit.


intervalle terre._salle tempo_nov2010 jpg.jpg

*

« Je me sens appartenir à ce qui est refusé »

 

pdf.jpg

 Lettre au Scriptorium

mains scripteuses.JPG



 


Commentaires

Je me souviens d'un intervalle à Coudoux où j'avais été profondément "dérangée" par la parole de Martial -mais n'était-il pas lui-même "ce soleil fou" qui fouettait nos sensibilités ? C'était sa façon de nous entraîner dans sa quête et de nous obliger à sonder l'obscur. Je n'étais pas au courant de sa disparition et reste avec le regret de n'avoir pas été capable d'accueillir sa parole avec sérénité au lieu de m'en protéger.

L’imprécation son essaim d’abeilles noires
une prison de mots
citadelle au milieu d’un désert

Mots prédateurs qui hurlent
te forcent à monter dans le wagon plombé
lancé violemment contre le mur auto érigé de la honte originelle

Le corps avant l’esprit refuse tout cela
sauter en marche
dénouer dans un spasme le nœud d’asphyxie

Écrit par : liautard | 15 mars 2013

Les commentaires sont fermés.