UA-156555446-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mars 2021

DANS L'EUPHORIE DES MOTS RETROUVÉE, MARSEILLE BATEAU IVRE...

867707F3-D37E-4AE2-80E8-8384AFE9ED41.jpeg

IBIS 2021 03 21 DOM ET ENFANT KURDE EMM 4 .JPG

"On ne doit jamais manquer de répéter à tout le monde les belles choses qu'on a lues."
  Sei Shonagon

 

         Rappelons-nous. Il y a un an, c'était la dure annonce du confinement. Dans la sidération de ce moment, les poètes du Scriptorium, réuni.e.s autour de Dominique Sorrente, avaient dû renoncer à vivre leurs "Morceaux de bravoure". Frustration de la privation de parole poétique en public. Personne à l'époque ne pensait que ce temps d'empêchement durerait avec toutes ses péripéties...

 

Mais voilà, mieux qu'une revanche sur le temps empêché, cette fois, quelque chose a eu lieu ce 21 mars plage du Prado Roucas à Marseille. Une vraie promesse tenue de printemps.  Un INSTANT BATEAU IVRE SALUTAIRE sur et autour de ce monument créé pour saluer Rimbaud, à l'occasion du centenaire de sa mort tragique à l'hôpital de la Conception.

LA PROVENCE DU SAMEDI 20 MARS 2021.JPG

                                                   article du journal La Provence du samedi 20 mars 2021

 

         Pour qui ne le connaît pas, ce Bateau Ivre, en béton de basalte est un massif de pierres rouges qui se laisse escalader par les enfants aussi bien qu'admirer par les passants- quand ceux-là choisissent de de ne pas l'ignorer. Depuis 20 ans, il est devenu le véritable totem des poètes du Scriptorium. Et ce 21 mars, il était investi de bien belle manière.

 

         Convergence des causes : le dernier acte du Printemps des poètes était aussi la  date de la journée mondiale de la poésie (Unesco). Restait à savoir si le public répondrait. Mieux qu'une réponse, une communauté provisoire s'est formée, des gens qui avaient retenu le mot "poésie", le nom "Rimbaud" et qui avaient tout simplement envie de se laisser surprendre autrement qu'en nouvelles déprimantes. Dominique Sorrente, en maître de cérémonie anima la rencontre avec Emmanuelle Sarrouy, alternant les prises de parole vigoureuses ( le poème "J'ai pris ma part") et les invitations à écouter la variété des voix.

IBIS 2021 03 21 Yol. EMMA 2.JPG

         Un poème "Passagère clandestine" fut dit pour saluer les poètes récemment disparus, Serge Bec, Lawrence Ferlinghetti, Philippe Jaccottet, Joseph Ponthus, Jean-Jacques Viton, ainsi que l'interprète des poètes, Hélène Martin.

 

Puis ce fut le temps d'un bel hommage à Baudelaire ("fringant bicentenaire") qui permit de découvrir ou retrouver les voies classique (Correspondances), ou plus énigmatique (L'étranger), sans oublier les pas de côté (Un poème-épistolaire de Raymond Carver en pélerinage sur la tombe de Charles Baudelaire, lu par Emmanuelle Sarrouy), et aussi les textes de tempérament, véritables coups de sang du poète de Mon coeur mis à nu, l'ouvrage posthume dont certaines formules continuent de faire mouche aujourd'hui.

48D3EBC8-B012-4887-984A-31FADF4515FE.jpeg  

60092670-CBEA-4B69-AEBC-6E91ABE02E6B_1_201_a.jpeg

Mais sur ce monument, à quelques mètres de "la mer allée avec le soleil", comment oublier Rimbaud ? Le comédien Emmanuel Franval proposa sans appui une interprétation sensible et mouvementée du long poème du Bateau Ivre, histoire de nous rappeler le verbe génial de l'enfant de Charleville. S'en suivit une valse de prises de parole les plus diverses.

