Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 septembre 2011

Au Comptoir des poètes

 

poetry.jpg

 

AU COMPTOIR DES POÈTES, CES QUELQUES MOTS DE BIENVENUE …

 


La poésie ne gouverne rien, c’est bien connu, elle a son énergie d’imaginaire, ses vides et ses débordements, mais surtout son désir fervent d’intensifier le rapport qui nous relie au monde.

 

À chaque instant, elle s’emploie à partir dans le langage à la rencontre du réel qui se dérobe.  La tâche est ainsi toujours à reprendre dans un contexte de société  qui  étend l’illusion du prévisible dans des systèmes clos. Mais ce temps immédiat est sans trame ni épaisseur ni point de fuite, il appelle de fait un autre regard, d’autres façons de vivre ensemble.

 

Marien_Guillé.jpgLe Scriptorium est un de ces espaces de vie minuscule qui croit aux cailloux blancs et noirs du poème, comme  une façon possible, si infime soit-elle, de lever à plusieurs voix un chant inattendu et fervent dans le monde contemporain.  Dans sa progression en constante métamorphose, il tente des formes variées de rencontres qui ont pris les noms étranges d’Intervalles, de Caravane poétique, de Jumelage, d’Instant Bateau Ivre, de Transcontinentale, avec toujours la même instinctive recherche : stimuler des temps de « raison ardente » avec le pouvoir régénérateur des mots comme medium entre les instants. D’un bord à l’autre du monde fait parole.

 

Aujourd’hui, il invite à une nouvelle escale : le Comptoir des Poètes.

 

La modalité proposée ici est d’établir un  comptoir de parole créatrice en territoire public.  La poésie, dans ses multiples variations, y offrira son goût d’étrangeté, ses denrées rares de mots qui remuent, déconcertent, son art du troc des phrases pour mieux tenir l’échange des émotions. Comptoir heureux et provisoire en terre étrangère du langage.

 

Et vous vous retrouverez sans nul doute, accoudés à votre tour à cet autre comptoir, entre brèves et lenteurs, carafes et ballons, selon la circonstance, qui vous attend, la soif aux lèvres. Parce que parler en poésie a  toujours  un goût de « vie interprétée » et qu’il nous plaît de croire à nos utopies actives, irréductibles, toujours en attente de lumineuses coïncidences.

 

Mots roulant sur le zinc, mots revenus de songes lointains, chacun choisira sa fortune, son humeur du jour ou de la nuit. Voilà le nouveau pari du Scriptorium dans son existence nomade.

 

Sans compter le plaisir de vous retrouver, en voyageurs de l’immobile, prêts à allumer vos salves d’étonnement.

 

 

                                                           Dominique Sorrente

 

___________________________________

 

1er RdV: samedi 17 septembre 2011 - 16h00 - Marseille 7e, Maison des Jeux des Catalans (voir ICI ) 

Les commentaires sont fermés.