 

A01F1FED-29DA-4F10-A5D3-FC1C831DF6C9.jpeg

 

 

 

 

 

        

 

 

 

 

 

IBIS 2021 03 21 CLAUDINE BAISSIÈRE lisant. EMM 8.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour certain.e.s c'était le baptême du feu... et zéro sono. Certaines phrases ont dû s'envoler loin des oreilles du public, mais l'important était ailleurs. Une suite de textes personnels (Marjolaine Heeg, Henri Gustin, Charlotte Hamer, Olivier Bastide...), des auteurs du répertoire ( Rutebeuf, Verlaine, Rimbaud encore...), des poèmes venus de pays divers choisis par Wahiba Bayoudia (le Rocher en feuilles de Boukany Dioura, le Naïf et l'Équipe de Malick Fall...), des murmures, des mots chantés, criés... On ressortit même le mot "déclamer", bien loin de la "voix blanche" à la Bresson...Tel est le lot des scènes ouvertes qui ont pour rôle d'accueillir la diversité des expressions à un moment donné. Dans une période si pleine de frustration, on en sent la nécessité.

 

IBIS 2021 03 21 EMMANUEL FRANVAL EMM 5.JPG

29049217-541B-4B99-84D5-461F320ED67A.jpeg

 

         Commencée à 15 heures, sans même le quart d'heure de grâce -tant il y avait de l'impatience dans l'air- la rencontre s'est terminée autour des 17 heures 30. Il faut dire qu'était apparu un nouveau participant, le mistral. Discret pendant une bonne partie de l'après-midi, il se fit plus insistant en fin de partie, les derniers résistants se collant à la paroi chaude du Bateau Ivre pour prolonger leurs lectures.

 

           Symbole de cet instant sans frontières : une jeune enfant kurde inconnue est venue se placer, au début de la rencontre, tout à côté de Dominique Sorrente. Elle n'a prononcé aucun mot, mais elle est restée là, longuement, debout, face au public, devant la mer, avec son sourire fier et sa jolie robe de fête. Qui était-elle ? Nous ne le saurons sans doute jamais. Elle était à sa manière l'incarnation de cette "passagère clandestine" évoquée dans un poème d'À la digue du large ( éditions Tipaza).

 " Mes fleurs à partager,

mes carnets de déroutes et de chances reçues,

libre de cœur, j’aime celle ou celui

qui  crie récompense 

pour le temps d’amour qui viendra."

 

7C838ACF-D78E-4B08-A700-028D04CC7522.jpeg

 

"J’aurais désiré que cette splendeur durât mille années."

Sei Shonagon, Notes de chevet (1002)

 

                                                Anne LOFOTEN

 

              Les photos sont d'Emmanuelle Sarrouy et de Régis Dallaporta

 

PHOTO IBIS -2021-03-21-RÉGIS 1.jpg

0 flyer web INSTANT BATEAU IVRE .jpg

   Prochain rendez-vous public du Scriptorium :

la CARAVANE POÉTIQUE : samedi 24 avril.  Parcours encore secret... à découvrir prochainement !

                       

IBIS  2021 03 21 DOM à l'hallilitar. EMM 1.JPG

 

 

 

Commentaires

très beau compte rendu et belles photos .
Merci pour ce moment de partage si précieux par les temps qui courent ( ou pas ..)

très émouvant cette jeune fille en costume, comme une elfe millénaire.

claudine

Écrit par : baissiere | 23 mars 2021

Merci Claudine.

Ah oui, une "elfe millénaire". C'est tout à fait ça!

Merci de ta présence. On va faire des choses de plus en plus épiques...

Dominique

Écrit par : sorrente | 24 mars 2021

Merci Dominique. Quelle magnifique journée ça a du être ! Pour ma part, j’ai réussi à me rendre à Paris juste avant le confinement, heureuse de revoir mes petits enfants après 3 mois. Le retour s’est fait sans problème dimanche .
En espérant qu’il y aura d’autres belles occasions de se revoir,
Avec amitié,
Nathalie.

Écrit par : Nathalie Maubert | 25 mars 2021

Merci Nathalie,
tant mieux d'avoir saisi cette chance.

C'est une période où il vaut mieux ne pas procastiner, me semble-t-il. Oui notre Instant Bateau Ivre fut intense. Et sois sûre que notre cher Daniel Schmitt était avec nous, en poèmes...comme il l'est chaque fois que la vie ardente nous fait signe! Je t'embrasse et à tout bientôt. D.S. (l'autre)

Écrit par : sorrente | 25 mars 2021

Que la poésie dans toutes ses langues et ses tendances et ses cris soit toujours maîtresse des lieux.
Que la poésie reste pour toujours la belle passerelle pour l’humain le partage l’amour la liberté et la beauté de l’âme.

Écrit par : LAOUEDJ | 26 mars 2021

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.